jeudi , 27 février 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » « Dans les maisons de repos, les personnes âgées bougent moins de cinq minutes par jour » – Santé

« Dans les maisons de repos, les personnes âgées bougent moins de cinq minutes par jour » – Santé

« Vous feriez mieux de ne pas rire de vos bonnes résolutions pour faire plus de sport en 2020 ». C’est nécessaire, dit Dominique Hansen. Le physiologiste de l’université de Hasselt s’inquiète pour notre santé. « Dans les maisons de repos, les personnes âgées bougent moins de cinq minutes par jour. Ce n’est pas étonnant qu’elles déclinent si vite ».

« Nous souffrons de sédentarité », dit-il. C’est une maladie qui a des conséquences négatives à court et à long terme. À court terme, le manque d’exercice entraîne un affaiblissement des muscles et des os. « C’est parce que notre corps est super efficace : il n’investira pas dans les muscles et les os si on ne leur demande rien ».

« Nous souffrons de sédentarité », dit-il. C’est une maladie qui a des conséquences négatives à court et à long terme. À court terme, le manque d’exercice entraîne un affaiblissement des muscles et des os. « C’est parce que notre corps est super efficace : il n’investira pas dans les muscles et les os si on ne leur demande rien ». »À plus long terme, le manque d’exercice affaiblit notre système immunitaire. C’est une sorte de chien de garde qui nous protège contre les infections. Il devient moins alerte avec l’âge, ce qui signifie que l’on contracte plus souvent des infections bactériennes. En bougeant, on le maintient éveillé. De la même manière, l’exercice physique peut mieux vous armer contre le cancer. L’exercice augmente les chances que votre corps attaque et détruise les cellules mutées ».Dans votre université, il existe un projet intitulé « Run for your brain ». Le sport rend-il vraiment plus intelligent?Dominique Hansen : Oui. Les gens n’en sont souvent pas conscients, mais notre cerveau aussi a besoin de mouvement. Nos cellules cérébrales établissent constamment de nouvelles connexions. Le mouvement stimulera la création de ces connexions, améliorant les fonctions exécutives – la mémoire et la capacité de résolution des problèmes. Les efforts plus intensifs semblent particulièrement efficaces.De plus, l’exercice physique réduit le risque de dépression de 20%. Le sport a donc aussi un effet sur notre santé mentale.Selon vous, les personnes qui regardent beaucoup la télévision devraient bouger encore plus que les autres.C’est exact. Selon la directive de l’Organisation mondiale de la santé, nous devons faire de l’exercice de façon modérément intensive pendant au moins une demi-heure par jour. En fait, vous devriez ajouter : ce n’est pas suffisant pour les personnes qui restent assises toute la journée et regardent la télévision dans leur canapé le soir. Ceux qui passent trois ou quatre heures devant la télé devraient en fait faire de l’exercice modérément intensif pendant plus de cinq heures par semaine, ou quatre heures de manière intensive. »Modérément intensif », qu’est-ce que cela signifie ?Cela dépend de votre état de santé. Si vous n’êtes pas en bonne condition physique, une marche vigoureuse peut déjà être modérément intensive. Pour un marathonien entraîné, une marche de 15 kilomètres à l’heure est modérément intensive. Si vous pouvez discuter pendant l’effort sans vous essouffler, c’est modérément intensif. Si vous ne pouvez plus le faire, alors c’est très intensif.Pourquoi vous focalisez-vous sur la télévision ? Beaucoup de gens sont assis sur une chaise de bureau huit heures par jour.C’est simple : les personnes qui regardent la télévision, mangent souvent des en-cas ou boivent un verre de vin ou de bière. C’est beaucoup plus malsain que de travailler assis à un bureau tous les jours.Il y a quelques années, l’American Journal of Preventive Medicine a calculé que plus de 5% des décès en Belgique étaient dus à la sédentarité. Que pensez-vous de cette statistique ?Je pense que c’est une estimation réaliste, si l’on additionne tous les effets négatifs.C’est aussi grave que le tabagisme.(Rires) On a déjà comparé les deux: fumer est toujours plus nocif, mais la sédentarité est également désastreuse. Même dans le domaine des soins de santé, les gens n’en sont pas encore suffisamment conscients.Savez-vous combien de temps les personnes âgées en maison de repos bougent? Moins de cinq minutes par jour. Ce n’est pas étonnant que ces personnes déclinent si rapidement. Je suis très inquiet pour nos enfants aussi. À l’école, ils doivent rester assis toute la journée, et de préférence le plus calmement possible. À la maison, ils doivent faire leurs devoirs, et après, c’est presque l’heure de se coucher. Alors qu’un enfant veut bouger beaucoup par nature, son cerveau est programmé pour cela.Par contre, les adolescents préfèrent paresser dans un fauteuil toute la journée. Y a-t-il une explication à cela?Mettez un enfant et un adolescent à la même table et ils se comporteront de manière complètement différente, l’enfant sera beaucoup plus actif. Aujourd’hui, de nombreux adolescents sont accros à leurs smartphones et autres écrans. C’est un gros problème. En conséquence, l’obésité chez les adolescents européens augmente énormément. Les pédiatres tirent la sonnette d’alarme depuis des années. Ils reçoivent de plus en plus de patients qui sont parfois atteints de diabète à l’âge de quatorze ans.Savons-nous combien de personnes font suffisamment d’exercice ?Selon l’Eurobaromètre de la Commission européenne, à peine 7% des Européens consacrent au moins une demi-heure par jour à des activités de loisirs. Et pire encore : près de 50% disent ne jamais faire de sport. Cependant, ce pourcentage est considérablement plus faible dans les pays scandinaves. En Belgique, 29% ne font jamais de sport : c’est mieux que la moyenne, mais c’est encore beaucoup trop. C’est en Europe du Sud que l’on enregistre les plus mauvais résultats.Parce qu’il y fait souvent trop chaud pour bouger ? Cela joue certainement un rôle. En ce qui concerne le réchauffement climatique, ce sujet n’est jamais abordé, mais la chaleur fait que les gens se déplacent moins. Faire de l’exercice quand il fait chaud n’est pas non plus une bonne idée. Pensez au marathon des championnats du monde d’athlétisme à Dubaï. Pour éviter la pire chaleur, il a été couru de nuit. Pourtant, c’était une terrible course à l’élimination. Un athlète après l’autre a dû être évacué en ambulance.Les personnes qui font plus d’exercice que ce qui est recommandé n’en tireront que peu de bénéfices pour leur santé. L’effet d’une augmentation de l’exercice physique diminue rapidement.C’est exact. Des recherches à grande échelle ont été menées dans ce domaine, avec un demi-million de participants suivis pendant quatorze ans. Résultat : plus vous faites du sport, plus les risques de décès prématuré sont faibles. Mais cet effet commence à s’affaiblir si vous faites plus de 3 heures de sport modérément intensif, ensuite cela stagne assez rapidement. En d’autres termes : les personnes qui font de l’exercice modérément intensif pendant 3 heures par semaine bénéficient des mêmes avantages pour la santé que les athlètes professionnels. Les effets sur l’espérance de la vie sont les mêmes pour les deux groupes.Le sport aide-t-il à lutter contre le surpoids ?Si vous voulez perdre du poids, c’est votre régime qui compte. Dans ce cas, l’exercice est généralement inefficace. Pensez à l’entraînement à la natation : en règle générale, vous en sortez affamé, vous voulez donc compenser immédiatement tout ce que vous avez consommé en calories.Cela dit, votre poids ne dit pas tout de votre santé.Comment ça? Dans le jargon, nous faisons une distinction entre les « personnes en bonne santé souffrant d’obésité métabolique » et les « personnes en mauvaise santé souffrant d’obésité métabolique ». En langage humain : 20% des personnes obèses n’ont pas de problèmes de pression artérielle, de taux de sucre et de cholestérol. Les 80% restants en souffrent, mais lorsque ces personnes commencent à faire de l’exercice, ces problèmes diminuent rapidement. Ils deviennent « métaboliquement sains », même s’il n’y a pas d’effet majeur sur leur poids corporel. Une étude assez provocante sur cette question a été publiée il y a quelques années, et le résultat a été le suivant : la forme physique est une meilleure mesure de votre espérance de vie que le poids corporel.Le sport intensif présenterait également des inconvénients. Par exemple, il pourrait favoriser l’arthrose.Cela dépend. Faire beaucoup de natation ne vous donnera pas d’arthrose. Ce risque est plus important lorsque l’on marche, en raison de la charge plus importante sur les articulations.Peut-on faire trop de sport ? Oui, mais je veux d’abord apporter une nuance importante. On lit régulièrement des articles sur des athlètes de haut niveau qui meurent soudainement après une défaillance cardiaque, mais c’est très rare – surtout si vous faites le lien avec des millions de minutes d’entraînement. Et lorsque cela se produit, une malformation cardiaque congénitale en est généralement la cause.Y a-t-il un lien entre le mouvement et la position sociale d’une personne ? Par exemple, les personnes ayant un niveau d’éducation supérieur et un revenu plus élevé font-elles plus de sport ?Oui, absolument. Ces personnes viendront également en rééducation plus tôt après un arrêt cardiaque. Ils savent à quel point c’est important, et ils sont plus enclins à le consulter en ligne.Et nous voyons plus de différences. Mes collègues font des recherches sur le sport dans des pays comme le Maroc et le Suriname. C’est terrible là-bas : les gens restent assis toute la journée, c’est probablement lié à leur culture. De telles habitudes dépendent aussi beaucoup de votre réseau social. Un enfant qui n’a jamais vu ses parents faire beaucoup de sport, ne le fera pas aussi facilement. C’est pourquoi un certain nombre d’universités travaillent sur une application qui permet aux personnes qui veulent faire du sport de se retrouver, par exemple parce qu’elles ont la même affection que celle sur laquelle elles doivent travailler.Souvent, les personnes actives mangent plus sainement et mènent une vie plus saine. La relation directe entre le sport et l’allongement de la durée de vie est-elle aussi claire ?Les personnes qui ont un bon réseau social vivent tout simplement plus longtemps. Et en effet, les personnes actives mangent souvent plus sainement. Il n’est pas si facile de tester à quel point l’exercice influe sur l’espérance de vie, pour des raisons éthiques. On ne peut pas demander à mille personnes de rester immobiles pendant un an. On ne peut se baser que sur des statistiques. Et vous devez les corriger en examinant d’autres variables qui peuvent influencer la mortalité, comme les habitudes de sommeil ou le comportement alimentaire. Je ne saurais dire exactement s’il restera de nombreuses années. Et franchement, je ne pense pas que ce soit la chose la plus importante. Ce qui compte vraiment pour moi, c’est de savoir combien d’années vous pouvez rester en bonne santé. Une personne qui reste couchée pendant une semaine perd 7% de sa masse musculaire pendant cette période, voit son état se détériorer de 12% et court déjà un risque accru de diabète.Faut-il accuser les personnes qui ne bougent pas suffisamment?Vous ne pouvez pas forcer qui que ce soit à faire du sport. Chacun doit trouver une motivation intrinsèque, sinon cela ne fonctionnera pas. Ma grand-mère est seule et fait une heure de marche chaque jour. Elle ne fait pas cela parce que je lui ai montré mes graphiques, mais parce qu’elle veut vivre seule le plus longtemps possible. On voit cela souvent. Beaucoup de gens ne se soucient pas de savoir s’ils vivront jusqu’à 80 ou 85 ans, mais ils veulent rester en bonne santé le plus longtemps possible. Ils ne veulent pas se retrouver dans un fauteuil roulant ou avoir besoin de soins.De nombreuses personnes souffrent de lombalgies. Faire de l’exercice peut aider, mais c’est souvent la dernière chose dont une personne qui souffre de lombalgie a envie.C’est exact. C’est pourquoi nous accompagnons très bien ces personnes. Nous veillons à ce qu’elles bougent davantage sans aggraver la douleur. Le sport indiqué diffère d’une personne à l’autre. Et les sports de haute intensité permettent mieux de soulager la douleur que les sports de moyenne intensité que nous recommandons classiquement.


Première apparition