vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » La Ligue contre le cancer se mobilise contre les pénuries de médicaments

La Ligue contre le cancer se mobilise contre les pénuries de médicaments

Alors que l’opération Octobre Rose se profile, la Ligue contre le cancer souhaite alerter le grand public face aux pénuries de médicaments contre le cancer, de plus en plus importantes, qui entrainent de lourdes conséquences pour les malades. Outre une campagne de sensibilisation, l’organisme souhaite donner la parole aux personnes directement concernées.


© iStock

Pendant l’épidémie liée au nouveau coronavirus, la France a été confrontée à des pénuries de dispositifs médicaux et de médicaments. Pourtant, le problème était déjà présent avant la crise sanitaire, alerte la Ligue contre le cancer dans un plaidoyer sur « l’aggravation inacceptable de la pénurie de médicaments contre le cancer ». L’organisme souhaite sensibiliser le grand public avec le lancement en septembre de sa campagne d’affichage « Cher patient, pour votre médicament, merci de patienter ». Pour ce dernier, les chiffres parlent d’eux-mêmes car depuis l’obligation de déclarations des signalements de tensions ou de ruptures d’approvisionnement, le constat est sans appel.

En effet, de 404 en 2013, le nombre de signalements auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) est passé à 1499 en 2019 : année qui a atteint un record avec 34 fois plus de pénuries signalées qu’en 2008. Par ailleurs, parmi les médicaments signalés en 2017, 22% d’entre eux concernaient la cancérologie. Face à l’ampleur du phénomène, la Ligue a mené une étude auprès des malades et professionnels de santé fin 2019, et cette dernière a permis de recueillir des données sur les conséquences délétères de ces pénuries sur le parcours de soins. Ainsi, près des trois quarts des professionnels de santé y ont déjà été confrontés, notamment les pharmaciens, hématologues et urologues.

Des patients qui sont mis devant le fait accompli

Pour beaucoup de ces professionnel de santé, la situation n’est pas nouvelle et s’inscrit même dans le temps : 74% d’entre eux observent que depuis 10 ans, les pénuries de médicaments utilisés contre le cancer ont progressé et 94% font même le pari qu’elles vont s’amplifier. Du côté des malades, 94% des personnes qui y ont été confrontées associent l’annonce de l’indisponibilité de leur traitement à des sentiments négatifs (colère, inquiétude, incompréhension). Qui plus est, plus d’un patient sur deux ayant vécu une pénurie de médicaments en a pris connaissance alors même qu’ils suivaient déjà leur traitement (59%) et un tiers (35%) avant même le début de leur prise en charge.

Au-delà des aspects psychologiques, ces pénuries ont également d’importantes conséquences médicales car elles impactent le traitement même et donc les chances de survie des patients : certains ont déjà ainsi dû faire face à la pénurie d’un de leurs médicaments directement utilisés pour soigner leur cancer (49% des sondés). « Au-delà même du manque de certains médicaments, l’insuffisance d’information, de transparence, les sentiments d’inquiétude et de colère des personnes malades, leur perte de confiance sont autant de conséquences délétères pour elles mais aussi de difficultés pour les professionnels de santé », fait savoir le généticien Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer.

Recueillir des témoignages pour une meilleure visibilité de la situation

Dans la continuité de cette enquête, l’organisme lance aussi un appel à témoignages afin de donner la parole auxpremiers concernés par ces pénuries, via la plateforme penuries.ligue-cancer.net ouverte à tous. « L’objectif de cet appel est de recueillir des informations précises sur le contexte de survenue de cette indisponibilité », indique la Ligue.

Mais parce que ce problème est « durable et multidimensionnel », celle-ci souhaite également alerter les pouvoirs publics et responsabiliser les industries du médicament. Première mesure demandée : « Le recensement par les pouvoirs publics, de façon systématique, des personnes qui n’ont pas eu accès au médicament prescrit en premier lieu. »

Un système d’informations sur les pénuries de médicaments devrait également être mis en place pour les professionnels de santé. « Ce système doit permettre de renforcer la transparence sur l’origine, la durée et l’historique de ces pénuries », estime la Ligue. En outre, elle demande à ce que des études soient menées « pour mesurer les pertes de chances » causées par les pénuries par une autorité publique et indépendante. La Ligue est par ailleurs membre du « Comité de pilotage sur la stratégie de prévention et de lutte contre les pénuries de médicaments » lancé par la Direction générale de la santé en 2019, ayant comme objectif d’élaborer des solutions pour lutter contre cette problématique.

À lire aussi

Première apparition