lundi , 24 juin 2019
Accueil » Actualité » Renault et Fiat Chrysler présentent un projet de fusion

Renault et Fiat Chrysler présentent un projet de fusion

Vincent Kessler / Reuters

ÉCONOMIE – C’est confirmé. Après les premières fuites, les constructeurs automobiles Renault et Fiat Chrysler (FCA) vont présenter ce lundi 27 mai un projet de fusion. 

Selon la proposition faite par FCA à Renault, le nouveau groupe serait détenu à 50% par les actionnaires du constructeur italo-américain et à 50% par ceux de Renault. Il serait coté à Paris, New York et Milan, a expliqué Fiat Chrysler dans un communiqué.

Le constructeur français a lui précisé que son conseil d’administration se réunirait dans la matinée pour étudier l’offre de fusion du groupe italo-américain.

“Groupe Renault confirme avoir reçu une proposition de FCA concernant une potentielle fusion à 50/50 entre Groupe Renault et FCA. Le Conseil d’administration de Renault se réunira ce matin pour discuter de cette proposition”, a indiqué le constructeur au losange. “Un communiqué de presse sera diffusé après cette réunion”, a-t-il ajouté.

Selon RTL, ce projet de fusion s’accompagnerait d’une diminution des parts de l’État français au capital de Renault. Actuellement propriétaire de 15% du groupe Renault, l’État pourrait se contenter de 7,5% en cas de fusion. Nissan, prévenu dans la nuit du projet de fusion, verrait également sa participation être divisée par deux. 

 

La naissance du 3eme constructeur mondial?

Fiat Chrysler souligne que cette fusion donnerait naissance au troisième constructeur mondial, avec des ventes annuelles de 8,7 millions de véhicules et une “forte présence dans des régions et segments clés”. Le porte-feuille de marques des deux groupes est “large et complémentaire, et fournirait une couverture complète du marché, du luxe au segment grand public”, a-t-il noté.

La fusion ne se traduira par aucune fermeture de sites de production, a encore assuré FCA qui évoque des synergies annuelles supérieures à 5 milliards d’euros, qui s’ajouteront à celles déjà existantes dans le cadre de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Le conseil d’administration du nouveau groupe sera composé majoritairement de membres indépendants, selon ce projet.


Première apparition

A lire aussi: