lundi , 20 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Angine : il sera bientôt possible de savoir si elle est virale ou bactérienne en pharmacie

Angine : il sera bientôt possible de savoir si elle est virale ou bactérienne en pharmacie


La mise en place du "test angine" en pharmacie devra attendre. Retour en arrière : au mois de septembre 2019, les pharmaciens d’officine avaient conclu une convention avec l’Assurance maladie pour avoir le droit de pratiquer un test en cas d’angine – afin de déterminer si celle-ci est d’origine virale ou bactérienne – à la place du médecin. L’Assurance Maladie devait prendre en charge cet acte médical, facturé 6 euros.

Le but ? Limiter la prescription d’antibiotiques (et la progression de l’antibiorésistance…) à l’heure où, selon le Ministère de la Santé, "environ 10 % des prescriptions d’antibiotiques correspondent à un traitement pour angine alors que 80 % des angines sont dues à des virus, donc ne nécessitent pas d’antibiotiques".

Angine : un test pour limiter la prescription d’antibiotiques

Comment ça se passe ? Le Test rapide d’orientation diagnostique (TROD) se présente sous la forme d’un prélèvement réalisé dans la gorge du patient à l’aide d’un long coton-tige. Le prélèvement est analysé à l’aide de réactifs liquides – les résultats peuvent être lus au bout de 5 à 10 minutes. En cas de test révélant une angine bactérienne, le pharmacien redirigera le patient vers un médecin afin que celui-ci prescrive des antibiotiques.

Oui, mais voilà : "l’Assurance maladie nous a informés en décembre que les textes réglementaires ne seraient pas prêts à temps, et que ça se ferait plutôt au printemps" a expliqué ce mardi 31 décembre 2019 Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Certaines modalités pratiques doivent ainsi encore être décidées – par exemple : l’âge à partir duquel les enfants seront éligibles au test.

À lire aussi :

Maux de l’hiver : comment faire face ?

Mal de gorge : 10 conseils pour soulager la douleur

Angine de l’enfant : c’est grave, Docteur ?



Première apparition