lundi , 21 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Cannabis pour les animaux: des vétérinaires se feront entendre à Ottawa

Cannabis pour les animaux: des vétérinaires se feront entendre à Ottawa


Les vétérinaires amèneront cinq chiens avec eux pour attirer l’attention sur ce qu’ils considèrent comme une omission flagrante dans les régimes encadrant le cannabis à des fins médicinale et récréative.

La loi n’autorise pas les vétérinaires à prescrire de la marijuana pour les animaux de compagnie, même si des recherches préliminaires laissent croire que cela pourrait être bénéfique dans le traitement de la douleur, des convulsions, de l’anxiété et d’autres troubles – comme pour l’homme.

De plus, la loi oblige d’apposer des étiquettes sur les produits à base de cannabis pour signaler qu’ils doivent rester hors de la portée des enfants, mais il n’y a aucun d’avertissement similaire pour protéger les animaux.

Sarah Silcox, présidente de l’Association canadienne des médecins vétérinaires cannabinoïdes, souligne que son groupe s’est fait dire que ces omissions n’étaient probablement qu’un « oubli », qui pourraient être considérées lors de la révision du régime encadrant le cannabis légal dans trois ans.

Mais Mme Silcox voudrait des mesures plus rapidement.

« Pour nos patients, ils vieillissent beaucoup plus vite que nous et ce n’est pas vraiment un problème qui peut attendre un bilan de trois ans », a expliqué la vétérinaire en entrevue.

Étant donné que les vétérinaires ne peuvent prescrire des cannabinoïdes pour les animaux, ou même offrir des conseils aux maîtres sur les meilleurs produits et dosages, certaines personnes se chargent d’administrer la substance à leurs animaux, souligne Mme Silcox. Ils utilisent des produits vendus pour la consommation humaine ou des produits « du marché noir » non réglementés et destinés à un usage animal – qui inquiètent les vétérinaires par rapport à leur « sûreté et pureté ».

« Les vétérinaires sont en mesure de prescrire presque n’importe quel autre médicament, dont le fentanyl et d’autres opioïdes et […] des médicaments sur ordonnance contenant des dérivés du cannabis et pourtant, nous ne sommes pas en mesure d’autoriser l’utilisation du cannabis lui-même », a indiqué Mme Silcox.

Selon elle, l’interdiction d’utiliser des cannabinoïdes à des fins vétérinaires a rendu la recherche sur les bénéfices potentiels « difficile », mais les études préliminaires suggèrent des effets positifs sur la gestion de la douleur liée à l’arthrite et à d’autres, dont l’épilepsie, l’anxiété et les états inflammatoires généraux.

La substance serait utile pour traiter les chats, qui sont plus sensibles que les chiens aux autres médicaments contre la douleur actuellement utilisés pour les animaux, a-t-elle ajouté.


Première apparition