lundi , 22 avril 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Pesticides : huit associations réclament le « zéro chlordécone » aux Antilles

Pesticides : huit associations réclament le « zéro chlordécone » aux Antilles


Le taux de chlordécone toléré dans l’alimentation en Martinique et en Guadeloupe ne satisfait pas les associations environnementales. Devant le risque de cancer, elles réclament des mesures plus strictes. 

Huit associations* ont écrit, le 12 février 2019, au président de la République, Emmanuel Macron, pour réclamer une tolérance zéro sur le chlordécone aux Antilles. 

Ce pesticide a été largement répandu sur les cultures, notamment les bananeraies, en Martinique et en Guadeloupe jusqu’à son interdiction en 1993. Il persiste néanmoins dans les sols et peut contaminer les fruits, les légumes et la viande.

Depuis 14 ans, les limites maximales de résidus (LMR) de chlordécone admises dans l’alimentation ont été révisées quatre fois. La dernière, en date du 25 janvier 2019, concerne la viande bovine. Elle a mis le feu aux poudres.

Dans leur courrier, les associations, qui représentent à la fois des médecins et des militants écologistes, annoncent « qu’elles rejettent massivement ces nouvelles LMR ». En s’appuyant sur différentes expertises scientifiques, elles observent que le taux de chlordécone accepté présente des risques pour la santé (cancer de la prostate, du foie, du rein…).

Elles réclament la signature d’un nouvel arrêté « exigeant que, dans un délai rapide ne dépassant pas le 1er janvier 2020, tous les produits offerts à la consommation en Martinique et en Guadeloupe soient totalement exempts de chlordécone ». 

Elles proposent même une solution : que les terres agricoles en friche non contaminées par le pesticide soient réquisitionnées par l’Etat pour assurer une production saine. En effet, « seuls 40 % des terres agricoles martiniquaises sont contaminées », écrivent les associations avant de conclure : « L’objectif zéro chlordécone et autosuffisance alimentaire est donc réalisable dans un délai rapide. »

* Les huit associations : Amses-Martinique, Assaupamar, Collectif zéro chlordécone-zéro poison, SESD, Génération Martinique, Pour une écologie urbaine, Alerte médecins pesticides, Association Santé-Environnement France. 

À lire aussi


Première apparition

A lire aussi: