mardi , 11 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Allergies : ce qu'il faut savoir sur les antihistaminiques

Allergies : ce qu'il faut savoir sur les antihistaminiques


C’est quoi au juste un antihistaminique ? C’est un médicament qui bloque les effets de l’histamine, une substance libérée par les cellules en cas de réaction allergique. Il est efficace contre certains symptômes de la crise allergique : démangeaisons, nez qui coule, yeux qui pleurent, éternuements… mais absolument pas sur l’asthme allergique.

Sous quelle forme les prendre ? Si la réaction allergique est isolée, au niveau du nez ou des yeux, les formes locales (un collyre ou un spray nasal) ont une action beaucoup plus rapide que les comprimés (autour de 2 minutes pour les collyres). En revanche, leur effet est limité dans le temps. Ce qui nécessite de renouveler l’application deux ou trois fois par jour. À l’inverse, la plupart des antihistaminiques de deuxième génération utilisés par voie générale (les comprimés), qui agissent aussi sur les symptômes locaux, sont actifs 12 à 24 heures.

Les antihistaminiques sans ordonnance sont-ils moins efficaces ?

Absolument pas : ce sont les mêmes produits ! Mais ils sont vendus sous un conditionnement simplifié (par exemple cétirizine, Humex® allergie, Reactine®, Zyrtecset®…). Toutefois, il convient de ne pas acheter un antihistaminique dont on n’a pas l’habitude. Même s’ils ne présentent que peu d’effets secondaires, certains sont contre-indiqués en cas de grossesse (infos sur www.lecrat.org). D’autres le sont en cas d’insuffisance rénale, de glaucome (augmentation de la pression intra-oculaire) ou d’adénome de la prostate. Ce ne sont pas des médicaments anodins. Il faut donc lire attentivement la notice, surtout si l’on prend d’autres médicaments, certaines associations étant à éviter.

Quelles sont les contre-indications des antihistaminiques ?

Les derniers antihistaminiques mis sur le marché (Bilaska®, Inorial®) et délivrés sur ordonnance provoqueraient moins de somnolence que les autres. Toutefois, quelques rares personnes ressentent quand même ces effets ! Selon les cas, ces antihistaminiques présentent également des interactions avec certains médicaments (érythromycine, kétoconazole…). Et, par mesure de précaution, ils ne sont pas recommandés au cours de la grossesse. Certains doivent aussi être pris à distance des repas et sans jus de pamplemousse, qui diminue leur efficacité de 30?%.

Quels sont leurs effets secondaires ?

Contrairement aux antihistaminiques de la première génération (les antihistaminiques anticholinergiques) qui provoquaient de la somnolence, les nouveaux médicaments antihistaminiques ont un effet peu ou pas sédatif sur la plupart des personnes. Mais, quelle que soit la forme utilisée, il faut néanmoins rester prudent, notamment en cas de situation à risque (si vous devez conduire un véhicule par exemple). Les personnes qui ressentent malgré tout de la somnolence ont intérêt à prendre leur comprimé le soir avant le coucher et …

Lire la suite sur Topsante.com



Première apparition