jeudi , 22 août 2019
Accueil » Sports » Sala, l’intermédiaire égratigne Cardiff… – Football

Sala, l’intermédiaire égratigne Cardiff… – Football


Willie McKay, l’agent écossais qui a arrangé le transfert d’Emiliano Sala à Cardiff, revient sur le vol pris par l’attaquant argentin.

Au lendemain du superbe hommage de La Beaujoire à Emiliano Sala, lors de Nantes-ASSE, mercredi soir, on en sait un peu plus sur le voyage qui a tourné au drame. Willie McKay, l’agent écossais qui a ficelé le transfert de l’attaquant argentin à Cardiff, pour une somme de 17 millions d’euros, est interrogé dans L’Equipe. Il est terrassé. « Ces huit derniers jours ont été un cauchemar absolu pour nous« , regrette celui qui travaille avec son fils.

Dans la foulée de sa signature chez les Bluebirds, le joueur de 28 ans souhaite alors faire ses adieux à ses anciens coéquipiers nantais ainsi que récupérer des affaires. Le club gallois lui propose un aller-retour plutôt long (en voiture jusqu’à Londres puis en avion pour Paris). C’est là que Willie McKay intervient, en proposant gratuitement son avion privé. « Quand vous dépensez 17 M€ pour un joueur, vous ne lui proposez pas un vol sur EasyJet« , regrette ainsi le Britannique longtemps basé à Monaco.

Le pilote habituel refuse

Willie McKay sollicite alors son pilote habituel, David Henderson, mais ce dernier n’est pas disponible (« pour une raison inconnue« , précise le quotidien sportif) et propose la mission à David Ibbotson. « Veux-tu passer un week-end à Nantes ?« , lui demande-t-il. Le matin du samedi 19 janvier, le Piper PA-46 Malibu décolle ainsi de Retford, au Nord de l’Angleterre, et passe par Cardiff prendre Emiliano Sala. Direction Nantes.

Dimanche après-midi, via WhatsApp, les McKay demande alors à Sala de rentrer lundi en fin d’après-midi, car le pilote compte ensuite regagner son domicile dans la soirée. Le buteur envoie alors une photo de trois valises en demandant si elles rentreront bien dans le petit aéronef. L’employé de Cardiff responsable des joueurs l’attend à l’aéroport pour l’accueillir et l’emmener à l’entraînement le lendemain matin. À 20h23, l’avion, au-dessus de la Manche, est perdu par le contrôle aérien.


Première apparition

A lire aussi: