mercredi , 20 novembre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Le métro, un nid de bactéries et de levures

Le métro, un nid de bactéries et de levures

Dans quoi met-on les mains quand on s’agrippe aux barres dans le métro ? À la demande de La Presse, un biologiste moléculaire a fait des tests. Il a trouvé des bactéries et des levures pouvant causer des maladies de la peau. Surtout, il a été surpris par la quantité de bactéries, qualifiée de « limite », trouvées à certains endroits du réseau de transport souterrain. Or, la Société de transport de Montréal, avons-nous constaté, nettoie moins souvent qu’ailleurs les poteaux dans ses wagons de trains. Un dossier d’Émilie Bilodeau

Émilie BilodeauÉmilie Bilodeau
La Presse

Martin TremblayMartin Tremblay
La Presse

Les bactéries prennent aussi le métro

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Plusieurs des échantillons prélevés dans le métro contenaient des staphylocoques inoffensifs pour la santé humaine.

À Paris et à Boston, les barres de maintien des voitures du métro sont nettoyées tous les jours. À Montréal, elles le sont une fois toutes les cinq ou six semaines. Pourtant, après avoir prélevé à la demande de La Presse 40 échantillons dans le métro, le 7 octobre dernier, entre 12 h 30 et 14 h 30, Sylvain Beausoleil, enseignant en microbiologie au collège Ahuntsic, a constaté que quatre d’entre eux contenaient tellement de bactéries ou de levures et moisissures qu’il lui a été impossible de les compter au microscope.

Un poteau central et une barre horizontale au plafond dans deux rames Azur distinctes de la ligne orange, un poteau central dans une voiture de la ligne verte et un guichet distributeur de titres à la station Jean-Talon comptaient tous plus de 100 colonies de bactéries ou de levures et moisissures sur une surface de 33,18 cm2.

Si les autres résultats étaient généralement « dans les limites du raisonnable », a constaté le chercheur, « ce résultat souligne que certains endroits ont peut-être été oubliés par le service d’entretien ». « L’autre possibilité, c’est que ces endroits ont été contaminés par plusieurs usagers avant notre passage », explique M. Beausoleil.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Sylvain Beausoleil, professeur en microbiologie au collège Ahuntsic

Au moment d’analyser les résultats, le biologiste moléculaire était persuadé que le nettoyage des wagons était fait quotidiennement. La Société de transport de Montréal (STM) lave plutôt les planchers tous les trois jours, tandis que les barres de maintien sont nettoyées toutes les cinq ou six semaines. Dans les stations de métro, les surfaces visibles comme les guichets sont astiquées au moins une fois par semaine.

La Société n’effectue d’ailleurs pas de tests de laboratoire pour identifier les bactéries de façon régulière dans le réseau, mais le fait de façon exceptionnelle « pour des questions de santé publique », explique Amélie Régis, conseillère corporative en affaires publiques à la STM.

Mme Régis affirme que le métro ne pourra jamais devenir un milieu exempt de bactéries, de levures et de moisissures. Nettoyer l’intérieur des voitures chaque jour nécessiterait un plus grand nombre d’employés et donc un investissement d’argent conséquent. « Les usagers arrivent de plein d’endroits différents. Je pense qu’ils sont au fait que s’ils tiennent une barre, c’est important qu’ils se lavent les mains. Les gens savent que c’est un endroit très fréquenté et je ne pense pas qu’ils s’attendent à ce que ce soit un lieu complètement aseptisé. »

Un million d’entrées chaque jour

Sylvain Beausoleil estime pour sa part que laver l’intérieur des wagons une fois toutes les cinq ou six semaines, c’est peu pour un endroit qui enregistre un million d’entrées chaque jour. De plus, de nombreux usagers sont obligés de s’agripper aux barreaux quand les sièges sont tous occupés.

« C’est vrai que les résultats de nos tests ne sont pas si mal, mais je trouve que ça reste peu [un nettoyage toutes les cinq ou six semaines]. Dans certaines circonstances et à certains moments de l’année, comme l’automne et l’hiver, les lieux publics peuvent se contaminer très rapidement » , juge le scientifique.

En plus, le métro, par son étroitesse, favorise les contaminations et les contagions.

Sylvain Beausoleil, professeur en microbiologie au collège Ahuntsic

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Dans certaines circonstances et à certains moments de l’année, comme l’automne et l’hiver, les lieux publics peuvent se contaminer très rapidement », dit Sylvain Beausoleil.

À Toronto, la fréquence est encore moins grande qu’à Montréal : on y nettoie les barres de maintien toutes les six à huit semaines.

Le microbiologiste Éric Frost, à qui nous avons présenté les résultats de notre test, n’a pas osé s’avancer sur la fréquence à laquelle devraient être nettoyées les voitures de métro. « Il faut garder notre maison propre, et le métro, c’est la maison de la STM », a-t-il dit.

Ce docteur de la faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke affirme qu’il y a des milliers de bactéries dans les endroits publics et qu’il faut appliquer les mêmes règles d’hygiène, que l’on touche à une poignée de porte ou qu’on s’agrippe à une barre dans les transports en commun. Pour lui, le métro n’est pas un endroit dangereux.

Risques de gastro ?

De nombreux échantillons prélevés dans le métro contenaient des staphylocoques inoffensifs pour la santé humaine. Toutefois, une poignée, près de la porte d’une voiture Azur de la ligne orange, était infectée d’une bactérie appelée Bacillus cereus. Cette bactérie est responsable d’intoxications alimentaires lorsqu’elle se trouve dans des aliments mal conservés ou mal cuits.

« Il ne faut pas paniquer, mais effectivement, c’est une bactérie qui, dans certaines conditions et quand il y en a beaucoup, peut causer des intoxications alimentaires. Si tu es en bonne santé, les probabilités sont faibles, mais si tu ne prends pas de précautions [comme se laver les mains], ça peut causer des problèmes au niveau intestinal », explique M. Beausoleil.

Christian L. Jacob, président de l’Association des microbiologistes du Québec, nuance les risques. Il affirme qu’il faut avoir été en contact avec une très grande concentration de Bacillus cereus pour se mettre à souffrir de vomissements et de diarrhée. « Ça prendrait une très grande quantité, une quantité des milliers de fois plus grande que celle qui a été détectée », dit-il.

Maladie de peau

Par ailleurs, une barre au plafond d’une voiture de la ligne orange, celle qui était porteuse de plus de 100 colonies de bactéries ou de levures et moisissures sur une surface de 33,18 cm2, était en partie couverte d’une levure appelée Candida ciferrii. Les personnes âgées ou diabétiques sont vulnérables à cette levure qui peut causer des onychomycoses – champignons aux ongles – ou l’intertrigo des pieds.

Il faut bien entendu que la personne soit entrée en contact avec la levure dans le métro et qu’elle se soit touché les pieds plus tard, sans s’être lavé les mains, pour développer une maladie aux orteils.

Sur la ligne verte, un poteau dans une voiture était aussi porteur d’un staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). Cette bactérie se retrouve souvent en surface de la peau et elle ne cause aucun problème de santé. Toutefois, si elle se fraie un chemin dans une fissure de la peau comme une gerçure ou une égratignure, elle peut causer des infections légères ou graves, selon la souche.

« Quand elle est sur le dessus de la peau, il n’y a pas de problème. Mais si tu as une craque et que la bactérie peut entrer par là, ça peut devenir pathogène et causer des problèmes de santé », dit M. Beausoleil.

Malgré les résultats de l’expérience, l’enseignant du collège Ahuntsic est catégorique : il ne faut pas succomber à l’obsession de la propreté. Il recommande néanmoins de se laver les mains en quittant un endroit public, avant de manger ou en sortant de la salle de bains. Un geste simple qui peut éviter bien des maux. « Le métro de Montréal est à notre image, selon notre hygiène personnelle, conclut M. Beausoleil. Il appartient à tous de prendre les précautions nécessaires pour se protéger soi-même et, par le fait même, protéger autrui. »

Méthodologie

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Les élèves de Sylvain Beausoleil ont pu étudier les différentes colonies de bactéries récoltées dans le métro.

Dans le cadre de notre enquête, le biologiste moléculaire et bioéthicien Sylvain Beausoleil a effectué 36 prélèvements, le lundi 7 octobre entre 12 h 30 et 14 h 30, dans des voitures des quatre lignes du métro de Montréal ainsi que sur des guichets distributeurs de titres de passage et des rampes d’escalier. Il a aussi effectué quatre prélèvements sur nos mains (voir autre onglet). La cueillette d’échantillons s’est effectuée avec des plaques Rodac, des géloses que l’on applique sur les surfaces à analyser. Vingt d’entre elles ont servi à détecter les bactéries ; 20 autres ont été utilisées pour identifier les levures et moisissures. Dans les semaines suivantes, M. Beausoleil a sélectionné les 10 plaques qui présentaient la plus grande quantité de bactéries, levures et moisissures et a procédé à l’identification de celles-ci au laboratoire du collège Ahuntsic. Il ne s’agit pas d’un test scientifique, mais d’une « tranche de vie du métro de Montréal », souligne l’expert.

Ce que l’on ne voit pas…

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Le microbiologiste Sylvain Beausoleil a prélevé 40 échantillons sur des poteaux, des guichets distributeurs et des rampes d’escalier dans le métro de Montréal.

Le microbiologiste Sylvain Beausoleil a prélevé 40 échantillons sur des poteaux, des guichets distributeurs et des rampes d’escalier dans le métro de Montréal. L’exercice a piqué la curiosité des usagers qui l’observaient dans son travail. Récit d’une expérience et des résultats obtenus.

Les guichets 

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Les guichets sont les endroits où l’on repère le plus de bactéries, de levures et de moisissures.

Avec l’impression que les wagons de métro étaient nettoyés une fois par jour (ils le sont une fois toutes les cinq à six semaines), Sylvain Beausoleil s’attendait à trouver assez peu de bactéries sur les barres d’appui. À l’inverse, il prévoyait d’en trouver un plus grand nombre sur les guichets d’achat de billets. Aux stations Berri-UQAM et Jean-Talon, sa prédiction s’est révélée bonne. Les guichets sont en effet les endroits où l’on repère le plus de bactéries, de levures et de moisissures. Il faut dire que 100 % des gens qui achètent leur titre aux distributrices doivent appuyer sur le bouton « pour débuter ».

Staphylocoque doré sur la ligne verte 

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La poignée métallique, au milieu d’un wagon, s’est avérée être contaminée par un Staphylocoque aureus.

À partir du métro Berri-UQAM, nous avons sauté dans un train de l’ancienne génération vers la station Beaudry, sur la ligne verte. La poignée métallique, au milieu du wagon, s’est avérée être contaminée par un Staphylococcus aureus. Cette bactérie, lorsqu’elle pousse dans la nourriture, produit une toxine qui peut provoquer de graves intoxications alimentaires. Sur un poteau dans le métro, c’est une tout autre histoire, affirme le microbiologiste Éric Frost, de l’Université de Sherbrooke. « Pour une personne en santé, au pire, vous allez avoir un bouton. Votre système immunitaire va prendre le dessus et régler tout ça », explique-t-il. 

Et les mains ?

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Pendant les deux heures de notre expérience, nous avons touché aux tourniquets du métro, aux rampes d’escalier et aux barres de préhension dans les trains.

Quand nous avons approché Sylvain Beausoleil, du Collège Ahuntsic, le scientifique a été clair : « Il ne faut pas partir en peur. Nous avons tous des bactéries sur le corps. La grande majorité est inoffensive pour l’humain. » À preuve, pendant les deux heures de notre expérience, nous avons touché aux tourniquets du métro, aux rampes d’escalier et aux barres de préhension dans les trains. Nous avons ensuite prélevé un échantillon de surface sur l’une de nos mains « sales ». Nous les avons savonnées pendant 90 secondes et repris un échantillon. Résultat ? La main « propre » et la main « sale » comptaient autant de bactéries, de levures et de moisissures.

Pas d’E. coli 

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

L’échantillon pris sur une rampe d’escalier n’a révélé la présence d’aucune levure ou moisissure et de seulement cinq bactéries, un chiffre particulièrement faible comparé aux centaines que l’on a trouvées ailleurs.

Le biologiste moléculaire Sylvain Beausoleil s’attendait à trouver de l’E. coli, une bactérie présente dans la flore intestinale de tous les humains. « Quelqu’un qui est allé à la salle de bains et qui ne s’est pas lavé les mains, c’est un classique. […] Si on en avait trouvé, ça aurait témoigné d’une contamination avec une selle. » Bonne nouvelle, les recherches plus poussées sur cinq des échantillons n’ont révélé aucune présence d’E. coli ni de salmonelle.

Les rampes d’escalier 

Devant un escalier mécanique, à la station de métro Jean-Talon, nous nous sommes demandé si on ne devrait pas placer une gélose (la plaque que l’on applique sur les surfaces à analyser) contre la rampe qui tourne pendant de longues secondes. Les chances de trouver un grand nombre de bactéries, de levures et de moisissures seraient-elles multipliées ? Le professeur en microbiologie nous a vite rappelés à l’ordre. Un, la gélose est une matière fragile. Deux, les surfaces à analyser doivent être identiques d’un test à l’autre, soit d’une superficie de 33,18 cm2, pour pouvoir les comparer. L’échantillon à cet endroit n’a d’ailleurs révélé la présence d’aucune levure ou moisissure et de seulement cinq bactéries, un chiffre particulièrement faible comparé aux centaines que l’on a trouvées ailleurs.

La grippe, un virus, pas une bactérie

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Sylvain Beausoleil, professeur en microbiologie au Collège Ahuntsic

Les virus, comme celui de la grippe et du rhume, sont beaucoup plus résistants que les bactéries, les levures et les moisissures. Par contre, il est impossible de les détecter avec des géloses comme celles que nous avons utilisées lors de notre expérience. Si l’on touche à des particules virales avant de manger un repas avec les doigts ou de se ronger les ongles, « on réunit les conditions gagnantes » pour l’éclosion du virus, dit M. Beausoleil. Par ailleurs, le rhume et la grippe peuvent également s’attraper en respirant des gouttelettes virales. C’est pour cette raison que la Santé publique recommande de tousser ou d’éternuer dans un papier mouchoir ou dans le creux du coude.


Première apparition