dimanche , 20 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Hydroxychloroquine : inefficace voire dangereuse selon une étude

Hydroxychloroquine : inefficace voire dangereuse selon une étude


Nouveau rebondissement dans le “feuilleton” thérapeutique liant infection au coronavirus Sars-CoV-2 et l’hydroxychloroquine.

Publiée ce 26 août dans la revue Clinical Microbiology and Infection, une vaste méta-analyse française révèle que ce médicament serait inutile sinon dangereux. L’équipe de recherche, incluant des chercheurs de l’Inserm et de l’Université de Lausanne (Suisse), a d’abord utilisé des bases de données scientifiques pour rechercher des études évaluant la chloroquine, ou l’hydroxychloroquine, utilisée avec ou sans l’antibiotique azithromycine.

Pour rappel, la chloroquine est un antipaludéen tandis que l’hydroxychloroquine est utilisée pour traiter les maladies rhumatismales telles que le lupus érythémateux systémique et la polyarthrite rhumatoïde. Quant à l’antibiotique, qui est communément utilisé pour traiter des infections des voies respiratoires, et bien qu’il n’ait pas été officiellement approuvé contre la Covid-19, il a été prescrit à titre expérimental à des malades du coronavirus par plusieurs médecins de par le monde.

En tout, les chercheurs ont ici trouvé 29 articles scientifiques répondant à leurs critères, et ont entrepris de les analyser dans le détail. Après avoir exclu les études présentant un risque de biais important, la méta-analyse a inclus 11 932 patients dans le groupe hydroxychloroquine, 8 081 dans le groupe hydroxychloroquine avec azithromycine et 12 930 dans le groupe témoin, c’est-à-dire n’ayant reçu aucun des deux médicaments. Notons que, bien qu’ils aient tout de même quelques biais, notamment la présence d’études d’observation dans les 29 études retenues, et que celles-ci reposent sur les données hospitalières a posteriori, ces travaux ont été conduits sur un très vaste échantillon de personnes, contrairement à d’autres études observationnelles.

Verdict : “cette méta-analyse montre que l’hydroxychloroquine seule n’est pas efficace pour le traitement des patients COVID-19 et que l’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine augmente le risque de mortalité”.

Aucune baisse significative de la mortalité n’a été observée chez les malades de la Covid-19 traités à la chloroquine ou à l’hydroxychloroquine. Pire encore, l’association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine a été corrélée à une augmentation statistiquement significative de la mortalité de 27%, par rapport aux témoins n’ayant pris aucun de ces médicaments. “Ces résultats confirment les résultats préliminaires de plusieurs études d’observation qui ont montré que la combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine pourrait augmenter le risque d’événements cardiovasculaires aigus et potentiellement mortels”, ont indiqué les chercheurs.

“Il existe déjà un grand nombre d’études qui ont évalué l’hydroxychloroquine seule ou en association, et il semble peu probable à ce stade qu’une efficacité émerge un jour. Nos résultats suggèrent qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre les études évaluant ces molécules, et les essais cliniques European DisCoveRy et OMS International Solidarity (deux grands essais cliniques internationaux, ndlr) ont déjà interrompu l’évaluation des traitements utilisant de l’hydroxychloroquine”, notent enfin les chercheurs.

À lire aussi

Première apparition