mercredi , 23 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Calvitie : la pollution de l’air en partie en cause

Calvitie : la pollution de l’air en partie en cause

L’exposition à certains polluants atmosphériques pourrait en partie être responsable de la chute de cheveux et de la calvitie, selon les résultats d’une nouvelle étude présentée cette semaine à un congrès de dermatologie.


© istock

Polluants atmosphériques malheureusement répandus, les particules fines pourraient jouer un rôle dans la chute des cheveux et a fortiori dans l’apparition de la calvitie chez l’homme.

C’est en tout cas ce qui ressort d’une nouvelle étude présentée cette semaine à Madrid lors du 28e congrès de l’Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie.  

L’équipe de recherche a ici exposé des papilles dermiques, cellules du cuir chevelu humain présentes à la base du follicule pileux, à diverses concentrations de poussières et de particules fines issues du diesel, de type PM10 (particules dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres). 24 heures après, les scientifiques ont détecté les =niveaux de protéines présentes dans les cellules, et ont constaté que l’exposition aux PM10 diminuait les niveaux de  β-caténine, la protéine responsable de la croissance et de la morphogenèse des cheveux.

Les niveaux de trois autres protéines (cycline D1, cycline E et CDK2), responsables de la croissance et du maintien des cheveux, étaient diminués par la poussière de type PM10 de manière dose-dépendante. Ainsi, plus le niveau de PM10 était élevé, plus la diminution des niveaux de ces protéines était importante.

Bien que les liens entre la pollution atmosphérique et plusieurs maladies graves telles que le cancer, la BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive, ndlr) et les maladies cardiovasculaires soient bien établis, il n’existe que peu ou pas de recherche sur les effets de certaines particules sur la peau humaine et les cheveux en particulier. Nos recherches expliquent le mode d’action des polluants atmosphériques sur les cellules de la papille dermique du follicule pileux, et montrent comment les polluants atmosphériques les plus courants entraînent la chute des cheveux”, a conclu Hyuk Chul Kwon, chercheur sud-coréen et coauteur de l’étude.

Source : Eurekalert

À lire aussi


Première apparition