lundi , 1 juin 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » « Des Belges prennent des bains d’eau de Javel pour se désinfecter » – Santé

« Des Belges prennent des bains d’eau de Javel pour se désinfecter » – Santé

Depuis le début de la crise du coronavirus, le Centre Antipoisons a reçu 15% d’appels en plus. Ces appels concernent différentes sortes d’empoisonnements dont de nombreux incidents liés à l’eau de Javel.

Le numéro d’urgence du Centre Antipoisons, accessible 24 heures sur 24, a reçu près de 800 appels de plus en mars (+ 15%) qu’au cours du même mois l’année dernière. En avril, il a enregistré 20% d’appels supplémentaires, une augmentation inédite, selon les informations du Standaard et du Nieuwsblad. « Nous n’avons jamais vu une telle augmentation dans l’histoire du Centre Antipoisons« , déclare Dominique Vandijck, son directeur adjoint à la VRT.

Ces appels concernaient toutes sortes d’empoisonnements et d’incidents. Le Centre a notamment connu une forte augmentation des intoxications aux drogues et à l’alcool. Les accidents liés à l’alcool à brûler ou aux spiritueux ont également augmenté ces dernières semaines. La situation s’explique en partie parce que les gens sont plus souvent chez eux et plus facilement en contact avec des produits toxiques.

Plus étonnant, le nombre d’incidents liés à l’eau de Javel a été multiplié par 12. Certaines personnes, par crainte du coronavirus, ont en effet utilisé de l’eau de javel comme désinfectant pour les mains. D’autres ont même eu l’idée saugrenue de prendre des bains et des douches avec de l’eau de javel. Ce qui leur a provoqué des brûlures et des irritations importantes.

Des bains et des douche à l’eau de Javel

La crise sanitaire joue un rôle actif dans cette augmentation du volume d’appels : « Les gens sont beaucoup plus concernés par le nettoyage et l’hygiène. Ils nettoient plus souvent, avec des produits plus forts ou des combinaisons de ceux-ci. Et ce n’est pas toujours une bonne idée, car il peut alors se produire des vapeurs chimiques qui peuvent être très irritantes« , explique Dominique Vandijck.

L’impact des déclarations douteuses de Trump

Le président américain Donald Trump, avec ses déclarations douteuses, a selon Dominique Vandijck, influencé certaines personnes à utiliser des produits toxiques hautement irritants pour la peau pour se prémunir du coronavirus. Il y a quelques semaines, Donald Trump a en effet suggéré l’idée de s’injecter de l’eau de Javel comme protection contre le coronavirus. Aux Etats-Unis, des citoyens qui avaient suivi ses recommandations en sont décédés.

Les conséquences de ses paroles ont été quasiment immédiates dans les appels que le Centre Antipoisons a reçus comme l’explique son directeur adjoint: « Nous l’avons tout de suite remarqué. Non pas que les gens s’injectent de l’eau de Javel, mais ils ont commencé à en utiliser de plus en plus souvent. Cela montre les conséquences considérables que cela peut avoir si ces personnes font de telles déclarations. »

Le Centre Antipoisons conseille de ne jamais mélanger les produits de nettoyage et de ne pas verser de l’eau de javel dans d’autres récipients. Il met également en garde contre les fausses solutions contre le coronavirus vendues en ligne, comme celles à base d’huiles essentielles, qui peuvent être toxiques à fortes doses.

L’eau de Javel, qu’est-ce que c’est ?

Le composé chimique de l’eau de Javel est de l’hypochlorite de sodium, du chlore dissout dans une solution de potasse. L’eau de Javel a acquis sa réputation au XIXe siècle, en milieu hospitalier, pour lutter contre la tuberculose.

L’eau de Javel tue les bactéries et blanchit le linge. Mais si elle désinfecte et décolore, elle ne nettoie pas, car elle ne contient aucun tensio-actif. Il est donc inutile de l’utiliser pour décrasser.

Son étiquette remplie de pictogrammes est bien explicite : l’eau de Javel est un produit toxique et corrosif, qui provoque des brûlures au contact de la peau, et dont les émanations peuvent causer maux de tête et nausées.

Associée à d’autres produits, l’eau de Javel est encore plus néfaste. Il ne faut par exemple jamais mélanger l’eau de Javel avec du vinaigre blanc ni à en verser dans les toilettes s’il reste de l’urine : associée à un acide, l’eau de Javel provoque l’émanation de gaz très toxiques qui peuvent provoquer des problèmes respiratoires.

Le numéro d’urgence du Centre Antipoisons, accessible 24 heures sur 24, a reçu près de 800 appels de plus en mars (+ 15%) qu’au cours du même mois l’année dernière. En avril, il a enregistré 20% d’appels supplémentaires, une augmentation inédite, selon les informations du Standaard et du Nieuwsblad. « Nous n’avons jamais vu une telle augmentation dans l’histoire du Centre Antipoisons », déclare Dominique Vandijck, son directeur adjoint à la VRT.Ces appels concernaient toutes sortes d’empoisonnements et d’incidents. Le Centre a notamment connu une forte augmentation des intoxications aux drogues et à l’alcool. Les accidents liés à l’alcool à brûler ou aux spiritueux ont également augmenté ces dernières semaines. La situation s’explique en partie parce que les gens sont plus souvent chez eux et plus facilement en contact avec des produits toxiques. Plus étonnant, le nombre d’incidents liés à l’eau de Javel a été multiplié par 12. Certaines personnes, par crainte du coronavirus, ont en effet utilisé de l’eau de javel comme désinfectant pour les mains. D’autres ont même eu l’idée saugrenue de prendre des bains et des douches avec de l’eau de javel. Ce qui leur a provoqué des brûlures et des irritations importantes. La crise sanitaire joue un rôle actif dans cette augmentation du volume d’appels : « Les gens sont beaucoup plus concernés par le nettoyage et l’hygiène. Ils nettoient plus souvent, avec des produits plus forts ou des combinaisons de ceux-ci. Et ce n’est pas toujours une bonne idée, car il peut alors se produire des vapeurs chimiques qui peuvent être très irritantes », explique Dominique Vandijck. Le président américain Donald Trump, avec ses déclarations douteuses, a selon Dominique Vandijck, influencé certaines personnes à utiliser des produits toxiques hautement irritants pour la peau pour se prémunir du coronavirus. Il y a quelques semaines, Donald Trump a en effet suggéré l’idée de s’injecter de l’eau de Javel comme protection contre le coronavirus. Aux Etats-Unis, des citoyens qui avaient suivi ses recommandations en sont décédés. Les conséquences de ses paroles ont été quasiment immédiates dans les appels que le Centre Antipoisons a reçus comme l’explique son directeur adjoint: « Nous l’avons tout de suite remarqué. Non pas que les gens s’injectent de l’eau de Javel, mais ils ont commencé à en utiliser de plus en plus souvent. Cela montre les conséquences considérables que cela peut avoir si ces personnes font de telles déclarations. »Le Centre Antipoisons conseille de ne jamais mélanger les produits de nettoyage et de ne pas verser de l’eau de javel dans d’autres récipients. Il met également en garde contre les fausses solutions contre le coronavirus vendues en ligne, comme celles à base d’huiles essentielles, qui peuvent être toxiques à fortes doses.


Première apparition