mardi , 4 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Coronavirus : aucun enfant depuis 3 semaines dans les hôpitaux universitaires francophones – Santé

Coronavirus : aucun enfant depuis 3 semaines dans les hôpitaux universitaires francophones – Santé

Il n’y a plus d’enfants hospitalisés pour le Covid-19 depuis au moins trois semaines à l’Hôpital universitaire des Enfants Reine Fabiola (Huderf) et dans les services de pédiatrie des Cliniques universitaires Saint-Luc et du CHU de Liège, ont annoncé conjointement les trois hôpitaux universitaires francophones vendredi.

La réouverture des écoles en cette queue d’épidémie n’a pas occasionné une seule hospitalisation chez les enfants. En comparaison, au fort de l’épidémie, il y avait quelque 5-6 jeunes patients hospitalisés par centre universitaire au même moment.

A l’Huderf, il n’y a aucune hospitalisation d’enfant Covid+ depuis même six semaines, avec un seul patient positif symptomatique mais qui a pu faire la maladie chez lui. Cet hôpital a pris en charge 35 enfants Covid+ en tout, répartis selon la courbe.

« On n’a plus d’enfant malade aujourd’hui », se réjouit le professeur Pierre Smeesters, chef du service de pédiatrie et pédiatre infectiologue, Huderf (ULB). « Le fait d’avoir remis les enfants en collectivité relative n’a pas été suivi d’un rebond chez nous. » Il évoque la fin de la courbe en cloche typique des épidémies et l’arrivée de la belle saison comme autant de possibles facteurs favorisants, mais sans tirer aucune conclusion hâtive.

Le professeur Stéphane Moniotte, chef du département de pédiatrie des Cliniques universitaires Saint-Luc (UCLouvain), se réjouit aussi qu’au terme de cette courte période scolaire de quatre semaines, qui est supérieure au temps d’incubation de la maladie, il n’y ait pas eu de conséquences sur la santé des enfants. Il dresse de plus un bilan général positif: « On a été épargné en pédiatrie par cette épidémie, ce qui nous rend optimistes pour la rentrée scolaire et plus avant pour la tenue des camps d’été. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’enfants testés positifs, mais qu’il n’y aura sûrement que très peu d’enfants vraiment malades. »

Le Pr Moniotte rappelle qu’il n’y a eu qu’un seul décès d’enfant Covid+ répertorié en Belgique et que cette fillette avait des facteurs de risques préalables importants. De plus, il comptabilise environ 50 enfants répertoriés dans toute la Belgique pour une maladie de Kawasaki atypique, avec un pic décalé de quelques semaines par rapport au pic de l’épidémie. Le risque majeur de cette maladie, qui est le développement d’anévrismes des artères coronaires, est plus limité pour ces formes atypiques. Une minorité a dû être hospitalisée aux soins intensifs, surtout pour une surveillance. Il n’y a plus de cas déclarés depuis des semaines.

La réouverture des écoles en cette queue d’épidémie n’a pas occasionné une seule hospitalisation chez les enfants. En comparaison, au fort de l’épidémie, il y avait quelque 5-6 jeunes patients hospitalisés par centre universitaire au même moment. A l’Huderf, il n’y a aucune hospitalisation d’enfant Covid+ depuis même six semaines, avec un seul patient positif symptomatique mais qui a pu faire la maladie chez lui. Cet hôpital a pris en charge 35 enfants Covid+ en tout, répartis selon la courbe. « On n’a plus d’enfant malade aujourd’hui », se réjouit le professeur Pierre Smeesters, chef du service de pédiatrie et pédiatre infectiologue, Huderf (ULB). « Le fait d’avoir remis les enfants en collectivité relative n’a pas été suivi d’un rebond chez nous. » Il évoque la fin de la courbe en cloche typique des épidémies et l’arrivée de la belle saison comme autant de possibles facteurs favorisants, mais sans tirer aucune conclusion hâtive. Le professeur Stéphane Moniotte, chef du département de pédiatrie des Cliniques universitaires Saint-Luc (UCLouvain), se réjouit aussi qu’au terme de cette courte période scolaire de quatre semaines, qui est supérieure au temps d’incubation de la maladie, il n’y ait pas eu de conséquences sur la santé des enfants. Il dresse de plus un bilan général positif: « On a été épargné en pédiatrie par cette épidémie, ce qui nous rend optimistes pour la rentrée scolaire et plus avant pour la tenue des camps d’été. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’enfants testés positifs, mais qu’il n’y aura sûrement que très peu d’enfants vraiment malades. » Le Pr Moniotte rappelle qu’il n’y a eu qu’un seul décès d’enfant Covid+ répertorié en Belgique et que cette fillette avait des facteurs de risques préalables importants. De plus, il comptabilise environ 50 enfants répertoriés dans toute la Belgique pour une maladie de Kawasaki atypique, avec un pic décalé de quelques semaines par rapport au pic de l’épidémie. Le risque majeur de cette maladie, qui est le développement d’anévrismes des artères coronaires, est plus limité pour ces formes atypiques. Une minorité a dû être hospitalisée aux soins intensifs, surtout pour une surveillance. Il n’y a plus de cas déclarés depuis des semaines.


Première apparition