samedi , 26 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Interview de M.Pokora qui s’engage dans la lutte contre Alzheimer

Interview de M.Pokora qui s’engage dans la lutte contre Alzheimer

On le connaît pour sa carrière d’artiste, et désormais pour ses engagements de cœur. Si Matt Pokora prend la parole pour sensibiliser à la maladie d’Alzheimer, c’est que le chanteur a été touché de près : son grand-père en souffrait. Comment l’a-t-il vécu ? Il nous raconte.


Matt Pokora s’engage dans la lutte contre Alzheimer

Alzheimer touche près de 900 000 personnes en France. Cette maladie « grignote » la mémoire et elle peut impacter très fortement le quotidien des malades. Mais, par extension, on estime que, en 2020, ce sont 3 millions de personnes qui sont concernées par la maladie, puisque pour les proches aussi, le quotidien est chamboulé.

“Mes parents ont essayé de me préserver”

Dans son témoignage, Matt Pokora décrit un quotidien que certains connaissent bien. L’annonce de la maladie d’abord, puis le souci – pour les parents – de protéger les enfants : « Dans un premier temps, on se rend pas compte, on se dit : “il va un peu perdre la mémoire.” Et puis, en grandissant, je me suis rendu compte à quel point c’est difficile, surtout pour ma grand-mère qui vit au quotidien avec lui. »

La nécessité de se faire aider

Le chanteur tient à faire passer un message très important : la nécessité de se faire aider. « C’est quelque chose d’important dans cette campagne, et un message que je veux faire passer aux personnes qui sont confrontées à cette maladie. »

« C’est terrible pour la personne qui voit partir sa mémoire en fumée, mais c’est terrible aussi pour les gens autour. La personne, quand elle oublie un nom, ça ne lui fait pas de mal. C’est à la personne en face que ça fait du mal. »

De l’importance de soutenir la recherche

Si le chanteur se mobilise en ce mois de septembre 2021, c’est pour lancer un appel au don. A travers sa voix, c’est la Fondation pour la Recherche Médicale qui lance un vaste appel au don.

L’objectif ? Trouver un traitement qui – au moins dans un premier temps – pourrait freiner l’évolution de la maladie, et faire en sorte que le malade puisse rester le plus longtemps possible chez lui.

À lire aussi

Première apparition