dimanche , 13 décembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » L’activité physique est essentielle pour aider à réduire les symptômes de la ménopause

L’activité physique est essentielle pour aider à réduire les symptômes de la ménopause


La ménopause est la période de la vie d’une femme où les ovaires arrêtent leur sécrétion hormonale (œstrogènes et progestérone) et la formation d’un ovule chaque mois. On dit que la ménopause est véritablement « installée » lorsque les règles sont absentes depuis une année. Chez la plupart des femmes, elle apparaît naturellement entre 45 et 55 ans mais certains traitements du cancer peuvent la déclencher plus tôt : on parle de ménopauseprovoquée par le traitement. En effet, les femmes traitées pour un cancer peuvent subir une ménopause de manière assez soudaine avec des symptômes, tels que des bouffées de chaleur, amplifiés par rapport à une ménopause survenue naturellement.

Une étude menée par l’Université du Queensland affirme que l’activité physique peut réduire la gravité des symptômes de la ménopauseprécoce chez les femmes ayant suivi un traitement contre le cancer. Parue dans Menopause, le journal de la North American Menopause Society (NAMS), elle indique que les symptômes de la ménopause peuvent par exemple survenir à la suite d’une radiothérapie,ablation chirurgicale des ovaires ou d’une chimiothérapie. Des procédures qui, chez les femmes préménopausées ou périménopausées, peuvent déclencher une insuffisance ovarienne et entraîner une ménopause soudaine et parfois irréversible s’accompagnant de symptômes importants et fréquents.

Une amélioration des symptômes somatiques

« Les femmes rapportent souvent ces symptômes de la ménopause induits par les traitements comme un effet secondaire pénible qui persiste longtemps après avoir repris le travail et leurs rôles sociaux », expliquent les chercheurs. L’étude portant sur 350 femmes traitées pour des cancers du sein, des ovaires et du sang à un stade précoce a consisté à analyser l’association entre l’activité physique et les symptômes de la ménopause. En outre, les chercheurs ont évalué si une intervention ciblant le style de vie (sport, nutrition, sommeil, gestion du stress, arrêt du tabac, consommation d’alcool réduite) pouvait avoir un impact bénéfique sur les niveaux d’activité physique et les symptômes de la ménopause.

Les résultats ont montré une association claireentre l’activité physique et un soulagement des symptômes de la ménopause : ces derniers étaient moins sévères chez les femmes ayant des niveaux d’activité physique moyens à élevés par rapport aux femmes ayant de faibles niveaux d’activité physique. « Les femmes qui sont restées physiquement actives ont signalé moins de symptômes associés à la ménopause. Les principaux avantages étaient une réduction des symptômes dépressifs et des symptômes somatiques, tels que nausées, étourdissements, fatigue, douleurs musculaires et articulaires, ainsi qu’une amélioration des habitudes de sommeil et de la fonction sexuelle », note l’équipe scientifique.

Recommandée également contre une récidive du cancer

Bien qu’il ne s’agisse pas de la première étude à examiner l’association de l’activité physique avec les symptômes de la ménopause, elle est la première à se pencher spécifiquement sur le volume et l’intensité de l’activité physique adéquate. Sur la base de ces résultats, les chercheurs suggèrent que les programmes des services de cancérologie dédiés au soutien des patientes en post-traitement prennent davantage en compte l’importance de l’activité physique. « Un entraînement physique individualisé qui améliore la forme cardiovasculaire et physique pourrait être bénéfique pour les femmes, pour soulager ces symptômes de la ménopause, et nous espérons étudier cela de plus près », précisent les chercheurs.

Ces derniers concluent sur le fait qu’il a par ailleurs déjà été démontré que pratiquer régulièrement une activité physique modérée à vigoureuse permet qui plus est de réduire également le risque d’autres malades chroniques, mais aussi de récidive du cancer. « Cette étude met en évidence certains des nombreux bienfaits connus de l’exercice physique chez les femmes atteintes ou non de cancer. Bien que l’activité physique n’ait pas permis de réduire les bouffées de chaleur, les résultats sont conformes aux études antérieures : elle peut aider à atténuer d’autres symptômes comme les troubles de l’humeur et du sommeil », affirme la Dre Stephanie Faubion, directrice médicale du NAMS.


Première apparition