lundi , 27 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Courir un marathon ferait rajeunir les artères de quatre ans

Courir un marathon ferait rajeunir les artères de quatre ans


Voilà qui devrait conforter les adeptes de cette pratique, et augmenter la motivation de ceux qui se sont lancés pour objectif de réaliser un marathon en 2020.

Une étude publiée ce 7 janvier dans le Journal of the American College of Cardiology indique que le fait de courir un marathon pour la première fois permettrait en quelque sorte d’inverser le raidissement aortique lié à l’âge. Plus en détails, les chercheurs ont observé que chez les coureurs débutants dans le domaine du marathon, ce type de course était associé à une réduction de la pression artérielle et à un “rajeunissement” des artères. Après l’achèvement d’un marathon, les artères reviendraient ainsi à l’état dans lequel ils étaient quatre ans auparavant. Les scientifiques parlent ainsi d’une “réduction de l’âge aortique de 3,9 à 4 ans”, avec un bénéfice plus important “chez les participants masculins plus âgés avec des temps de course plus lents”.

Ici, l’étude a été menée auprès de 138 coureurs de marathon en bonne santé (sans antécédents médicaux ou cardiaques), participant pour la première fois au marathon de Londres en 2016 ou 2017. Âgés de 21 à 69 ans et de sexe masculin pour 49% d’entre eux, les participants ont été examinés par les chercheurs en amont et en aval du marathon et de sa préparation : des mesures de la pression artérielle ont été réalisées, ainsi que des mesures de la rigidité aortique via une imagerie par résonance magnétique (IRM) cardiovasculaire. L’âge biologique de l’aorte a été déterminé à partir de la relation entre l’âge du participant et la raideur aortique mesurée à trois niveaux de l’aorte.

Il a été recommandé aux participants de suivre le “plan de formation pour débutants” fourni par les organisateurs du marathon, plan qui comprend trois courses par semaines augmentant en difficulté au fil des 17 semaines précédant le marathon. La durée moyenne du marathon était de 5,4 heures pour les femmes, et de 4,5 heures pour les hommes, soit des résultats cohérents pour un entraînement de 10 à 21 km/semaine.

Concrètement, les pressions artérielles systolique et diastolique des participants ont respectivement diminué de 4 et 3 mmHg deux semaines après le marathon, et une augmentation de la distensibilité (capacité de gonfler avec la pression) aortique de 9% a été observée, soit une réduction de près de 4 ans de “l’âge aortique.

Notre étude montre qu’il est possible d’inverser les conséquences du vieillissement sur nos vaisseaux sanguins en faisant de l’exercice en conditions réelles en seulement six mois. Ces avantages ont été observés chez des individus en bonne santé dans une large tranche d’âge et leurs temps de marathon suggèrent un entraînement physique réalisable pour les participants novice”, a déclaré Charlotte Manisty, coauteure de l’étude. La chercheuse au sein de l’Institute of Cardiovascular Science de l’University College de Londres (Royaume-Uni) a ajouté que cette étude “souligne l’importance des modifications du mode de vie pour ralentir les risques associés au vieillissement, d’autant plus qu’il ne semble jamais trop tard, comme en témoignent [les] coureurs plus âgés et plus lents”.

Car si le raidissement des artères fait partie intégrante du vieillissement, il augmente la pression artérielle et la surcharge ventriculaire, lesquelles sont associées à la démence et aux maladies cardiovasculaires et rénales.

Source : MedicalXpress

À lire aussi

Première apparition