mercredi , 23 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » J'ai souvent des mycoses vaginales

J'ai souvent des mycoses vaginales


Quelles sont les causes des mycoses récidivantes ?

Une mycose vaginale n’est pas une infection sexuellement transmissible. Elle est due à un déséquilibre de la flore vaginale qui permet à une levure, le Candida albicans, de se développer, d’où le nom de candidose que l’on donne parfois aux mycoses vaginales. À l’intérieur du vagin se trouvent de bonnes bactéries protectrices. Si elles sont affaiblies, les levures présentes un peu partout sur la peau ont tendance à se développer et à entraîner une mycose.

Est-ce vraiment une mycose ?

Il existe deux types d’infection vaginale non sexuellement transmissibles dus à un déséquilibre de la flore vaginale : les mycoses et les vaginoses. Les pertes liées à une mycose ressemblent à du lait caillé, ont peu d’odeur, et elles sont accompagnées de démangeaisons. Les pertes liées à une vaginose sont grisâtres, blanc-gris, verdâtres ou jaunâtres, et sentent très mauvais – une odeur de poisson.

Les traitements sont différents

Il s’agit d’un antimycosique pour la mycose, et d’un antibiotique s’il s’agit d’une vaginose, car, dans ce cas, des bactéries sont en cause. Il faut surtout ensuite prendre des précautions pour éviter les récidives si cela vous arrive régulièrement après des relations sexuelles.

Les précautions contre mycoses ou vaginoses

– Évitez les relations sexuelles douloureuses. Une douleur, un picotement, un tiraillement, une brûlure signifient qu’il existe une micro lésion de la muqueuse, ce qui favorise la multiplication des germes agressifs. Arrêtez dès que vous avez mal !

– Utilisez du gel lubrifiant. Le lubrifiant évite les frottements, sources de microlésions, et diminue ainsi le risque de mycoses ou vaginoses.

– Demandez à votre partenaire d’aller laver sa zone intime à l’eau immédiatement après chaque relation sexuelle. Ce geste diminue considérablement le risque de récidives. Et attention, il doit bien décalotter pour que cette toilette soit efficace.

– N’utilisez jamais de produit désinfectant pour laver votre zone intime, cela détruirait votre flore et augmenterait le risque d’infections.

– Ne pratiquez pas de toilette vaginale interne. Cela détruit la flore et fait « remonter » les levures ou bactéries agressives là où elles n’ont rien à faire !

– Essuyez-vous toujours de l’avant vers l’arrière aux toilettes et après la douche, afin de ne pas apporter de bactéries depuis l’anus vers l’entrée du vagin.

À savoir : après une relation sexuelle avec un nouveau partenaire, les mycoses sont plus fréquentes. En effet, chaque homme possède une flore intime qui lui est propre, comme c’est le cas pour les femmes. Et un rapport sexuel, c’est la rencontre de deux flores intimes qui n’avaient jamais été en contact auparavant. Certaines bactéries, plus puissantes que d’autres, peuvent alors prendre le contrôle et déséquilibrer momentanément votre flore. Il faut parfois un peu de temps pour qu’un nouvel équilibre se crée.

Faut-il utiliser des probiotiques ?

Oui, pour aider votre flore à se reformer, vous pouvez utiliser des probiotiques qui sont des bactéries destinées à réensemencer votre flore vaginale. Les plus efficaces sont formulés pour s’appliquer en intravaginal, par exemple : Gynophilus ® , Bactigyn ® ou MycoRess ® . À noter qu’il ne suffit pas d’insérer des probiotiques en intravaginal pour qu’ils se multiplient et s’installent. Il faut y ajouter une alimentation riche en prébiotiques, c’est-à-dire en légumes variés et en céréales complètes.

Lire aussi

Apaisez les irritations avec les médecines douces

Tampon, cup, serviette… Quelle protection périodique est faite pour moi ?

Règles douloureuses, mycoses, cycles irréguliers… la gynécologie émotionnelle à la rescousse



Première apparition