lundi , 1 juin 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Comment le confinement affecte votre système immunitaire – Santé

Comment le confinement affecte votre système immunitaire – Santé

Si le fait de rester à l’intérieur nous protège de la pandémie du coronavirus, le fait de ne pas passer suffisamment de temps à l’extérieur et dans la nature pourrait nous faire courir le risque d’attraper d’autres maladies.

Ces deux derniers mois, une grande partie de la population est restée confinée, ne sortant que pour se procurer des produits de première nécessité. Bien que cela ait pu réduire le risque d’être exposés au coronavirus, cela a pu avoir un effet moins bénéfique sur notre système immunitaire en nous rendant plus vulnérables à d’autres infections, rapporte la BBC.

La vitamine D essentielle

Les humains ont évolué sur une planète où les cycles jour/nuit durent 24 heures. Notre corps est conçu pour travailler en partenariat avec la lumière du soleil. L’un des exemples les plus évidents est la production de vitamine D à travers notre peau en réponse à l’exposition aux UVB. Cette dose quotidienne de vitamine D peut contribuer à renforcer nos os et nos dents, mais elle a également un effet sur nos cellules immunitaires.

La vitamine D permet aux macrophages de nos poumons – première ligne de défense contre les infections respiratoires – de cracher un peptide antimicrobien appelé cathelicidine, qui tue directement les bactéries et les virus.

Cette vitamine essentielle modifie également l’activité d’autres cellules immunitaires qui orchestrent les réponses immunitaires à plus long terme. Les personnes ayant un faible taux de vitamine D sont donc plus exposées aux infections virales des voies respiratoires telles que la grippe.

Un rôle face au coronavirus

Les chercheurs tentent actuellement de savoir si les compléments de vitamine D pourraient réduire le risque de certaines des complications graves associées au Covid-19.

Au début de ce mois, Rose Kenny, gérontologue au Trinity College de Dublin, et ses collègues ont publié des données suggérant que les populations européennes ayant les taux de mortalité les plus élevés dus au Covid-19, y compris l’Espagne et l’Italie, ont les taux de vitamine D les plus faibles.

Cela peut sembler contre-intuitif, étant donné leur climat ensoleillé, mais les personnes ayant la peau plus foncée ont besoin de plus d’exposition au soleil pour produire la même quantité de vitamine D que les personnes ayant la peau plus pâle.

Bien que d’autres facteurs puissent également contribuer à expliquer les taux élevés de décès dus au Covid-19 dans ces pays, « il existe de solides preuves circonstancielles d’une association entre la vitamine D et les voies immunitaires dont nous savons qu’elles sont impliquées dans le Covid et en particulier la réponse sévère au Covid », déclare Kenny.

Tout d’abord, la vitamine D semble réduire les niveaux d’une substance biochimique qui provoque une inflammation appelée interleukine-6, qui est associée aux graves difficultés respiratoires observées chez les patients.

La vitamine D se lie également au même récepteur ACE2 sur les cellules pulmonaires que le Sars-CoV-2, le virus qui provoque la maladie Covid-19. Si la vitamine D est déjà connectée à ces récepteurs, le virus peut alors avoir plus de mal à s’implanter dans l’organisme. Bien que des études complémentaires soient nécessaires pour confirmer cet effet protecteur, Kenny suggère que tous les adultes devraient envisager de prendre des compléments de vitamine D.

Les bienfaits du temps passé à l’extérieure

© Getty

Pour se procurer une dose supplémentaire de vitamine D, il est également intéressant de passer plus de temps à l’extérieur. C’est en effet possible depuis que de nombreuses mesures de restrictions liées à la pandémie se sont assouplies. D’autant plus que le temps passé dehors apporte bien d’autres bénéfices.

1. Faire de l’exercice

Bien qu’il n’existe pas de données scientifiques prouvant que l’exercice régulier nous rend moins susceptibles d’attraper le Covid-19, diverses études ont suggéré que l’activité physique renforce nos défenses contre d’autres infections virales, comme la grippe et le rhume, tout en augmentant la réponse immunitaire à la vaccination.

Ces avantages s’expliquent notamment par la réduction du stress. « Nous savons que les gens utilisent l’exercice pour évacuer leur stress, et il est très clair qu’un niveau élevé de stress chronique n’est pas bon pour le système immunitaire », explique Neil Walsh, qui étudie l’impact de l’exercice sur le système immunitaire à l’université John Moores de Liverpool au Royaume-Uni. « Donc, si vous pouvez réduire votre niveau de stress en étant actif, alors cela aura un impact positif sur votre santé ».

Si vous pouvez le faire en faisant de l’exercice dans un parc, une forêt ou un autre espace vert, alors tant mieux. De nombreuses études ont montré que le fait de sortir en plein air dans la nature – même dans un parc urbain – réduit le rythme cardiaque et la tension artérielle des gens, tout en normalisant la sécrétion de l’hormone du stress, le cortisol.

2. Être proche de la nature

À plus long terme, le fait de vivre près de la nature et d’en prendre soin est lié à une réduction des risques de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de décès précoce.

Passer du temps à l’extérieur peut en effet aider à lutter contre le stress et la solitude, en nous mettant en contact avec d’autres personnes.

Ensuite, il y a la théorie de la restauration de l’attention, qui suggère que les modèles et les mouvements de la nature captent notre attention sans effort, offrant à notre cerveau surmené une occasion de se reposer et de récupérer.

3. La puissance des arbres

Il est également possible que les arbres affectent plus directement notre système immunitaire – plusieurs études ont suggéré que passer quelques jours dans une forêt augmente le nombre et l’activité de nos cellules tueuses naturelles ( les cellules immunitaires qui aident à détecter et à détruire les virus et les cellules cancéreuses) dans notre sang.

Des scientifiques au Japon ont suggéré que l’inhalation de substances appelées phytoncides, qui sont libérées par les arbres, pourrait être un facteur contributif. Il a été démontré que ces substances modifient l’activité des cellules tueuses naturelles humaines lorsqu’elles sont cultivées en dehors du corps, bien que des travaux supplémentaires soient nécessaires pour confirmer si leur inhalation a un effet similaire.

« En pratique, je pense que ces différentes voies fonctionnent probablement en synergie », déclare Catharine Ward Thompson, directrice du centre de recherche OPENSpace à l’université d’Édimbourg et co-auteur d’un rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur les espaces verts urbains et la santé.

« Les phytoncides sont peut-être importants, mais il faut probablement être complètement immergé dans l’environnement naturel pendant un certain temps pour en tirer des avantages, alors que des bienfaits psychologiques tels que la relaxation et la réduction du stress pourraient être plus faciles à obtenir« .

4. Mieux dormir

null, Getty
null © Getty

Passer du temps à l’extérieur peut également améliorer la qualité de notre sommeil. Le temps que nous avons passé à l’intérieur pendant le confinement pourrait avoir perturbé notre rythme circadien. Il s’agit du cycle de 24 heures généré en interne dans l’activité de nombreux processus biologiques, dont le sommeil.

Notre rythme circadien est généralement maintenu, ou synchronisé, au moment de la journée où nous sommes à l’extérieur par l’action d’une lumière vive frappant un ensemble de cellules photosensibles à l’arrière de l’oeil. Ces cellules oculaires communiquent avec un morceau de tissu cérébral appelé noyau suprachiasmatique, qui fonctionne comme l’horloge interne du corps.

« La lumière dans les habitations est généralement trop faible pour favoriser cet effet, donc si l’on ne va pas dehors de toute la semaine, ces rythmes peuvent être perturbés, ce qui entraîne un sommeil perturbé », explique Mariana Figueiro du Lighting Research Center à Troy, New York. Ses recherches ont montré que les employés de bureau qui sont exposés à une lumière plus vive le matin, en allant au travail à pied par exemple, s’endorment plus facilement le soir et ont un sommeil moins perturbé que ceux qui sont exposés à une lumière plus faible.

« Les perturbations circadiennes et la réduction du sommeil ont été liées à une réduction de la réponse du système immunitaire », explique M. Figueiro. « Ainsi, si la lumière n’a pas d’impact direct sur la fonction immunitaire, elle peut avoir un fort impact indirect via sa capacité à entraîner le système circadien et à améliorer le sommeil ». L’exposition à une lumière vive le matin a également un impact positif sur l’humeur des gens et peut contribuer à prévenir la dépression.

Quant au temps qu’il faut passer à l’extérieur pour profiter de ces bienfaits, il est difficile à quantifier. Bien que la lumière du matin soit particulièrement importante pour maintenir nos rythmes circadiens synchronisés, la synthèse optimale de la vitamine D se produit vers midi, lorsque les rayons UVB de la lumière du soleil sont à leur maximum.

Ainsi, si les conditions de confinement le permettent, vous devriez vous efforcer de sortir au moins une fois par jour, tout en prenant des mesures pour maintenir une distance sociale et éviter les coups de soleil. Le soleil et la nature sont de grands guérisseurs, et ils sont parfaitement gratuits.

Ces deux derniers mois, une grande partie de la population est restée confinée, ne sortant que pour se procurer des produits de première nécessité. Bien que cela ait pu réduire le risque d’être exposés au coronavirus, cela a pu avoir un effet moins bénéfique sur notre système immunitaire en nous rendant plus vulnérables à d’autres infections, rapporte la BBC.Les humains ont évolué sur une planète où les cycles jour/nuit durent 24 heures. Notre corps est conçu pour travailler en partenariat avec la lumière du soleil. L’un des exemples les plus évidents est la production de vitamine D à travers notre peau en réponse à l’exposition aux UVB. Cette dose quotidienne de vitamine D peut contribuer à renforcer nos os et nos dents, mais elle a également un effet sur nos cellules immunitaires.La vitamine D permet aux macrophages de nos poumons – première ligne de défense contre les infections respiratoires – de cracher un peptide antimicrobien appelé cathelicidine, qui tue directement les bactéries et les virus. Cette vitamine essentielle modifie également l’activité d’autres cellules immunitaires qui orchestrent les réponses immunitaires à plus long terme. Les personnes ayant un faible taux de vitamine D sont donc plus exposées aux infections virales des voies respiratoires telles que la grippe.Les chercheurs tentent actuellement de savoir si les compléments de vitamine D pourraient réduire le risque de certaines des complications graves associées au Covid-19. Au début de ce mois, Rose Kenny, gérontologue au Trinity College de Dublin, et ses collègues ont publié des données suggérant que les populations européennes ayant les taux de mortalité les plus élevés dus au Covid-19, y compris l’Espagne et l’Italie, ont les taux de vitamine D les plus faibles. Cela peut sembler contre-intuitif, étant donné leur climat ensoleillé, mais les personnes ayant la peau plus foncée ont besoin de plus d’exposition au soleil pour produire la même quantité de vitamine D que les personnes ayant la peau plus pâle.Bien que d’autres facteurs puissent également contribuer à expliquer les taux élevés de décès dus au Covid-19 dans ces pays, « il existe de solides preuves circonstancielles d’une association entre la vitamine D et les voies immunitaires dont nous savons qu’elles sont impliquées dans le Covid et en particulier la réponse sévère au Covid », déclare Kenny. Tout d’abord, la vitamine D semble réduire les niveaux d’une substance biochimique qui provoque une inflammation appelée interleukine-6, qui est associée aux graves difficultés respiratoires observées chez les patients. La vitamine D se lie également au même récepteur ACE2 sur les cellules pulmonaires que le Sars-CoV-2, le virus qui provoque la maladie Covid-19. Si la vitamine D est déjà connectée à ces récepteurs, le virus peut alors avoir plus de mal à s’implanter dans l’organisme. Bien que des études complémentaires soient nécessaires pour confirmer cet effet protecteur, Kenny suggère que tous les adultes devraient envisager de prendre des compléments de vitamine D. Pour se procurer une dose supplémentaire de vitamine D, il est également intéressant de passer plus de temps à l’extérieur. C’est en effet possible depuis que de nombreuses mesures de restrictions liées à la pandémie se sont assouplies. D’autant plus que le temps passé dehors apporte bien d’autres bénéfices. Bien qu’il n’existe pas de données scientifiques prouvant que l’exercice régulier nous rend moins susceptibles d’attraper le Covid-19, diverses études ont suggéré que l’activité physique renforce nos défenses contre d’autres infections virales, comme la grippe et le rhume, tout en augmentant la réponse immunitaire à la vaccination.Ces avantages s’expliquent notamment par la réduction du stress. « Nous savons que les gens utilisent l’exercice pour évacuer leur stress, et il est très clair qu’un niveau élevé de stress chronique n’est pas bon pour le système immunitaire », explique Neil Walsh, qui étudie l’impact de l’exercice sur le système immunitaire à l’université John Moores de Liverpool au Royaume-Uni. « Donc, si vous pouvez réduire votre niveau de stress en étant actif, alors cela aura un impact positif sur votre santé ».Si vous pouvez le faire en faisant de l’exercice dans un parc, une forêt ou un autre espace vert, alors tant mieux. De nombreuses études ont montré que le fait de sortir en plein air dans la nature – même dans un parc urbain – réduit le rythme cardiaque et la tension artérielle des gens, tout en normalisant la sécrétion de l’hormone du stress, le cortisol. À plus long terme, le fait de vivre près de la nature et d’en prendre soin est lié à une réduction des risques de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et de décès précoce.Passer du temps à l’extérieur peut en effet aider à lutter contre le stress et la solitude, en nous mettant en contact avec d’autres personnes. Ensuite, il y a la théorie de la restauration de l’attention, qui suggère que les modèles et les mouvements de la nature captent notre attention sans effort, offrant à notre cerveau surmené une occasion de se reposer et de récupérer.Il est également possible que les arbres affectent plus directement notre système immunitaire – plusieurs études ont suggéré que passer quelques jours dans une forêt augmente le nombre et l’activité de nos cellules tueuses naturelles ( les cellules immunitaires qui aident à détecter et à détruire les virus et les cellules cancéreuses) dans notre sang. Des scientifiques au Japon ont suggéré que l’inhalation de substances appelées phytoncides, qui sont libérées par les arbres, pourrait être un facteur contributif. Il a été démontré que ces substances modifient l’activité des cellules tueuses naturelles humaines lorsqu’elles sont cultivées en dehors du corps, bien que des travaux supplémentaires soient nécessaires pour confirmer si leur inhalation a un effet similaire. »En pratique, je pense que ces différentes voies fonctionnent probablement en synergie », déclare Catharine Ward Thompson, directrice du centre de recherche OPENSpace à l’université d’Édimbourg et co-auteur d’un rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur les espaces verts urbains et la santé. « Les phytoncides sont peut-être importants, mais il faut probablement être complètement immergé dans l’environnement naturel pendant un certain temps pour en tirer des avantages, alors que des bienfaits psychologiques tels que la relaxation et la réduction du stress pourraient être plus faciles à obtenir ».Passer du temps à l’extérieur peut également améliorer la qualité de notre sommeil. Le temps que nous avons passé à l’intérieur pendant le confinement pourrait avoir perturbé notre rythme circadien. Il s’agit du cycle de 24 heures généré en interne dans l’activité de nombreux processus biologiques, dont le sommeil. Notre rythme circadien est généralement maintenu, ou synchronisé, au moment de la journée où nous sommes à l’extérieur par l’action d’une lumière vive frappant un ensemble de cellules photosensibles à l’arrière de l’oeil. Ces cellules oculaires communiquent avec un morceau de tissu cérébral appelé noyau suprachiasmatique, qui fonctionne comme l’horloge interne du corps. »La lumière dans les habitations est généralement trop faible pour favoriser cet effet, donc si l’on ne va pas dehors de toute la semaine, ces rythmes peuvent être perturbés, ce qui entraîne un sommeil perturbé », explique Mariana Figueiro du Lighting Research Center à Troy, New York. Ses recherches ont montré que les employés de bureau qui sont exposés à une lumière plus vive le matin, en allant au travail à pied par exemple, s’endorment plus facilement le soir et ont un sommeil moins perturbé que ceux qui sont exposés à une lumière plus faible. « Les perturbations circadiennes et la réduction du sommeil ont été liées à une réduction de la réponse du système immunitaire », explique M. Figueiro. « Ainsi, si la lumière n’a pas d’impact direct sur la fonction immunitaire, elle peut avoir un fort impact indirect via sa capacité à entraîner le système circadien et à améliorer le sommeil ». L’exposition à une lumière vive le matin a également un impact positif sur l’humeur des gens et peut contribuer à prévenir la dépression.Quant au temps qu’il faut passer à l’extérieur pour profiter de ces bienfaits, il est difficile à quantifier. Bien que la lumière du matin soit particulièrement importante pour maintenir nos rythmes circadiens synchronisés, la synthèse optimale de la vitamine D se produit vers midi, lorsque les rayons UVB de la lumière du soleil sont à leur maximum.Ainsi, si les conditions de confinement le permettent, vous devriez vous efforcer de sortir au moins une fois par jour, tout en prenant des mesures pour maintenir une distance sociale et éviter les coups de soleil. Le soleil et la nature sont de grands guérisseurs, et ils sont parfaitement gratuits.


Première apparition