samedi , 28 mars 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Coronavirus : comment les Français s’adaptent-ils à l’épidémie ?

Coronavirus : comment les Français s’adaptent-ils à l’épidémie ?


Le nouveau coronavirus porte désormais un nom, le COVID-19, et le bilan de l’épidémie de pneumonie virale causée par ce dernier atteint les 71.335 contaminations, dont 70.552 en Chine continentale, selon les derniers chiffres officiels. L’institut Ipsos a mené une enquête à travers huit pays dont la France pour observer l’impact de sa menace sur le comportement des populations. Les résultats indiquent qu’elle pourrait avoir un impact significatif sur les comportements des Français car plus de six Français sur dix (63%) déclarent qu’ils éviteraient de voyager à destination des zones ou pays infectés, tandis que 32% éviteraient les grands rassemblements ou de prendre l’avion pour se rendre en vacances.

Par ailleurs, près d’un Français sur cinq dit éviter de serrer la main à d’autres personnes et 18% d’entre eux évitent les transports en commun. Et alors que le mot clé #JeNeSuisPasUnVirus est apparu sur les réseaux sociaux pour dénoncer la discrimination envers les populations d’origine asiatique, 12% des personnes interrogées déclarent même éviter le contact avec les personnes d’apparence ou d’origine chinoise. Fait notable en France, 67% de la population rapporte avoir beaucoup vu, lu ou entendu parler de l’épidémie. « Un chiffre plus élevé que dans les autres pays interrogés. », précise l’Institut de sondage, dont l’enquête s’est aussi concentrée sur l’impact potentiel à long terme de l’épidémie.

Un douzième cas confirmé en France

Sur ce sujet, 73% des Français se déclarent ainsi moins enclins à voyager en Chine dans le futur. Concernant les évènements sportifs de grande ampleur comme les Jeux Olympiques, 53% considèrent que leur tenue pourrait être remise en question. Cependant, malgré ces inquiétudes à long terme, les Français font globalement confiance à leurs services de santé locaux pour gérer efficacement l’épidémie, et plus particulièrement à leurs médecins et professionnels de santé auxquels ils sont 78% à se fier. Qu’en est-il à l’échelle de tous les sondés ? Les résultats indiquent que les citoyens ne voient pas encore de menace personnelle, mais sont plus préoccupés au niveau mondial.

Ainsi, l’Ipsos précise que « bien que peu de personnes voient une menace pour elles-mêmes, plus de deux citoyens sur cinq dans chaque pays considèrent le virus comme une menace pour le monde. Cela atteint plus de la moitié dans certains pays. » Les sondés sont en revanche d’accord en grande majorité sur le fait de soutenir des actions strictes pour éviter la propagation du virus. Notamment le dépistage obligatoire pour les personnes ayant voyagé dans les zones touchées et les quarantaines obligatoires et restriction des voyages en avion dans les zones touchées. Environ deux citoyens sur trois dans chaque pays sont également prêts à restreindre leurs déplacements et à se laver les mains très fréquemment.

En ce qui concerne la France, le ministère de la Santé fait savoir qu’il compte désormais douze cas confirmés de COVID-19, dont six dans le cadre d’une contamination groupée, dans un chalet des Contamines-Montjoie (Haute-Savoie). Le douzième cas a été confirmé le 15 février. « Le patient, de nationalité britannique, est une des personnes qui avaient séjourné dans le chalet des Contamines-Montjoie où, à l’issue de la découverte d’un premier cas, cinq personnes (cas secondaires) avaient ensuite été diagnostiquées positives la semaine dernière. », précise-t-il. Le patient demeure en isolement dans un hôpital référent à Lyon depuis samedi dernier et son état n’inspire pas d’inquiétude ce jour.

À lire aussi

Première apparition