samedi , 19 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Covid-19 : une “longue maladie” selon les autorités américaines

Covid-19 : une “longue maladie” selon les autorités américaines


La Covid-19 peut être une maladie de longue durée, même chez les jeunes adultes sans pathologies chroniques sous-jacentes, ont alerté les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis, autorités de santé américaines, dans un rapport publié ce 24 juillet.

Parmi les 292 répondants d’une enquête téléphonique multi-états menée auprès d’adultes testés positifs au coronavirus, 94% ont déclaré avoir éprouvé un ou plusieurs symptômes au moment du test et 35% de ces répondants symptomatiques ont déclaré ne pas avoir retrouvé leur état de santé habituel à la date de l’entretien, effectué environ 16 jours après le test de dépistage. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, être jeune sans pathologies chroniques n’empêche pas une difficile récupération après l’infection au Sars-CoV-2, puisque 26% des 18-34 ans ont déclaré ne pas avoir recouvré pleinement leur santé. Ils sont 32% parmi les 35-49 ans et 47% chez les plus de 50 ans, détaille les CDC. Parmi les symptômes encore présents eux à trois semaines après le test positif, les répondants ont notamment indiqué avoir une toux persistante, de la fatigue ou encore un essoufflement

Pour les autorités américaines, ces résultats indiquent que l’infection au coronavirus peut entraîner une maladie prolongée, même chez les personnes atteintes d’une forme ambulatoire plus légère, y compris les jeunes adultes. Les CDC estiment ainsi qu’un “message de santé publique efficace ciblant ces groupes est justifié”, et que “les mesures préventives, y compris a distanciation sociale, le lavage fréquent des mains et l’utilisation cohérente et correcte des masques faciaux en public, devraient être fortement encouragées pour ralentir la propagation du SRAS-CoV-2”.

Publiée ce 9 juillet dans le JAMA, une étude menée auprès de patients italiens deux mois après leur infection au coronavirus a révélé que plus de 87% avaient encore au moins un symptôme persistant, et plus de la moitié ont déclaré avoir encore trois symptômes ou plus. De manière générale, il faut bien admettre que les effets à long terme d’une infection au Sars-CoV-2 sont encore méconnus.

À lire aussi

Première apparition