mardi , 11 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » A Paris, des traces du Covid-19 repérées dans les eaux usées

A Paris, des traces du Covid-19 repérées dans les eaux usées


Est-ce le signe d’un retour en force de l’épidémie de Covid-19 ? Ce mercredi 8 juillet, Le Monde rapporte la présence de traces du SARS-CoV-2 dans les eaux usées à Paris. En effet, les derniers prélèvements réalisés entre le 22 et le 25 juin révèlent que six des douze analyses se sont révélées positives à des niveaux minimes. Des tests supplémentaires ont ensuite confirmé ces résultats. « Nous avons pris connaissance de ces analyses, mais nous devons construire la méthode pour les exploiter. Nous ne voulons pas nous engager sur de fausses pistes« , précise Aurélien Rousseau, le directeur de l’ARS, cité par le quotidien du soir. Ce dernier précise que « l’analyse des eaux usées est un outil intéressant pour déployer des mesures ciblées : mise en place de barnums (où il est possible de se faire tester), envoi de bons par l’Assurance-maladie (pour un dépistage gratuit)« . 

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le suivi des eaux usées permet de suivre l’évolution de la circulation du virus. Comme le rappelle Le Monde, les chercheurs avaient noté une corrélation entre le niveau du virus dans l’eau usée et le nombre de nouveaux cas. Récemment, une étude avait montré que des traces du virus étaient présentes dans les eaux usées de Barcelone 40 jours avant la détection du premier cas. En effet, quand un patient se rend aux toilettes le virus est naturellement présent dans ses selles. L’Académie de Médecine recommandé également la surveillance systématique du virus dans les stations d’épuration en France : « Leur analyse peut jouer un rôle stratégique dans la surveillance prospective et régulière de la circulation du virus ».

Des rebonds de l’épidémie ?

En plus de ces traces dans les eaux usées de la capitale, un autre signal négatif a récemment été envoyé. D’après le dernier point épidémiologique de Santé publique France, une inflexion de la courbe épidémique a été remarquée dans certaines régions comme dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et Val-d’Oise. Des informations à prendre avec précaution pour Aurélien Rousseau : « A ce stade, nous n’avons pas d’alerte majeure sur une reprise épidémique« . 

Une deuxième vague qui inquiète également Jérôme Salomon, directeur général de la Santé : « Il faut se préparer à une reprise de l’épidémie, voire à une deuxième vague« . Il invite chaque Français à « respecter les mesures barrières, les mesures d’hygiène, la distanciation physique et le port du masque, surtout en situation de promiscuité et dans un espace clos« . Pour le moment, une part d’incertitude demeure concernant ce virus : « Nous ne savons pas tout sur le comportement saisonnier de ce virus qui circule toujours« . Une crainte partagée par le Pr Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière (AP-HP). « Mais je me demande si elle ne va pas arriver plus tôt que prévu. Je crains une seconde vague dès cet été« . Il dénonce un grand « laxisme » notamment dans les aéroports : « Les personnes potentiellement infectées vont continuer d’embarquer, d’aller et venir en provenance de pays où le nombre de cas explose. On se voile la face et on ne fait pas bien le boulot alors qu’on le sait, le Covid-19 est une pathologie du voyageur« .

À lire aussi

Première apparition