mercredi , 22 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Alcool au volant : des dispositions prises pour le retour du réveillon par 4 Français sur 10

Alcool au volant : des dispositions prises pour le retour du réveillon par 4 Français sur 10


L’alcool étant une cause majeure de mortalité sur les routes, il est indispensable d’organiser à l’avance ses retours de soirées. Car une fois encore en 2018, il fut l’une des principales causes de mortalité au volant, impliquée dans 30 % des accidents mortels, soit 985 morts selon l’association Attitude Prévention. Depuis 10 ans, celle-ci communique auprès des Français et les incitent à anticiper leur retour de réveillon, ce que 43,6 % d’entre eux s’apprêtent à faire cette année en prenant des dispositions. En effet, le risque reste élevé pour le Nouvel An puisque 87 % des sondés vont consommer de l’alcool dont 64 % prévoient de boire 3 verres ou plus avec une consommation moyenne de 3,9 verres.

Au cours de cette soirée, 46 % des sondés seront concernés par la question de l’alcool et de la conduite, que ce soit pour eux-mêmes ou pour leur entourage. Un risque bien réel puisque 31 % reconnaissent avoir déjà vu une personne ayant dépassé le taux légal autorisé reprendre le volant lors d’un réveillon. « Designer un SAM, dormir sur place, rentrer en taxi ou transport en commun et utiliser un éthylotest sont les quatre meilleures pratiques. », précise l’association qui, depuis 10 ans, veut promouvoir ces dispositifs et se félicite aujourd’hui « de leur progression entre 2009 et 2019. » Malheureusement, cette année, 34 % des Français interrogés choisissent encore des dispositions dangereuses.

D’autres solutions peuvent s’avérer dangereuses

Ces solutions à éviter concernent le fait d’attendre avant de reprendre le volant, d’emprunter des petites routes, de conduire lentement ou de limiter sa consommation d’alcool, alors même que 50 % des sondés ignorent le temps nécessaire pour éliminer un verre d’alcool (une à deux heures). Autres options viables présentée par sa campagne #BienRentrer en partenariat avec l’association Prévention Routière : choisir le covoiturage ou réserver un taxi/VTC. Dans le cadre de celle-ci, les Français sont invités à s’informer sur le site bienrentrer.fr qui propose des conseils pour en savoir plus sur toutes les solutions de retours et les différents risques routiers (alcool, vitesse, téléphone, somnolence…).

Même recommandation du côté de la Sécurité routière qui précise quant à elle qu’une personne qui a bu a 8,5 fois plus de risque d’être responsable d’un accident mortel. Par ailleurs, l’accident type impliquant l’alcool a lieu la nuit (70% des accidents mortels) et plutôt le week-end (59% des accidents mortels). Il est plus grave que les autres (23 personnes tuées pour 100 blessés hospitalisés, contre 10 tués pour les accidents sans alcool) et touche davantage les jeunes (la moitié des conducteurs alcoolisés impliqués dans un accident mortel a entre 18 et 34 ans). Elle rappelle aussi que certaines idées reçues ont la vie dure : ce n’est pas parce que l’on a l’habitude de boire, que l’on tient mieux l’alcool.

« Pour dessoûler, cela ne sert à rien de prendre un grand café noir, de prendre une douche froide ou de sortir prendre l’air. Il faudra plusieurs heures avant d’éliminer tout l’alcool que l’on a consommé. », explique-t-elle. L’alcoolémie maximum est atteinte au bout d’une heure environ si la boisson est prise au cours d’un repas, une demi-heure si on est à jeun. « Il faut environ 1 heure pour éliminer 1 verre, 2 heures pour 2 verres, etc. Ainsi, quand on boit une ½ bouteille de vin au cours d’un repas, on n’élimine cet alcool qu’au bout de 4 heures. », ajoute-t-elle. Elle incite également les Français à se montrer responsables en retenant celui ou celle qui a bu pour l’empêcher – vraiment – de reprendre le volant.

À lire aussi

Première apparition