vendredi , 7 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Diabète : 250 patients concernés par l'arrêt de production d'une pompe à insuline

Diabète : 250 patients concernés par l'arrêt de production d'une pompe à insuline


En France, 250 personnes atteintes d’un diabète rare et gravissime sont équipées d’une pompe à insuline au niveau de l’estomac. Ce dispositif, baptisé "MiniMed implantable pump (MIP)", est commercialisé depuis les années 1990 par la société américaine Medtronic.

Oui, mais voilà : ce lundi 29 juin 2020, à l’occasion d’une réunion présidée par le Ministère de la Santé, Medtronic a annoncé l’arrêt de la production de cette MIP. Une décision évoquée dès 2017, mais dont les patients concernés (ils sont 350 dans le monde) n’ont eu vent qu’en 2019…

Sauf que cette pompe à insuline est vitale pour ces patients qui souffrent d’un diabète sévère et résistant aux traitements classiques. Interrogés par nos confrères du Parisien, ils évoquent le "rouleau compresseur de Medtronic" et critiquent "l’impuissance des pouvoirs publics". "Medtronic vient de nous condamner, regrette une patiente. Ma vie va redevenir ce qu’elle était avant : un cauchemar."

La dernière solution : la greffe de pancréas

Par ailleurs, le groupe Medtronic s’était engagé à fournir 45 pompes à insuline avant le mardi 30 juin 2020 : celles-ci n’ont pas été livrées, au désespoir de 30 patients français, diabétiques et en grave danger.

Face à la colère des patients, Medtronic a fait quelques concessions – jugées insuffisantes. Ainsi, les consommables (c’est-à-dire : les cathéters, les aiguilles et l’insuline) seront fournis jusqu’à l’arrêt de la dernière pompe en service. De plus, un "transfert gratuit de la propriété intellectuelle et de la technologie" de la MIP a été consenti à deux start-up américaines et hollandaises. Par manque de moyens financiers, celles-ci ne seront toutefois pas en mesure de produire des pompes à insuline avant plusieurs années…

Interrogé par Le Parisien, le Pr. Eric Renard, chef du service endocrinologie au CHU de Montpellier, parle d’un "scandale sanitaire". Pour les patients concernés, la "solution de secours", c’est la greffe de pancréas – un traitement lourd avec des complications importantes.

Source : Le Parisien, samedi 4 juillet 2020.

À lire aussi :

De la vitamine A pour améliorer la vision des diabétiques

Diabète : que peut-on manger au petit-déjeuner ?

Ménopause : les insomnies dues au diabète ?



Première apparition