mardi , 29 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Le manque d’évasion et de repos a pesé sur le moral des Belges cet été – Santé

Le manque d’évasion et de repos a pesé sur le moral des Belges cet été – Santé


A cause du coronavirus et des mesures sanitaires en vigueur, le moral des Belges est en berne cet été. Le manque de repos et d’évasion pèse sur leur mental et sur leur état physique général, selon une étude réalisée par iVox auprès de 1000 Belges.

De nombreux Belges ont eu leur plan de vacances fortement chamboulé à cause de l’épidémie de coronavirus. Un Belge sur cinq n’a même pas pris de congé. Cela pèse sur leur santé physique et mentale révèle une enquête menée par iVox auprès de 1.000 Belges, rapportée par De Morgen.

La moitié des personnes interrogées par la pharmacie en ligne Viata.be déclarent n’avoir pu se détendre comme les années précédentes. Quatre Belges sur dix déclarent souffrir davantage de maux de tête et d’insomnie. L’épidémie de coronavirus a également une mauvaise influence sur la sexualité des Belges: un Belge sur quatre déclare avoir eu une vie sexuelle moins satisfaisante cet été. La deuxième vague de coronavirus a particulièrement touché la population : 17% ont souffert davantage du manque de contacts sociaux que lors de la première vague, 16% d’un plus grand manque d’énergie et 15% de problèmes de sommeil.

7 Belges sur 10 à la maison

L’été 2020 aura été vécu sur le mode de la « staycation », il n’aura pas permis à de nombreux Belges de s’évader et de partir en vacances. Sept compatriotes sur dix sont ainsi restés à la maison, deux sur dix n’ont même pas pris de congé. Seul un sur cinq est parti en vacances à l’étranger. Plus de la moitié d’entre eux disent ne pas avoir eu le temps de se détendre ou de s’amuser cet été. En conséquence, près de quatre Belges sur dix ne se sentent pas bien dans leur peau. Environ la moitié d’entre eux ont été inquiets ou stressés ces derniers temps.

Un tiers d’entre eux étaient également plus fatigués que pendant les autres étés. Les chiffres sont frappants: 45 % des personnes interrogées déclarent aussi avoir pris du poids cours des derniers mois, soit un quart de plus que la « normale » pendant cette saison. Les femmes et les jeunes (moins de 34 ans) ont clairement eu plus de mal que les hommes et les personnes âgées. Chez les femmes, le stress, la fatigue et les maux de tête ont atteint des sommets. Les jeunes sont surtout plus stressés.

De nombreux Belges ont eu leur plan de vacances fortement chamboulé à cause de l’épidémie de coronavirus. Un Belge sur cinq n’a même pas pris de congé. Cela pèse sur leur santé physique et mentale révèle une enquête menée par iVox auprès de 1.000 Belges, rapportée par De Morgen. La moitié des personnes interrogées par la pharmacie en ligne Viata.be déclarent n’avoir pu se détendre comme les années précédentes. Quatre Belges sur dix déclarent souffrir davantage de maux de tête et d’insomnie. L’épidémie de coronavirus a également une mauvaise influence sur la sexualité des Belges: un Belge sur quatre déclare avoir eu une vie sexuelle moins satisfaisante cet été. La deuxième vague de coronavirus a particulièrement touché la population : 17% ont souffert davantage du manque de contacts sociaux que lors de la première vague, 16% d’un plus grand manque d’énergie et 15% de problèmes de sommeil.L’été 2020 aura été vécu sur le mode de la « staycation », il n’aura pas permis à de nombreux Belges de s’évader et de partir en vacances. Sept compatriotes sur dix sont ainsi restés à la maison, deux sur dix n’ont même pas pris de congé. Seul un sur cinq est parti en vacances à l’étranger. Plus de la moitié d’entre eux disent ne pas avoir eu le temps de se détendre ou de s’amuser cet été. En conséquence, près de quatre Belges sur dix ne se sentent pas bien dans leur peau. Environ la moitié d’entre eux ont été inquiets ou stressés ces derniers temps.Un tiers d’entre eux étaient également plus fatigués que pendant les autres étés. Les chiffres sont frappants: 45 % des personnes interrogées déclarent aussi avoir pris du poids cours des derniers mois, soit un quart de plus que la « normale » pendant cette saison. Les femmes et les jeunes (moins de 34 ans) ont clairement eu plus de mal que les hommes et les personnes âgées. Chez les femmes, le stress, la fatigue et les maux de tête ont atteint des sommets. Les jeunes sont surtout plus stressés.


Première apparition