samedi , 12 décembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Cheveux : un complément alimentaire déconseillé après deux cas d’hépatites aigües

Cheveux : un complément alimentaire déconseillé après deux cas d’hépatites aigües


Commercialisé par la société HairBurst, le complément alimentaire Chewable Hair Vitamins® se présente sous forme de gommes à mâcher aromatisées, et est utilisé pour la vitalité des cheveux. Outre de la gélatine, il contient diverses vitamines (C, B5, B6, B8, B12, E, A) et est notamment adressé aux personnes qui auraient du mal à avaler des gélules classiques.

Malheureusement, ce produit ne serait pas sans risques. Dans le cadre de son dispositif de nutrivigilance, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) rapporte ainsi avoir reçu en 2019 deux signalements d’hépatites aiguës menaçant le pronostic vital, et susceptibles d’être liées à la consommation de ce complément alimentaire. “Les deux femmes, de 29 et de 36 ans, ont dû être hospitalisées et l’une d’elles a dû recevoir une greffe du foie en urgence. Toutes les deux prenaient un contraceptif oral”, précise l’Anses dans son point d’actualité.

Selon l’Anses, la responsabilité du complément alimentaire dans la survenue de ces deux hépatites est “très vraisemblable”. L’Agence dévoile plusieurs hypothèses expliquant ce phénomène : il pourrait s’agir d’un effet complexe de la combinaison des nombreux ingrédients du produit (au moins 20), d’une interaction avec d’autres substances, notamment celles contenues dans les contraceptifs oraux, ou encore de l’ajout d’une substance de façon frauduleuse. 

Dans l’immédiat, l’Anses recommande donc aux femmes prenant un contraceptif oral de ne pas consommer le complément alimentaire Chewable Hair Vitamins®.

L’Agence rappelle qu’il est conseillé aux consommateurs de compléments alimentaires de respecter les indications du fabricant, notamment en termes de dosage, d’éviter les prises multiples et prolongées sans avis médical, et de signaler à un professionnel de santé tout effet indésirable survenant suite à la consommation d’un complément alimentaire.

L’Anses recommande en outre une grande vigilance quant à l’achat de produits vendus dans les circuits non traditionnels (internet, salles de sport, magasins de beauté…) et sans conseil individualisé d’un professionnel de santé.


Première apparition