mercredi , 23 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Cancer : les antibiotiques diminueraient l’efficacité de l’immunothérapie

Cancer : les antibiotiques diminueraient l’efficacité de l’immunothérapie

Les patients atteints de cancer et soignés par immunothérapie ne devraient pas prendre d’antibiotiques dans le mois précédant le traitement, car cela en diminuerait l’efficacité. Les antibiotiques diminueraient alors leur taux de survie.


© istock

Prendre des antibiotiques dans le mois qui précède un traitement d’immunothérapie contre le cancer serait bien plus nocif que bénéfique, puisqu’il en diminuerait l’efficacité. Les patients cancéreux sous immunothérapie après la prise d’antibiotiques bénéficieraient ainsi d’un taux de survie bien plus bas.

Tel est en tout cas le constat de chercheurs londoniens, qui ont mené une étude auprès de 196 patients (137 hommes et 59 femmes) atteints de cancer et traités par immunothérapie au Royaume-Uni. Le traitement consistait en une immunothérapie “classique” avec des inhibiteurs de point de contrôle, substances qui agissent en stimulant le système immunitaire du patient pour qu’il puisse détecter, reconnaître et détruire les cellules cancéreuses. 119 patients souffraient ici de cancer du poumon dit “non à petites cellules”, 38 patients souffraient de mélanome, et 39 patients d’autres types de cancer (cancer de la tête et du cou, carcinomes, etc.).

En comparant l’historique médical des patients, les chercheurs ont découvert que ceux qui avaient reçu un traitement antibiotique dans les 30 jours précédant l’immunothérapie présentaient une réponse immunitaire nettement moins bonne que les autres. La prise d’antibiotiques avant l’immunothérapie était en outre associée à des taux de survie plus faibles et une plus grand progression des cancers.

Dans le détail, l’analyse a révélé que les patients ayant reçu des antibiotiques juste avant ou pendant l’administration de l’immunothérapie avaient une survie globale médiane de deux mois seulement, contre 26 mois pour les patients n’ayant pas été sous antibiotiques. Un effet valable pour tous les types de cancer étudiés ici.

L’étude a également montré que l’effet délétère des antibiotiques était indépendant du type d’antibiotique utilisé.

“L’immunothérapie contre le cancer peut être efficace chez environ 20% des patients, mais il est très difficile de prédire qui va y répondre. Cette étude est une preuve supplémentaire pour affirmer que les antibiotiques ont un impact. Nous avons montré que lorsqu’il y a une exposition préalable aux antibiotiques, la réponse des patients à l’immunothérapie et leur taux de survie s’effondrent”, a commenté le dr David Pinato, coauteur de l’étude, parue le 12 septembre dans le JAMA Oncology.

Les scientifiques estiment que cet effet négatif des antibiotiques pourrait être dû à la perturbation du microbiote intestinal qu’ils induisent. Car la diversité du microbiote intestinal aurait un impact sur les réactions immunitaires. D’autres études devront être menées, notamment sur la composition du microbiote en particulier, pour confirmer cette hypothèse.

Source : MedicalXpress

À lire aussi


Première apparition