mercredi , 20 novembre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » La gastro-entérite fait son grand retour, la région Hauts-de-France particulièrement touchée

La gastro-entérite fait son grand retour, la région Hauts-de-France particulièrement touchée

Selon les données du réseau Sentinelles, la gastro-entérite fait son apparition dans l’Hexagone avec une moyenne de 129 cas de diarrhée aiguë pour 100 000 habitants. Trois régions sont déjà particulièrement touchées. Selon la gravité des symptômes et les personnes touchées, cette maladie peut nécessiter un avis médical et la prescription d’un traitement.


© iStock

Avec l’arrivée de l’automne apparaissent également les premiers foyers de gastro-entérite. Selon le réseau Sentinelles, un réseau de recherche et de veille en soins de premiers recours, le virus touche en effet déjà plusieurs régions de France métropolitaine. Ainsi, le taux d’incidence des cas vus en consultation de médecine générale a été estimé à 129 cas pour 100 000 habitants. Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en Hauts-de-France avec 182 cas pour 100 000 habitants, Provence-Alpes-Côte d’Azur (175 cas pour 100 000 habitants) et en région Grand-Est (166 cas pour 100 000 habitants.) C’est pourquoi les experts évoquent une « activité modérée à forte ».

La gastro-entérite aiguë est une inflammation du tube digestif responsable de diarrhée, douleurs abdominales et vomissements. La transmission des virus, bactéries ou parasites responsables se fait par un contact direct entre une personne et une autre déjà malade, des aliments contaminés par le malade (pâtisseries, viande hachée, plats cuisinés, coquillages, produits laitiers non pasteurisés…) ou un contact avec des objets sur lesquels se sont déposées de fines particules de selles de personnes malades. « La gastro-entérite est favorisée par la vie en collectivité et la restauration collective, ce qui explique la survenue d’importantes épidémies surtout virales  », explique l’Assurance maladie sur le sujet.

icon-puceA lire aussi :


Gastro ou intoxication alimentaire ? Comment faire la différence

Il est important d’agir vite pour être soulagé

Une « gastro » dure en moyenne de deux à cinq jours, mais la personne peut rester contagieuse jusqu’à trois jours après la guérison. Cette infection saisonnière, en plus des désagréments qu’elle occasionne, peut entraîner un risque de déshydratation qui peut avoir des conséquences graves chez les plus fragiles, notamment les nourrissons, jeunes enfants et personnes âgées. La maladie étant très contagieuse, il est important de veiller à respecter une hygiène rigoureuse, à commencer par se laver les mains le plus régulièrement possible, notamment après être allé aux toilettes, avant de cuisiner ou de manger, de s’occuper d’un enfant, ou encore en rentrant chez soi après avoir utilisé les transports en commun. 

La gastro-entérite, le plus souvent virale, peut être soignée en suivant quelques conseils alimentaires et diététiques : boire plus que d’habitude, notamment des boissons contenant assez de sucre et de sel (eau, eau sucrée, bouillons de légumes) pour éviter la déshydratation, et prendre des repas plus petits mais plus fréquents, composés d’aliments salés, riches en glucose et sans résidus (riz, pâtes, carottes cuites). L’Assurance maladie déconseille en revanche les fruits et légumes crus et les boissons glacées. « Pour améliorer votre confort, vous pouvez avoir recours à des médicaments disponibles sans ordonnance. Ils ne vous dispensent pas des mesures d’hygiène et d’alimentation », précise-t-elle.

Pour l’enfant de moins de 2 ans, il est recommandé de compenser les pertes en eau et en sels minéraux avec des solutions de réhydratation orales selon ses besoins. « Ces boissons sucrées-salées sont facilement acceptées par les nourrissons. En revanche, les enfants plus grands apprécient moins leur goût », conclut-elle. Cette dernière recommande de consulter un médecin si l’enfant présente au moins trois selles liquides en quelques heures, associées ou non à des vomissements. A noter que le dernier bulletin du réseau Sentinelles indique également que la varicelle fait son apparition sur le territoire, bien qu’un seul foyer régional d’activité forte a été observé, en Nouvelle-Aquitaine.

À lire aussi


Première apparition