lundi , 21 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Avoir un chien est associé à une meilleure santé cardiovasculaire

Avoir un chien est associé à une meilleure santé cardiovasculaire

Avoir un chien contribuerait à maintenir une bonne santé cardiaque, notamment du fait de l’activité physique que cela induit. C’est ce que suggère une étude menée sur plus de 1 700 personnes.


© istock

Bon pour le moral, pour lutter contre l’isolement, et pour le coeur. Décidément, avoir un chien comme animal de compagnie a d’importants bénéfices pour la santé de son maître ou de sa maîtresse.

Une nouvelle étude tchèque publiée dans le numéro de septembre de la revue “Proceedings: Innovations, Quality & Outcomes” de la Mayo Clinic (États-Unis) indique en effet que le fait d’avoir un chien est lié à une meilleure santé cardiaque et moins de risques cardiovasculaires.

Les chercheurs ont d’abord rassemblé des informations sur la santé et le milieu socio-économique de quelques 2 000 sujets de la ville de Brno, en République Tchèque, de janvier 2013 à décembre 2014, créant la cohorte “Kardiovize Brno 2030”. Des mises à jour sont prévues pour cette cohorte tous les cinq ans jusqu’en 2030.

L’étude a ici inclus 1 769 personnes sans antécédent de maladies cardiovasculaires, dont plusieurs données de santé ont été annotées : indice de masse corporel (IMC), régime alimentaire, activité physique, tabagisme, pression artérielle, glycémie et taux de cholestérol total. L’équipe de chercheurs a ensuite comparé la santé cardiaque des participants possédant un chien à ceux possédant un autre type d’animal de compagnie, ou aucun animal de compagnie.

De manière générale, les propriétaires d’animaux domestiques étaient plus susceptible d’avoir une activité physique, un régime alimentaire et une glycémie optimaux”, a constaté Andrea Maugeri, co-auteur de l’étude. “Les plus grands bénéfices étaient visibles pour ceux ayant un chien comme animal de compagnie, et ce quel que soit leur âge, sexe et niveau d’éducation”, a-t-il ajouté.

Pour le chercheur, le fait d’adopter, de sauver ou d’acheter un chien pourrait donc être une stratégie médicale intéressante pour les personnes à risque de problèmes cardiovasculaires, à condition bien-sûr de s’engager à bien s’en occuper et à mener une vie plus active.

Source : MedicalXpress

À lire aussi


Première apparition