lundi , 20 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Arretmaladie.fr : un site propose des arrêts maladie en quelques clics, l’Assurance maladie en désaccord

Arretmaladie.fr : un site propose des arrêts maladie en quelques clics, l’Assurance maladie en désaccord


Des  arrêts de travail de courte durée (3 jours max) disponibles en ligne ! Après plus d’un an d’existence en Allemagne et 30 000 arrêts maladie délivrés, le service arrive en France”. Voilà les quelques mots d’introduction du communiqué de presse de la start-up à l’origine du nouveau site internet arretmaladie.fr, lancé officiellement en France ce 7 janvier.

En quelques clics, et après un questionnaire en ligne et une téléconsultation avec un médecin français, “sous réserve de pouvoir effectuer un diagnostic fiable”, l’utilisateur du site peut ainsi obtenir le “Graal” : un arrêt maladie de 3 jours maximum. La plateforme se charge même de lui faire parvenir une ordonnance et d’envoyer des PDF de l’arrêt de travail à l’employeur du patient et à la caisse primaire d’assurance maladie.

La start-up précise que le but n’est que de fournir des arrêts pour des pathologies “simples et courantes”, telles qu’un coup de froid, un stress, des douleurs menstruelles ou -et c’est de saison – une gastro-entérite.

Dans une vidéo explicative, le site vante sa méthode pour éviter au patient de devoir attendre des heures dans un cabinet médical pour un simple arrêt, ou de devoir se “souffrir au travail”. 

Lancé outre-Rhin fin 2018 par le Dr Can Ansay, avocat de Hambourg, sous le nom au-schein.de, le service a “permis de générer 30 000 arrêts maladie pour des pathologies dites du quotidien”, indique la start-up, qui précise qu’ “aucune erreur de diagnostic n’a été reportée”. 

De son côté, l’Assurance Maladie ne voit pas du tout d’un bon oeil ce nouveau site, et n’a pas tardé à faire part de son indignation par voie de presse. Selon nos confrères des Echos, l’organisme s’apprête à mener une action en justice devant le Tribunal de grand instance de Paris. “Nous allons d’abord en référé pour envoyer un signal, puis nous irons au fond, et nous utiliserons toutes les voies de droit. Nous assistons à un dévoiement de l’acte de prescription de l’arrêt de travail, qui devient un produit d’appel commercial”, a ainsi estimé auprès des Echos le patron de l’Assurance Maladie, Nicolas Revel, mécontent.

C’est de la marchandisation du système de soin qui fait passer le patient pour un client et le médecin comme un prestataire de service”, s’est de son côté offusqué le Dr Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML), auprès de BFMTV.

Selon Les Echos, l’Ordre des médecins pourrait lui-aussi engager des poursuites contre ce site internet.

Sources : communiqué ; Les Echos

À lire aussi

Première apparition