mardi , 7 avril 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Diabète : de nouveaux traitements possibles grâce à un composé du microbiote

Diabète : de nouveaux traitements possibles grâce à un composé du microbiote


Une nouvelle approche thérapeutique du diabète, basée sur la composition du microbiote intestinal, pourrait bien voir le jour dans les prochaines années.

Une équipe de recherche internationale, dirigée par le chercheur Inserm Dominique Gauguier, a en effet découvert qu’un composé organique produit par la flore intestinale de certaines personnes aurait des effets protecteurs intéressants contre le diabète de type 1 et de type 2. Cette découverte est détaillée dans une nouvelle étude, publiée le 18 février dans la revue Cell Reports.

Désireux de mieux comprendre comment la flore intestinale peut influer sur le diabète, les chercheurs ont d’abord réalisé une étude de profilage métabolique, afin d’identifier tous les types de métabolites présents dans l’organisme, et ce à partir d’échantillons de sang de 148 adultes, parmi lesquels des diabétiques. C’est ainsi que l’équipe a trouvé une association entre le diabète et le métabolite 4-Cresol, un composé organique produit par la flore intestinale et également présent dans certains aliments.

Nous nous sommes aperçus que le 4-Cresol présentait un réel intérêt. Produit du métabolisme de la flore intestinale, ce composé semble être un marqueur de résistance au diabète. On retrouve notamment des quantités plus faibles de 4-Cresol dans le sérum des patients diabétiques que chez des individus non diabétiques”, a expliqué François Brial, chercheur Inserm et premier auteur de l’étude, dans un communiqué.

Un composé du microbiote capable de stimuler la sécrétion d’insuline

Grâce à des souris et des rats de laboratoire biologiquement conçus pour développer diabète et/ou obésité, les chercheurs ont alors testé les effets de ce 4-Cresol sur les signes cliniques du diabète et sur le fonctionnement des cellules bêta du pancréas, lesquelles sécrètent normalement de l’insuline pour maintenir une glycémie normale, et sont défaillantes en cas de diabète. C’est ainsi qu’il a été constaté qu’un traitement chronique de 4-Cresol à faible concentration conduisait à une amélioration du diabète, une réduction de l’obésité et de l’accumulation de graisse dans le foie. Et au niveau du pancréas, ce métabolite a permis une augmentation de la masse du pancréas, une stimulation de la sécrétion d’insuline et une prolifération des cellules bêta.

Alors que nous manquons aujourd’hui de thérapies pour stimuler la prolifération des cellules bêta du pancréas et améliorer leur fonction, ces résultats sont donc particulièrement encourageants. Par ailleurs, ils confirment l’impact de la flore intestinale sur la santé humaine, démontrant le rôle bénéfique d’un métabolite produit par des bactéries intestinales, et ouvrant de nouvelles pistes thérapeutiques dans le diabète, l’obésité et la stéatose hépatique”, a souligné Dominique Gauguier, qui a dirigé l’étude.

L’objectif est désormais pour l’équipe de trouver comment moduler la flore intestinale afin de rétablir la production de 4-Cresol chez les diabétiques. Il faudra pour cela identifier les “bonnes” bactéries qui produisent ce métabolite.

Sources : Inserm ; MedicalXpress


Première apparition