mardi , 26 mai 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » DIRECT. Coronavirus en France : nouveaux cas et foyers

DIRECT. Coronavirus en France : nouveaux cas et foyers



SOMMAIRE :

  • Le coronavirus en France : le direct
  • Les nouveaux foyers de coronavirus en France
  • Nouveaux cas de coronavirus en 24h, décès, hospitalisations (chiffres, courbes, bilan)
  • La carte du déconfinement département par département
  • Coronavirus en Allemagne
  • Coronavirus en Italie
  • Coronavirus en Espagne
  • Coronavirus dans le monde : le bilan
  • Coronavirus en France, déconfinement : les mesures

Le coronavirus en France : le direct

  • Traitements contre le coronavirus : l’OMS fait un point sur la recherche de traitements contre le coronavirus ce mardi. Selon l’organisation, certains traitements semblent limiter la gravité ou la durée de la maladie respiratoire COVID-19 et il faut maintenant se concentrer "sur quatre ou cinq" des traitements les plus prometteurs. "Nous observons des données potentiellement positives, mais nous devons voir plus de données pour être 100% certains que nous avons trouvé un traitement."
  • Déconfinement à Paris: Olivier Véran fait savoir ce mardi que les espaces verts de la capitale ne rouvriraient pas à Paris, malgré la demande formulée ce jour par la maire de la capitale. A l’occasion d’un déplacement dans le Val de Marne, il alerte sur le "piège" d’un mauvais déconfinement. "Il ne faut pas tout gâcher maintenant". Lundi, premier jour de deconfinement, le Canal Saint-Martin avait dû être évacué par la Police, dans la soirée, alors que des dizaines de parisiens s’y étaient regroupés. Christophe Castaner a demandé au préfet d’interdire la consommation d’alcool le long du canal Saint-Martin et des voies sur berges. 
  • Deuxième vague ? Alors que la France a débuté le déconfinement, l’évolution de l’épidémie demeure incertaine. Invité sur BFM-RMC ce mardi, Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon de Paris, a dénoncé un "déconfinement à l’aveugle". "On l’a fait sans savoir où le virus circulait, sans savoir combien de personnes étaient positives, sans savoir la dynamique de circulation dans les entreprises", a-t-il déploré. Et de dénoncer les lenteurs des autorités de santé vis-à-vis des tests de dépistage. "Sur les tests, on sait depuis le 16 mars que l’OMS a dit qu’il fallait dépister, le 16 mars, pas en avril." Le médecine a rappelé que le France est le 5e pays le plus impacté en terme de mortalité, "il faut beaucoup d’humilité, et les politiques aussi. Il y a plein de choses qui vont arriver", a-t-il encore prévenu.

Les nouveaux foyers de coronavirus en France

Ce mardi 12 mai, 46 cas ont été testés positifs au centre hospitalier de Lannion, dans les Côtes-d’Armor. Parmi les personnes identifiées figurent aussi bien des professionnels que des patients du centre hospitalier, indique l’Agence régionale de santé de Bretagne ce mardi.

Le week-end dernier, des foyers avaient été identifiés dans des zones "vertes". Ils n’ont pas donné lieu à de nouveaux cas positifs dimanche, mais les autorités ont appelé à la vigilance.

  • Cluster en Dordogne : un nouveau foyer de contamination a été recensé dans un collège de la Vienne après une réunion de prérentrée prévue le 18 mai pour les classes de 6e et 5e. Samedi, 74 personnes, enseignants et agents de la municipalité devaient être dépistés. "A ce stade, 60 tests ont déjà pu être analysés, tous sont négatifs", a annoncé dimanche l’Agence régionale de Santé. La rentrée au collège a été repoussée au 27 mai. 
  • Cluster dans la Vienne : un autre foyer de contamination Covid-19 a été détecté en Nouvelle Aquitaine, dans une commune en Dordogne suite à des funérailles fin avril. Sur les premiers résultats des tests de dépistage conduits par l’ARS, 9 cas ont été diagnostiqués positifs. Selon l’ARS, "43 résultats de tests étaient attendus dimanche. Ils sont tous négatifs".  
  • Cluster à Clamart (Hauts de Seine) : pour l’heure, 8 cas ont été testés positifs dans une résidence de jeunes travailleurs à Clamart. L’ARS a contacté toutes les personnes concernées pour identifier les "cas contacts". En attendant, tous les résidents sont confinés dans leur chambre. Les salariés, testés négatifs, continuent poursuivent leur travail. 
  • Cluster en Vendée : Ce sont 4 salariés de l’entreprise Arrivé, un abattoir de volailles situé à Essarts-en-Bocage en Vendée, qui ont été testés positifs au coronavirus. Un premier groupe de 261 employés ont été testés samedi et une campagne de dépistage a été lancée dans la foulée, a annoncé l’ARS. 

R0. Les pays scrutent le R0, c’est à dire le taux de "reproduction". Il s’agit du nombre de personnes qu’une personne atteinte de la maladie du Covid-19 va à son tour contaminer. Un chiffre inférieur à 1 suggère que le nombre d’infections tend à la baisse, alors qu’un niveau supérieur suggère une tendance à la hausse. En France, le R0 est actuellement de 0,6. En Allemagne, ce chiffre est passé de 0,7 à plus de 1 en quelques jours seulement.

Nouveaux cas de coronavirus en 24h, décès, hospitalisations (chiffres, courbes, bilan)

Le bilan en chiffres en France au 12 mai :

  • 140 227 cas confirmés en France (+708 nouveaux cas en 24h) et 26 991 décès (+348 décès en 24h)
  • 21 595 personnes sont hospitalisées, 2 542 personnes dans un état grave sont en réanimation pour covid-19 
  • 57 785 personnes guéries en France depuis le début de l’épidémie

!function(){« use strict »;window.addEventListener(« message »,(function(a){if(void 0!==a.data[« datawrapper-height »])for(var e in a.data[« datawrapper-height »]){var t=document.getElementById(« datawrapper-chart-« +e)||document.querySelector(« iframe[src*=' »+e+ »‘] »);t&&(t.style.height=a.data[« datawrapper-height »][e]+ »px »)}}))}();

Le Bilan épidémique au 12 mai : l’épidémie est toujours active et évolutive

  • 21 595 personnes (vs 24 775 il y a une semaine) sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 670 nouvelles admissions (vs 987 il y a une semaine) ont été enregistrées en 24 heures. 2 542 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 (vs 3 430 il y a une semaine) sont hospitalisés en réanimation. 92 nouveaux cas graves ont été admis (vs 111 il y a une semaine). Le solde reste négatif en réanimation, avec 170 malades COVID-19 en moins.
  • Les services d’urgence ont noté 758 passages pour ce même motif, soit 3% de l’activité totale.
  • 4 régions (Ile de France, Grand Est, Auvergne Rhône Alpes, Hauts de France) regroupent à elles seules 72% des cas hospitalisés.
  • Depuis le début de l’épidémie, 96 979 personnes ont été hospitalisées. 57 785 personnes sont rentrées à domicile.
  • "Nous reprenons progressivement nos activités, mais nous devons le faire avec beaucoup de prudence, respecter toutes les mesures barrière, dont le port du masque grand public lorsque la distance physique minimale d’un mètre ne peut être respectée, conseille ce mardi le ministère de la Santé. 
  • "Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, consultez votre médecin traitant ou un médecin de permanence afin qu’il puisse vous prescrire un test de recherche du virus (PCR)", conseille encore le ministère de la Santé. "Respectez scrupuleusement l’isolement." 
  • Les capacités de tests virologiques pour rechercher le virus de la maladie COVID-19 sont disponibles sur tout le territoire. Le ministère affirme être en capacité de "tester toutes les personnes symptomatiques et leurs contacts."
  • La DGS a demandé à Santé publique France de surveiller de façon active la survenue de maladies systémiques atypiques pédiatriques, confirmées ou suspectées d’être en lien avec le COVID-19. Ces tableaux rares, évocateurs de syndrome de Kawasaki ou de myocardites (dysfonction cardiaque, fièvre, troubles digestifs, syndrome inflammatoire persistant) doivent faire l’objet de signalements de la part du médecin généraliste, du pédiatre ou du service hospitalier en charge de l’enfant. L’évolution est en général favorable sous traitement.  
  • "Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) considérées comme des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule", souligne encore le ministère. "Nous devons poursuivre nos efforts pour protéger les personnes les plus à risques de développer une forme grave. Les personnes âgées et toutes celles présentant des pathologies chroniques doivent rester prudentes et nous devons continuer à les aider dans la vie quotidienne." Rappelons que selon le dernier bulletin épidémiologique de Santé Publique France, les patients à risque hospitalisés en réanimation pour COVID-19 ont dans 80% des cas des comorbidités et sont dans 53% âgés de 65 ans et plus. Parmi les décès : au moins 84% ont des comorbidités et 92% sont âgés de 65 ans et plus.

La carte du déconfinement département par département

Ce 12 mai, la carte de France des départements "vert" ou "rouge" est dévoilée : elle tient compte des 3 indicateurs (circulation du virus, tensions hospitalières, capacité à tester).

!function(e,i,n,s){var t= »InfogramEmbeds »,d=e.getElementsByTagName(« script »)[0];if(window[t]&&window[t].initialized)window[t].process&&window[t].process();else if(!e.getElementById(n)){var o=e.createElement(« script »);o.async=1,o.id=n,o.src= »https://e.infogram.com/js/dist/embed-loader-min.js »,d.parentNode.insertBefore(o,d)}}(document,0, »infogram-async »);

Carte Déconfinement
Infogram

4 régions restent en rouge : l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est. Mayotte reste aussi en rouge (le déconfinement est retardé).

"Nous sommes en mesure de valider le déconfinement sur l’ensemble du territoire", a déclaré Edouard Philippe le 11 mai. Mais, "certains départements ont des résultats moins bons qu’espérés". Dans ces départements "rouge", le déconfinement est possible sans ouverture des collèges et des parcs et jardins. Avec des adaptations et une "vigilance accrue" dans 2 départements :

  • Mayotte : le nombre de cas de contaminations est en augmentation, aussi le déconfinement est retardé.
  • Ile-de-France : le virus circule encore beaucoup, dans un département où les échanges sont nombreux et où la densité de population est importante. "Cela nous impose une discipline renforcée". Premier point, les personnes fragiles (âgées, avec des pathologies chroniques) doivent être particulièrement vigilantes en maintenant les gestes barrière et de distance physique. Deuxième point, les transports en commun, ne seront pas fermés mais des règles très strictes seront imposées, au moins les 2 premières semaines. La fréquentation des transports est limitée (15% des voyageurs). C’est pourquoi le télétravail reste fortement encouragé en Ile-de-France. Aux heures de pointe, l’accès aux transports sera réservé aux personnes ayant des motifs impérieux de déplacement ou une attestation de l’employeur.

1-L‘activité virale sur le territoire département par département. La DGS s’appuie sur la part des patients qui s’adressent aux urgences pour une suspicion de coronavirus (nombre de personnes adressées aux urgences pour Covid par rapport au nombre total de passage aux urgences quelle que soit la cause).

  • moins 5% : vert
  • 6 à 10% : orange
  • plus de 10% : rouge

2-La saturation des services de réanimation. Cela permet d’évaluer la pression que l’épidémie exerce sur l’offre de soins (nombre de lits de réanimation occupés par des malades Covid par rapport aux nombre de malades en réanimation quelle que soit la cause).

  • entre 0 et 60% de la capacité initiale : vert
  • entre 60 et 80 % : orange
  • entre 80 et 161 % : vert

3-A partir du 11 mai, le nombre de tests réalisés par département s’ajoute.

Coronavirus en Allemagne

Déconfinée depuis le 20 avril, l’Allemagne fait face à de nouveaux clusters de coronavirus. Trois cantons allemands dépassent la limite autorisée de cas de nouvelles contaminations dans le cadre du plan de déconfinement.

Le bilan en Allemagne au 12 mai :

  • 7 676 décès
  • 172 812 contaminations

Coronavirus en Italie

Le bilan en Italie au 12 mai :

  • 30 911 décès
  • 221 216 contaminations

Coronavirus en Espagne

Le bilan en Espagne au 12 mai :

  • 26 744 décès
  • 227 436 contaminations

Coronavirus dans le monde : le bilan

Le bilan dans le monde le 12 mai :

  • 1 248 033 de cas confirmés en Europe
  • 147 558 décès en Europe 
  • 4 063 525 de cas confirmés dans le monde
  • 282 244 décès dans le monde 
  • 187 pays touchés146 700

Voir aussi : la carte en temps réel des cas dans le monde
© Johns Hopkins Center for Systems Science and Engineering

Coronavirus en France, deconfinement : les mesures

La levée progressive du confinement peut être engagée ce 11 mai, a confirmé Edouard Philippe lors d’un discours le 7 mai. "C’est un processus progressif sur plusieurs semaines", qui nous permettra de sortir "doucement mais sûrement" de cette crise sanitaire. "Nous devons vivre et apprendre à nous protéger du virus, aussi longtemps que nous ne disposons pas de vaccin et de traitement."

  • La carte de déconfinement sera ré-évaluée quotidiennement. Edouard Philippe a résumé la situation : "Dans la majeure partie du pays, nous avons réussi à freiner la vague épidémique, nous avons retrouvé des marges de manœuvre à l’hôpital et nous sommes prêts pour les tests. C’est ce qu’on appelle les départements "verts". S’ils se maintiennent en vert les trois prochaines semaines, nous pourrons, au tout début du mois de juin, envisager une nouvelle étape de déconfinement, avec peut-être l’ouverture des lycées, des cafés." "Dans d’autres départements, le virus circule encore activement, ou l’hôpital reste en forte tension. C’est ce qu’on appelle les départements "rouges". Le déconfinement y est possible, avec certaines restrictions : pas d’ouverture des collèges, pas d’ouverture des parcs et jardins."
  • Les restrictions aux frontières nationales sont prolongées jusqu’au 15 juin et celles de l’espace Schengen restent fermées (pas de mise en quatorzaine à l’arrivée en France à l’intérieur de l’espace européen).
  • Rentrée des classes : la pré-rentrée des enseignants s’effectuera le lundi 11 mai, et celles des enfants le mardi 12 mai. La rentrée par niveaux sera privilégiée, avec notamment les classes de grandes sections, les CP et CM2. Certains élèves seront prioritaires (élèves en situation de handicap, enfants des personnels soignants, ceux dont les parents n’ont pas de solution de garde et les enfants décrocheurs). Les collèges situés dans les départements verts pourront ouvrir le 18 mai, mais ceux placés en zones rouges resteront fermés.
  • Le télétravail doit se poursuivre pour limiter l’utilisation des transports en commun et éviter le rassemblement des salariés dans un même espace. Le port du masque devra être obligatoire si la distanciation sociale n’est pas possible. "Le retour au travail doit garantir la santé et la sécurité des salariés". Le dispositif d’activité partiel sera en place jusqu’au 1er juin.
  • Ouverture des commerces : les commerces pourront ouvrir, sauf les cafés et restaurants. Les marchés seront "en général" autorisés sauf avis du préfet et/ou du maire. Cette ouverture se fera à condition du respect des flux, des gestes barrière, de la distanciation sociale. En outre, le port du masque sera recommandé pour les personnels et un commerçant pourra réclamer le port du masque pour entrer dans son magasin. 
  • Les transports : le port du masque sera obligatoire et les gestes barrière devront être respectés (un siège sur deux, répartition sur les quais…), dans le bus, le métro, les bus scolaires, etc. Quant aux déplacements inter-régionaux de plus de 100 km, ils seront limités aux transports professionnels ou familiaux "impériaux", "ce n’est pas le moment de quitter son logement pour partir en week-end", souligne Edouard Philippe. Une nouvelle attestation sera obligatoire pour les déplacements au-delà de 100 km à vol d’oiseau, sauf à l’intérieur de son département. Le masque sera obligatoire pour les plus de 11 ans dans tous les transports en commun (amende de 135 euros). Une attestation sera obligatoire dans les transports en commun franciliens. 
  • Loisirs, déplacements, sport : il sera à nouveau possible de circuler librement sans attestation, il sera possible de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air et en respectant les règles de distanciation physique, à l’exceptions des sports collectifs et de contact. Les parcs ouvriront s’ils sont dans des départements où le virus ne circule pas ou très peu. Les médiathèques, petits musées pourront rouvrir le 11 mai. Les Cinémas, salles de concert ne pourront pas rouvrir comme les salles des fêtes et salles polyvalentes.
  • Les lieux de culte seront ouverts mais les cérémonies ne pourront reprendre avant le 2 juin. Les cimetières seront à nouveau ouverts au public. Les mairies continueront à proposer le report des mariages.
  • Les rassemblements restent limités à 10 personnes au moins jusqu’au 2 juin. Tous les événements de plus de 5000 participants ne pourront se tenir avant le mois de septembre. 
  • "Le 11 mai nous serons en capacité de tester toutes les personnes avec des symptômes" et durant les semaines à venir, les tests de dépistage seront accessibles aux seniors, aux plus fragiles et aux soignants. Le gouvernement va s’appuyer sur les tests virologiques (PCR). L’objectif : 700 000 tests par semaine.
  • Seniors. Pas d’obligation pour les seniors et les profils fragiles de rester confiné mais des recommandations et des messages de prévention renouvelés, confirme Olivier Véran le 19 avril. "Nous demanderons à nos aînés de continuer à se protéger, limiter les sorties et contacts sur le principe de confiance et responsabilité". "Les visites privées devront être entourées de précautions", a souligné Edouard Philippe le 7 mai. En cas d’isolement, un numéro vert national a été mis en place ainsi qu’un dispositif d’écoute et de soutien psychologique en lien avec la Croix-Rouge.
  • Ephad : L’extrême solitude, le renoncement aux soins peuvent être aussi dangereux, souligne Emmanuel Macron. "Je souhaite aussi que les hôpitaux et les maisons de retraite puissent permettre d’organiser pour les plus proches, avec une bonne protection, la visite aux malades en fin de vie afin de pouvoir leur dire adieu durant cette phase de confinement." Un protocole a été signé le 21 avril pour permettre la visite d’un proche en Ephad.
  • le gouvernement annonce en Conseil des ministres qu’il prolonge de deux mois l’état d’urgence sanitaire, jusqu’au 24 juillet.

Et aussi :

  • L’accès à la téléconsultation est facilité par décret, afin que les patients dont le médecin traitant n’est pas disponible, puisse accéder à la téléconsultation directement.  A compter du 21 mars et pendant toute la durée de l’épidémie, la télémédecine et la téléconsultation sont prises en charge à 100%.
  • La procédure d’arrêt de travail pour les parents contraints de rester chez eux pour garder les enfants dans les zones de circulation du virus ont été simplifiées.
  • Les pharmacies sont autorisées à produire et vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique dont le prix est encadré par arrêté.
  • Le délai d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) à domicile est -par un décret du 27 mars- allongé à 9 semaines afin d’assurer aux femmes une continuité de leur droit pendant l’épidémie de coronavirus.
  • Maladie professionnelle : la maladie Covid-19 sera reconnue maladie professionnelle pour tous les soignants, "sans avoir à le démontrer".
  • Un décret publié au Journal Officiel précise quels sont les salariés vulnérables qui peuvent être placés en activité partielle pour éviter le risque de développer une forme grave du Covid-19.

Voici les gestes barrières qui limitent la propagation du virus :

  • se laver les mains toutes les heures, au savon
  • éternuer et tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs à usage unique et le jeter
  • éviter les poignées de main car "l’essentiel des contaminations se fait par les mains"
  • porter un masque 
  • éviter les embrassades
  • garder une distance de 1 m (réunions, file d’attente…)
  • privilégier le télétravail
  • éviter tout déplacement, sauf urgence

Le numéro vert (0800 130 000) mis en place pour répondre aux questions est ouvert 24 h sur 24 h

En cas de signes d’infection respiratoire (toux, fièvre, difficultés respiratoires), si vous habitez dans une zone ou circule le virus ou dans les 14 jours suivant le retour d’une zone ou circule le virus :

– contactez le SAMU Centre 15
– évitez tout contact avec votre entourage
– ne vous rendez pas chez votre médecin ou aux urgences

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) propose une carte interactive des pays où le virus a été détecté.

Pour toute question non-médicale, un numéro vert est mis en place : 0800 130 000.

Pour toute question médicale : contactez le 15.

Sources et informations officielles :

  • Santé publique France met en ligne le point épidémiologique
  • Ministère des Solidarités et de la Santé : Coronavirus COVID-19
  • Gouvernement : informations Coronavirus
  • Ministère des affaires étrangères : diplomatie.gouv.fr
  • Organisation mondiale de la Santé (OMS) : Maladie à coronavirus (COVID-19)

À lire aussi :

Le coronavirus covid-19 va-t-il (vraiment) disparaître au printemps ?

Coronavirus ou pas ? Le questionnaire en ligne

Coronavirus : comment se soigner à la maison ?

Comment faire ses courses sans risques ?

Quel est le profil des malades touchés par le coronavirus ?

A la maison, que faut-il laver et avec quoi ?

Peut-on attraper deux fois le coronavirus ?

Un nouveau foyer de contamination au Covid-19 a été identifié en Dordogne, à la suite d’obsèques à Eglise-Neuve-de-Vergt.

sizing: border-box; margin-right: 0px; margin-left: 65.8333px; color: #2b2b2b; font-family: sans-serif; font-size: 16px;">

Plusieurs "mini-cluster" ont été identifiés ces derniers jours, deux en Nouvelle-Aquitaine et un en Ile-de-France, dans un foyer de jeunes travailleurs.

Lecoronaviruscontinue de circuler. Même dans les départements classés "en vert". Deux foyers de Covid-19 ont été identifiés en Nouvelle-Aquitaine ces derniers jours, en Dordogne et dans la Vienne, tandis qu’un autre "mini-cluster" a été détecté à Clamart, dans les Hauts-de-Seine. L’Express fait le point sur ces trois foyers de contamination.

  • Clamart : huit tests positifs dans une résidence de jeunes travailleurs

Huit cas ont été recensés la semaine dernière dans une résidence de jeunes travailleurs, à Clamart




Première apparition