mardi , 25 juin 2019
Accueil » Actualité » « Quotidien » refoulé à la conférence de presse de Dupont-Aignan

« Quotidien » refoulé à la conférence de presse de Dupont-Aignan

MÉDIAS – Entre Nicolas Dupont-Aignan et ”Quotidien”, le torchon brûle. Le président du parti “Debout la France” a refoulé de sa conférence de presse les journalistes de TMC ce lundi 8 avril, comme le montre notre vidéo en tête d’article.

Le journaliste Azzeddine Ahmed-Chaouch et les équipes techniques de l’émission de Yann Barthès n’ont pu participer à la conférence de presse organisée par Nicolas Dupont-Aignan en vue des élections européennes du 26 mai prochain.

Les agents de sécurité du parti “Debout la France” ont indiqué aux trois hommes que leur demande d’accréditation avait été refusée, les empêchant d’accéder à la salle où se tenait la conférence de presse. “Quotidien” a partagé les coulisses de cette séquence sur Twitter. 

Interrogé par un journaliste au cours de la conférence de presse, Nicolas Dupont-Aignan a justifié sa décision. “Ce ne sont pas des journalistes, ce sont des animateurs de télévision” a-t-il expliqué.

Ce n’est pas la première fois que Nicolas Dupont-Aignan s’en prend au talk-show de TMC. En 2016, il accusait l’émission de Yann Barthès d’être “une sorte de nouveau totalitarisme”, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Depuis, les relations sont tendues entre les deux camps. Fin 2017, Nicolas Dupont-Aignan fondait avec Jean-Frédéric Poisson “Les Amoureux de la France”, une plateforme participative qui visait a recueillir les doléances des Français.

Yann Barthès avait alors tourné en dérision l’aspect “jeu de société” vendu dans les matinales par Nicolas Dupont-Aignan, avant de dénoncer “un énorme test de populisme”.

“M. Barthès est donc libre de tourner en dérision l’action politique de l’association ‘Les Amoureux de la France’ mais en aucun cas d’appeler ses téléspectateurs à saboter une plateforme numérique qui ne lui plaît pas”, avait répondu Nicolas Dupont-Aignan dans un communiqué.

Le leader de “Debout la France avait par la suite appelé le CSA à sanctionner le programme, dénonçant un “nouveau manquement à la déontologie” de la part de cette émission, pas vraiment appréciée chez leurs militants.

À voir également sur le 4Suisse:


Première apparition

A lire aussi: