samedi , 23 novembre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Avoir un chien permettrait de vivre plus longtemps

Avoir un chien permettrait de vivre plus longtemps

Selon une nouvelle étude ainsi qu’une méta-analyse récemment publiées, avoir un chien serait associé à une vie plus longue, et à une meilleure santé cardiovasculaire, en particulier pour les survivants de crise cardiaque ou d’AVC.


© istock

Rien de tel qu’un chien pour aider les personnes seules à rompre l’isolement… mais aussi pour augmenter son espérance de vie, et améliorer sa santé cardiovasculaire. C’est en tout cas ce qu’affirment des scientifiques après avoir mené une étude sur le sujet.

Dans cette étude, parue dans la revue spécialisée Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes , le fait d’avoir un chien a en effet été associé à une vie plus longue et à de meilleurs résultats cardiovasculaires, en particulier chez les personnes ayant survécu à un accident vasculaire cérébral (AVC) ou à un infarctus.

Les chercheurs ont ici comparé les dossiers de santé de propriétaires et de non-propriétaires de chiens après une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, en utilisant les données fournies par le registre national suédois des patients. Les patients étudiés étaient des résidents suédois âgés de 40 à 85 ans ayant subi une crise cardiaque ou un AVC ischémique entre 2001 et 2012.

Par rapport aux personnes qui ne possédaient pas de chien,voici ce que les chercheurs ont constaté chez les propriétaires de chien : 

  • un risque de de décès chez les patients victimes d’une crise cardiaque vivant seuls après leur hospitalisation de 33% plus faible ; et de 15% plus faible pour ceux vivant avec un partenaire ou un enfant ;
  • un risque de décès chez les patients victimes d’un AVC vivant seuls après leur hospitalisation de 27% inférieur et de 12% inférieur pour ceux vivant avec un partenaire ou un enfant.

Parallèlement, une vaste méta-analyse d’études a été menée sur le sujet. Les chercheurs y ont examiné les dossiers de santé de plus de 3,8 millions de personnes issues de 10 études distinctes. Sur ces dix études, neuf incluaient une comparaison des résultats de mortalité toutes causes confondues pour les propriétaires et les non-propriétaires de chiens, et quatre incluaient une comparaison des résultats cardiovasculaires pour les propriétaires et les non-propriétaires de chiens.

Résultats : par rapport aux personnes n’ayant pas de chien, les propriétaires de chiens avaient une réduction de 24% du risque de mortalité toutes causes confondues, une réduction de 65% de leur risque de mortalité après une crise cardiaque, et une réduction de 31% de leur risque de mortalité liée des divers problèmes cardiovasculaires.

Les auteurs estiment que le fait d’avoir un chien pousse à faire davantage d’activité physique (même de faible intensité) chaque jour, ce qui contribue en grande partie à l’amélioration de la santé sur le long terme.

Source : Heart.org

À lire aussi


Première apparition