mercredi , 20 novembre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Arthrite, arthrose : la météo aurait bien une influence sur la douleur

Arthrite, arthrose : la météo aurait bien une influence sur la douleur

Des scientifiques britanniques ont publié une étude très sérieuse mettant en évidence une relation significative entre douleurs et temps humide, chez des personnes souffrant d’arthrite, d’arthrose ou d’autres douleurs chroniques.


© istock

Mal aux articulation à cause du temps humide ? Il se pourrait que votre ressenti soit réel, et qu’il ne s’agisse pas d’une croyance quant à l’effet de la météo sur les douleurs articulaires.

Des scientifiques de l’université de Manchester (Royaume-Uni) viennent en effet de publier une étude dans la revue Nature à ce sujet, et ont mis en évidence un lien faible, mais significatif, entre l’intensité des douleurs de patients souffrant de problèmes articulaires (arthrite, arthrose, polyarthrite rhumatoïde, fibromyalgie…) et l’humidité ambiante.

Depuis Hippocrate, on pense que les conditions météorologiques ont une incidence sur les symptômes chez les patients  arthritiques”, explique le Pr William Dixon, auteur principal de l’étude et directeur du Centre d’épidémiologie contre l’arthrite de l’université de Manchester. “Environ trois quarts des personnes atteintes d’arthrite (terme global incluant plusieurs pathologies articulaires, ndlr) pensent que les conditions météorologiques ont une incidence sur leur douleur”, a ajouté le spécialiste.

Encore fallait-il prouver que ce lien météo/douleurs était bien réel. Pour ce faire, les auteurs ont recruté plus de 13 000 personnes, et recueilli l’ensemble des données finales auprès de 2 658 d’entre elles, qui ont quotidiennement donné leur ressenti douloureux via une application smartphone, pendant six mois. Si la plupart des participants (dont 80,8% étaient des femmes) souffraient de polyarthrite rhumatoïde (18,5%) ou d’arthrose (24,1%), d’autre souffraient de fibromyalgie (26,4%), d’arthrite non spécifiée (34,6%) ou de douleurs neuropathiques.

Spécialement conçue pour l’étude, l’application smartphone permettait d’évaluer le niveau de douleurs tout en recueillant des données météorologiques grâce au GPS du téléphone.

L’analyse a montré que lors de journées humides et venteuses où la pression atmosphérique est basse, les risques d’avoir plus de douleur, par rapport à une journée moyenne, étaient d’environ 20%”, a détaillé le Pr Dixon. “Cela signifierait que, si vos risques de vivre une journée pénible lorsque le temps est moyen sont de 5 sur 100, elles augmenteraient à 6 sur 100 un jour humide et venteux”, a-t-il ajouté. Les jours les plus pénibles au niveau du ressenti douloureux se sont révélés être les jours à la fois humides, venteux et froids. Aucune relation entre douleur et quantité de précipitation seule ou température seule n’a en revanche été observée.

Le Pr Dixon suggère que ces résultats pourraient amener les météorologues à donner des prévisions de la douleur parallèlement aux prévisions de la qualité de l’air, afin d’aider les personnes souffrant de douleurs chroniques “à planifier leurs activités en effectuant des tâches plus difficiles les jours où la douleur est moins intense”.

Comme l’a souligné une des participantes à l’étude auprès du média Medical News Today, cette étude permet aux patients de déculpabiliser vis-à-vis de leur douleur, d’accepter que la douleur peut leur échapper ou ne pas être liée à ce qu’ils auraient fait ou n’auraient pas fait. 

Source : Medical News Today

À lire aussi

Hélène Bour


Première apparition