jeudi , 22 août 2019
Accueil » Actualité » Phoques décapités en Bretagne: des suspects identifiés

Phoques décapités en Bretagne: des suspects identifiés

Derick Hudson via Getty Images

L’annonce a été faite ce jeudi 9 mai par la gendarmerie maritime de Concarneau (Image d’illustration)

ANIMAUX – Nouveau rebondissement dans l’affaire des phoques décapités, retrouvés sur les côtes bretonnes en février et mars derniers. Les auteurs présumés des actes de mutilation sur ces deux mammifères marins ont été identifiés par les autorités locales. 

La gendarmerie maritime de Concarneau (Finistère) a annoncé ce jeudi 9 mai dans un communiqué avoir “identifié des personnes contre lesquelles il existe un faisceau de présomptions les mettant en cause dans les faits de capture non déclarée, transport et destruction non autorisée d’espèce animale non domestique protégée”. 

L’appel à témoins relayé par les médias et la récompense de 10.000 euros promise par l’ONG Sea Shepherd ont été déterminants dans la poursuite de l’enquête. 

Mi-février, dans la ville de Concarneau, une tête de phoque immergée et accrochée à un cordage au bout de la digue du port a été découverte. Le reste du corps avait été retrouvé en mars.

Le 18 mars, une promeneuse était tombée nez à nez avec un nouveau cadavre  sur une plage de Trégunc, une commune située à environ 5 kilomètres de Concarneau.

Selon un gendarme interrogé par Le Télégramme, les deux mammifères marins ont été décapités ”à l’aide d’un objet tranchant”, et ce de manière volontaire. 

La mutilation et la destruction d’animaux sont passibles d’une amende de  3750 euros et plus. 


Première apparition

A lire aussi: