vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Education : près de la moitié des parents en désaccord avec les grands-parents

Education : près de la moitié des parents en désaccord avec les grands-parents


C’est bien connu, les vacances chez les grands-parents sont souvent synonymes de règles assouplies quant aux heures de coucher ou de repas, au contenu de l’assiette ou encore au temps passé devant la télévision. Cela étant, les grands-parents ont visiblement tout intérêt à ne pas trop s’éloigner du cadre fixé par les parents, au risque de moins voir leurs petits enfants.

C’est en tout cas ce qu’indique un sondage américain, conduit par le  C.S. Mott Children’s Hospital, un hôpital pédiatrique du Michigan (États-Unis). Mené en janvier-février 2020 auprès de 2 016 parents d’au moins un enfant de moins de 18 ans, représentatifs de la population américaine, il révèle que près de la moitié des sondés font état de désaccords avec un ou plusieurs grands-parents au sujet de l’éducation de leurs enfants. 

La plupart des parents interrogés (89%) déclarent que leur enfant voit au moins un grand-parent souvent ou occasionnellement. Parmi ces parents, 6% rapportent des désaccords majeurs et 37% des désaccords mineurs avec un ou plusieurs grands-parents au sujet des choix éducatifs. Et 15% des parents disent que les désaccords ont un effet négatif sur la relation de leur enfant avec ses grands-parents.

Dans le détail, 40% des parents sondés indiquent que les désaccords surviennent parce que les grands-parents sont trop indulgents avec l’enfant, 14% disent qu’ils sont au contraire trop durs ; et 46% disent que les désaccords découlent des deux cas, avec des grands-parents parfois trop indulgents et parfois trop durs. Les désaccords les plus courants sont :

  • la discipline (57%), 
  • les repas ou collations (44%) ;
  • le temps passé devant la télévision ou un écran (36%). 

D’autres différences concernent les comportements et attitudes (27%), la santé/sécurité (25%), le traitement inégal des petits-enfants (22%), l’heure du coucher (21%) et le partage de photos ou d’informations sur les réseaux sociaux (10%).

Ces désaccords entre parents et grands-parents se traduisent hélas en actes, puisque 15% des parents sondés, soit près d’un sur sept, limitent la durée pendant laquelle leur enfant voit certains de ses grands-parents. Parmi les parents ayant demandé à un grand-parent de respecter et d’appliquer davantage les choix éducatifs parentaux, 17% disent que celui-ci a refusé leur demande. Les parents sont alors plus enclins à limiter la durée pendant laquelle leur enfant va chez ses grands-parents, puisqu’ils refusent de se plier aux directives parentales.

Au vu de ces résultats, les chercheurs estiment que les désaccords éducatifs entre parents et grand-parents peuvent nuire durablement à leurs relations, et même à la relation entre papi-mamie et leurs petits-enfants.

Certains désaccords s’expliqueraient par des différences intergénérationnelles, souligne Sarah Clark, directrice de l’Institut de sondage Mott Poll. Les grands-parents peuvent par exemple penser que la façon dont ils fonctionnaient en tant que parent à leur époque était la bonne. De nouvelles données et directives quant à la santé ou la sécurité de l’enfant peuvent également conduire à des désaccords. On pense par exemple au fait qu’il est désormais conseillé de coucher un bébé sur le dos pour limiter les risques de mort subite du nourrisson, ou d’utiliser un siège auto adapté à la taille et au poids de l’enfant en voiture.

“Ces résultats indiquent que les grands-parents devraient s’efforcer de comprendre et de se conformer aux demandes des parents pour être plus cohérents avec les choix parentaux – non seulement pour soutenir les parents dans la tâche difficile d’élever des enfants, mais aussi pour éviter une escalade de conflits au point de risquer de perdre un temps précieux auprès de leurs petits-enfants”, a conclu Sarah Clark.

À lire aussi

Première apparition