jeudi , 24 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Covid-19 : qu’est-ce qu’un cas contact ?

Covid-19 : qu’est-ce qu’un cas contact ?


C’est un grand “ouf” pour le Premier ministre. Déclaré cas contact après avoir passé une journée avec le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, testé positif à la Covid-19, Jean Castex a été testé négatif, et n’a donc pas contracté l’infection au nouveau coronavirus. Mais parce que les symptômes peuvent tarder à arriver, et que la charge virale n’est peut être pas encore assez élevée, le Premier ministre subira un nouveau test à J+7 de sa rencontre avec Christian Prudhomme, et devra s’isoler jusqu’aux résultats. Il travaillera donc en visioconférence en attendant.

“Personne contact” : quelle définition ?

Un cas contact est, comme son nom le suggère, une personne qui a été au contact d’un cas positif, d’un individu qui a reçu un diagnostic positif pour la Covid-19, infection par le coronavirus Sars-CoV-2.

Mais est-on systématiquement cas contact même si l’on a vu la personne testée positive de façon très brève, en extérieur, ou avec toutes les protections possibles (masque, visière, distanciation…) ? Fort heureusement, croiser brièvement une personne malade dans la rue ne signifie pas à être immédiatement déclaré comme “cas contact”, et d’autant moins si l’on porte un masque.

Sur son site internet, l’Assurance maladie, qui se charge d’appeler rapidement les personnes contact, détaille ce qu’elle entend par “personne contact”. Il s’agit d’une personne qui, “en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact (hygiaphone ou autre séparation physique comme une vitre ; masque chirurgical ou FFP2 porté par le cas ou par la personne contact ; masque grand public fabriqué selon la norme Afnor ou équivalent porté par le cas et la personne contact)” :

  • a partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;
  • a eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (exemples : conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque ;
  • a reçu des actes d’hygiène ou de soins par la personne atteinte, ou lui en a prodigué ;
  • a partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, taxi…) pendant au moins 15 minutes avec un cas, ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement ;
  • est élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).

Notons ainsi que le premier critère au sujet d’un cas contact est l’absence du port du masque de protection. En cela, Jean Castex ne serait pas à proprement parler un cas contact, puisqu’il portait un masque pendant toute la durée de son échange avec le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, qui était lui aussi masqué. 

Quelle procédure si l’on est déclaré “cas contact” ?

Pour casser les chaînes de transmission du coronavirus, l’identification des cas contacts et leur isolement sont primordiaux. Ainsi, qu’elles présentent ou non des symptômes évoquant la Covid-19 (fièvre, toux, gêne respiratoire), les personnes contact seront contactées par l’Assurance maladie, et invitées à s’isoler. Elles pourront se voir délivrer un arrêt de travail si nécessaire, et devront surveiller leur état de santé. Tout devra être mis en oeuvre en termes de gestes barrière afin que ces personnes contact ne contaminent pas à leur tour leur entourage.

Dans tous les cas, qu’elles aient ou non des symptômes, les personnes contact devront subir un test de dépistage de la Covid-19, et ce dès que possible si le cas positif est dans leur foyer ou si elles sont symptomatiques. En revanche, pour les cas contact hors du foyer et sans symptômes, le test devra être entrepris 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé. Ce délai permet d’éviter les faux négatifs. Dans tous les cas, le test sera réalisable sans ordonnance et pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

À lire aussi

Première apparition