mardi , 21 janvier 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Le régime alimentaire a des effets rapides sur la qualité du sperme 

Le régime alimentaire a des effets rapides sur la qualité du sperme 


Il est connu que les femmes souhaitant concevoir un enfant doivent faire très attention à leur mode de vie : manger équilibré, bouger le plus souvent possible, arrêter le tabac, limiter l’alcool et le stress… Mais l’hygiène de vie du futur père a aussi son importance, et ce au même titre. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Linköping (Suède) le confirme : le sperme, notamment la vitesse des spermatozoïdes, est influencé par l’alimentation et les effets se produisent rapidement. Leur étude publiée dans la revue PLOS Biology a consisté à nourrir pendant plusieurs semaines 15 jeunes hommes en bonne santé, dont quelques jours avec une alimentation très riche en sucre.

« Nous voyons que le régime alimentaire influence la motilité des spermatozoïdes, et nous pouvons lier les changements à des molécules spécifiques en eux. Notre étude a révélé des effets rapides qui sont perceptibles après une à deux semaines », explique le Pr Anita Öst, responsable de l’étude. La qualité du sperme peut être affectée par plusieurs facteurs environnementaux et de style de vie, dont l’obésité et les maladies connexes, comme le diabète de type 2. Les chercheurs se sont intéressés aux modifications épigénétiques, c’est-à-dire des changements dans l’activité, l’expression des gènes sans que la structure de l’ADN ne soit modifiée et pouvant être transmis lors des divisions cellulaires.

Un lien déjà mis en lumière dans de précédentes études

Dans certains cas, de tels changements épigénétiques peuvent être transmis d’un parent à sa progéniture, via le sperme ou l’ovule. Dans une étude précédente, les scientifiques ont montré que les mouches à fruits mâles qui avaient consommé un excès de sucre peu de temps avant l’accouplement produisaient plus souvent une progéniture en surpoids. Des études similaires sur des souris ont suggéré que de petits fragments d’ARN jouent un rôle dans ces phénomènes épigénétiques qui apparaissent à la génération suivante. Cette nouvelle étude a été lancée pour vérifier cette théorie : déterminer si une consommation élevée de sucre affecte les fragments d’ARN dans le sperme humain.

Les chercheurs ont fait appel à 15 jeunes hommes à l’IMC normal, non-fumeurs, qui ont accepté de consommer de la nourriture fournie par ces derniers pendant deux semaines. Leur régime alimentaire était basé sur les recommandations nutritionnelles officielles du pays pour une alimentation saine à une exception : pendant la deuxième semaine, les chercheurs ont ajouté du sucre à une dose correspondant à 3,5 litres de boissons gazeuses ou 450 grammes de confiseries chaque jour. La qualité du sperme et d’autres indicateurs de la santé des participants ont été étudiés au début de l’étude, après la première semaine (alimentation saine) et après la deuxième semaine (alimentation sucrée).

« La motilité des spermatozoïdes peut être modifiée en peu de temps »

Au début de l’étude, un tiers des participants avaient une faible motilité (capacité de se déplacer spontanément) des spermatozoïdes, l’un des facteurs qui impactent négativement la qualité du sperme. La fraction de personnes ayant une faible motilité des spermatozoïdes dans l’étude correspondait à celle de la population générale, mais les chercheurs ont été surpris de découvrir que la motilité des spermatozoïdes de tous les participants est devenue normale au cours de l’étude. « L’étude montre que la motilité des spermatozoïdes peut être modifiée en peu de temps et semble être étroitement liée au régime alimentaire. Cela a des implications cliniques importantes », ajoute le Pr Anita Öst.

Par ailleurs, les analyses des échantillons de sperme prélevés à plusieurs reprises ont montré que ces changements dans la motilité des spermatozoïdes étaient parallèles à une augmentation simultanée de fragments d’ARN liés à la motilité des spermatozoïdes. Mais les chercheurs ne sont pas parvenus à savoir si c’est le sucre qui a pu causer cet effet, « car il peut être un composant du régime alimentaire sain de base qui a un effet positif sur le sperme », conclut la chercheuse. L’étude précise néanmoins que l’augmentation de la motilité des spermatozoïdes s’est produite après une semaine d’un régime riche en sucre mais issu d’un régime sain de base et que les participants étaient jeunes, en bonne santé et maigres.

À lire aussi

Première apparition