dimanche , 27 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Coronavirus : les vaccins testés en Belgique n’ont, jusqu’ici, généré aucun effet secondaire grave – Santé

Coronavirus : les vaccins testés en Belgique n’ont, jusqu’ici, généré aucun effet secondaire grave – Santé


Aucun des quelque 130 Belges à qui l’on a administré des vaccins expérimentaux à l’UZ Gent pour les protéger contre le Covid-19 n’a présenté jusqu’ici d’effets secondaires graves, a communiqué le Dr Isabel Leroux-Roels de l’établissement hospitalier gantois, après l’annonce de l’interruption des essais cliniques chez AstraZeneca. Il n’y d’ailleurs pas de sujet belge impliqué dans les tests du vaccin en question.

L’entreprise pharmaceutique britannico-suédoise AstraZeneca a, en effet, indiqué mardi suspendre ses essais cliniques pour un vaccin contre le coronavirus, menés avec l’Université d’Oxford, après le développement d’un malaise non expliqué par un des volontaires à la vaccination. Le patient visé serait atteint de myélite, un syndrome neurologique qui provoque une inflammation de la moelle épinière. Pour l’instant, il n’y a aucune confirmation du diagnostic et seule l’enquête dira si l’effet secondaire est lié au vaccin d’AstraZeneca ou pas.

Alors que le développement du vaccin d’AstraZeneca était administré jusqu’ici à de grands groupes de sujets dans une étude de phase 3, des études de phase 1 et 2 sont en cours à Gand pour deux autres candidats vaccins. Ces études sont réalisées par le CEVAC (Centre de vaccinologie), affilié à l’UZ Gent. Il s’agit d’un vaccin de la société allemande CureVac et d’un vaccin du groupe américain Johnson & Johnson. Une cinquantaine de sujets ont déjà été vaccinés pour la première étude et 80 pour la seconde.

Aucun effet secondaire majeur n’a encore été identifié chez tous ces sujets, confirme le CEVAC. « Nous interrogeons activement les participants après la vaccination », précise le Dr Isabel Leroux-Roels. « Nous enregistrons également tout phénomène ou changement significatif de l’état de santé, la myélite étant une affection importante. »

L’entreprise pharmaceutique britannico-suédoise AstraZeneca a, en effet, indiqué mardi suspendre ses essais cliniques pour un vaccin contre le coronavirus, menés avec l’Université d’Oxford, après le développement d’un malaise non expliqué par un des volontaires à la vaccination. Le patient visé serait atteint de myélite, un syndrome neurologique qui provoque une inflammation de la moelle épinière. Pour l’instant, il n’y a aucune confirmation du diagnostic et seule l’enquête dira si l’effet secondaire est lié au vaccin d’AstraZeneca ou pas. Alors que le développement du vaccin d’AstraZeneca était administré jusqu’ici à de grands groupes de sujets dans une étude de phase 3, des études de phase 1 et 2 sont en cours à Gand pour deux autres candidats vaccins. Ces études sont réalisées par le CEVAC (Centre de vaccinologie), affilié à l’UZ Gent. Il s’agit d’un vaccin de la société allemande CureVac et d’un vaccin du groupe américain Johnson & Johnson. Une cinquantaine de sujets ont déjà été vaccinés pour la première étude et 80 pour la seconde. Aucun effet secondaire majeur n’a encore été identifié chez tous ces sujets, confirme le CEVAC. « Nous interrogeons activement les participants après la vaccination », précise le Dr Isabel Leroux-Roels. « Nous enregistrons également tout phénomène ou changement significatif de l’état de santé, la myélite étant une affection importante. »


Première apparition