vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Les gestes barrière fragilisent-ils notre immunité naturelle ? – Santé

Les gestes barrière fragilisent-ils notre immunité naturelle ? – Santé


Aujourd’hui, plus que jamais, nous désinfectons nos mains et tout ce que nous touchons. Quel impact cela peut-il avoir sur notre immunité et celle de nos enfants ?

Faire un saut à la boulangerie ? Se décontaminer les mains. Passer au supermarché ? Les mains sous le portique de désinfection. Vous voulez aller prendre un café ? Oui, mais il faut une nouvelle fois appuyer sur la pompe de gel hydroalcoolique. Rentrer à la maison, préparer le dîner, aller aux toilettes ? Encore une fois, se laver les mains…

Faire un saut à la boulangerie ? Se décontaminer les mains. Passer au supermarché ? Les mains sous le portique de désinfection. Vous voulez aller prendre un café ? Oui, mais il faut une nouvelle fois appuyer sur la pompe de gel hydroalcoolique. Rentrer à la maison, préparer le dîner, aller aux toilettes ? Encore une fois, se laver les mains…Pendant des années, on nous a dit que nous vivions trop proprement en Occident. Maintenant avec le coronavirus, nous vivons dans un monde aseptisé et avec un masque collé sur le nez lors de nos déplacements. Certaines personnes se demandent dès lors si les recommandations actuelles en matière d’hygiène peuvent avoir un effet néfaste sur notre immunité.L’immunologiste Bart Lambrecht de l’UGent/VIB rassure d’emblée. « Il est vrai que nous nous lavons les mains un peu plus que la normale, mais cela n’est pas suffisant pour affecter notre immunité. Il n’est pas non plus vrai que nos mains sont complètement stériles en raison d’une hygiène excessive. Si c’était le cas, les chirurgiens pourraient pratiquer des opérations sans gants. De plus, les mains couvrent à peine deux à cinq pour cent de la surface de notre corps, ce qui ne représente qu’une petite partie de l’ensemble du microbiote. Il est vrai cependant que l’utilisation fréquente de savons et de gels à l’alcool affecte la barrière cutanée, permettant aux allergènes présents dans l’environnement, tels que les acariens, de pénétrer la barrière et de provoquer une poussée d’eczéma temporaire ».Mais qu’en est-il de la soi-disant « théorie de l’hygiène » qui affirme que l’augmentation de l’hygiène et de l’eau potable dans le monde industrialisé affecte le développement de notre immunité et est donc la cause du nombre croissant de cas d’asthme et d’allergies ? « La théorie de l’hygiène ne concerne que les premières années de la vie », précise Bart Lambrecht. « C’est le moment crucial où tout le système immunitaire se construit. C’est dans ce court laps de temps qu’un enfant apprend à gérer les différentes bactéries présentes dans son environnement. Si un enfant entre trop peu en contact avec d’autres enfants et animaux, son système immunitaire est perturbé et il commence à réagir de manière excessive, parfois même à son propre corps sous la forme de maladies auto-immunes. Cela peut sembler contradictoire, mais en entrant trop peu en contact avec une grande variété de germes, le système immunitaire commence à réagir à des substances inoffensives ».On dit souvent que les enfants doivent être malades pour développe leur immunité. Mais « c’est un malentendu, selon Lambrecht. La théorie de l’hygiène ne dit pas qu’un enfant doit passer ses premières années au lit constamment malade pour avoir une meilleure défense immunitaire. La quantité de germes devrait stimuler le système immunitaire juste assez pour ne pas réagir de manière excessive aux allergènes. Cela fonctionne comme pour un vaccin dans lequel il y a une petite quantité de germes. Grâce à cette exposition minime, le corps se construit une mémoire pour le moment où une véritable infection frappe ».Les allergies sont plus fréquentes aujourd’hui que par le passé : 30 à 35 % des Belges en souffrent aujourd’hui. Avant la Seconde Guerre mondiale, cela ne représentait que cinq pour cent de la population. Pourtant, Lambrecht, une autorité mondiale en matière de recherche sur l’asthme et les allergies, ne pense pas que les mesures coronariennes entraîneront encore plus d’allergies à long terme. Les mesures actuelles sont trop éphémères pour avoir un impact, et c’est surtout la première année de vie qui est cruciale pour le bon développement de l’immunité. Mais l’immunologiste estime que les mesures d’hygiène ne devraient pas durer plus de deux ans. Car à partir de là, on pourrait commencer à voir des conséquences.La théorie de l’hygiène, d’ailleurs, n’est pas la seule explication à la rapide augmentation des allergies au cours des dernières décennies dans le monde occidental. Davantage d’antibiotiques sont également disponibles, ce qui signifie que les enfants souffrent de maladies infectieuses moins banales. Comme nous avons déménagé dans des maisons mieux isolées, le taux d’humidité est plus élevé et la population d’acariens, et donc l’allergie aux acariens, augmente. La pollution atmosphérique rend les allergènes naturels plus dangereux et, en raison du changement climatique, nos étés sont plus chauds et plus secs et la saison pollinique dure plus longtemps.Pour certaines choses, il serait donc préférable de revenir au bon vieux temps, lorsque les enfants se promenaient encore dans les champs ou fouillaient dans le bac à sable et le soir étaient « noircis par la saleté ».Les meilleures cartes pour une immunité optimale sont celles des enfants nés dans une ferme, dit M. Lambrecht. Les enfants qui passent leurs deux premières années de vie dans une ferme sont moins susceptibles de développer des allergies et des maladies auto-immunes telles que la maladie de Crohn. En effet, le riz agricole contient des composants de bactéries mortes appelés endotoxines. On les trouve entre autres dans la bouse de vache. Lorsque la bouse de vache sèche, ces endotoxines sont libérées dans l’air, ce qui donne à une ferme son odeur caractéristique. La meilleure chose qu’une mère puisse faire pour son bébé est de le mettre le « Maxi-Cosy » dans une étable.Parce que dans la Belgique profonde et bétonnée, tout le monde ne grandit pas dans une ferme, il existe heureusement d’autres moyens de laisser les enfants « se salir ». La moitié des allergies peuvent être évitées si les enfants grandissent dans une famille avec des animaux de compagnie », explique M. Lambrecht. Plus il y a d’animaux de compagnie, mieux c’est.Mais l’élément le plus décisif dans la théorie de l’hygiène est la taille de la famille. Au cours des 50 dernières années, ce chiffre a considérablement diminué dans notre pays pour atteindre 1,6 enfant par famille. Un bébé est plus susceptible de développer des allergies s’il se retrouve dans une petite famille, car il est moins exposé aux infections des frères et soeurs ou de la mère infectée par un enfant plus âgé. C’est exactement ce que l’épidémiologiste britannique David Strachan a suggéré dans son hypothèse originale sur l’hygiène en 1989″.Les familles nombreuses vivant ensemble dans les communautés rurales, et souvent en contact avec la nature, sont beaucoup plus fréquentes dans les pays en développement que dans les régions où le mode de vie est occidental. M. Lambrecht est donc convaincu que les non-Occidentaux ont une meilleure immunité et que cela pourrait expliquer pourquoi le SRAS-CoV-2, par exemple, frappe moins fort en Afrique. « La manière dont le système immunitaire apprend à traiter les infections au cours des premières années de la vie a également une influence sur la capacité pathogène d’un virus. Nos recherches montrent, par exemple, que les cobayes qui ont été exposés pour la première fois à de la ‘poussière de ferme’ ne sont pas tombés malades à la suite d’une infection par un virus pulmonaire, alors qu’une souris de laboratoire propre l’a été. Je pense que c’est exactement ce qui se passe avec le covid-19 maintenant. Les enfants des communautés agricoles en Afrique et en Inde ne sont pas moins infectés par le nouveau coronavirus, mais ils en sont moins malades ».Une autre mesure d’hygiène importante à laquelle nous avons été confrontés cette année, au grand dam de beaucoup, est le masque buccal. Maintenant que les écoles ont rouvert, les enfants passent parfois jusqu’à huit heures par jour avec un masque. Cette mesure est actuellement en discussion, car elle provoque des plaintes telles que des maux de tête et constitue une menace potentielle sérieuse pour le développement des enfants. Les plus sceptiques affirment même que le CO2 accumulé entraîne une acidification toxique de l’organisme qui affecterait également notre immunité.M. Lambrecht, qui est non seulement immunologiste, mais aussi pneumologue, met les points sur les « I ». « C’est l’une des nombreuses informations sans fondement scientifique qui circulent », soupire-t-il. L’acidification toxique au CO2 est le processus inverse de l’hyperventilation. Le phénomène est possible lorsque l’on porte un masque buccal, mais seulement dans des circonstances extrêmes et lorsque le masque buccal s’adapte si parfaitement au visage que l’on y succombe au bout de quelques heures seulement. La plupart des masques buccaux, comme les spécimens chirurgicaux que tout le monde porte, permettent à l’air de passer par les côtés, ce qui rend l’acidification toxique peu probable ».Enfin, un autre malentendu doit être dissipé. Alors que nous sommes assaillis de conseils et de moyens de donner un « coup de pouce » à notre immunité, M. Lambrecht pense que c’est un effort futile. Il n’existe pas de médicament ayant un effet stimulant général sur le système immunitaire. Cependant, vous pouvez « entraîner » votre système immunitaire en lui donnant des stimuli répétés, comme avec le vaccin annuel contre la grippe. Toute personne qui reçoit chaque année une variante différente du vaccin antigrippal sera finalement mieux protégée qu’une personne qui n’a jamais reçu de vaccin antigrippal, car le risque de réaction croisée est plus élevé. Mais ce n’est pas un « coup de pouce » pour l’ensemble de votre système immunitaire, il ne protège que contre les variantes de la grippe. Le vrai conseil est de renforcer le système immunitaire des enfants par des infections naturelles au cours des premières années de leur vie », conclut M. Lambrecht.


Première apparition