samedi , 3 octobre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Les symptômes de la ménopause ont-ils un impact sur le cœur ?

Les symptômes de la ménopause ont-ils un impact sur le cœur ?


Contraception, grossesse, ménopause : voilà trois périodes de la vie hormonale d’une femme où celle-ci présente une vulnérabilité cardiaque. C’est à la ménopause que les femmes ont tendance à prendre du poids, à avoir un excès de mauvais cholestérol, à développer un diabète… autant de facteurs qui multiplient les plaques de cholestérol dans les artères et donc, le risque de maladie cardiovasculaire. Des chercheurs du Penn State Hershey Medical Center (Etats-Unis) se sont intéressés à ce risque de plus près dans une étude scientifique qui a été présentée à l’occasion de la rencontre annuelle de la North American Menopause Society (NAMS) 2020.

La ménopause s’accompagne de nombreux symptômes qui peuvent interférer avec la qualité de vie d’une femme comme une prise de poids, des sueurs nocturnes, des troubles de l’humeur (anxiété, dépression, insomnie, irritabilité…) et des bouffées vasomotrices (communément appelées bouffées de chaleur) mais peuvent-ils aussi causer des problèmes de santé ? Oui, affirment les chercheurs, avec un risque accru de maladie cardiovasculaire chez les femmes qui présentent au moins deux symptômes modérés à sévères. Les chercheurs ont également voulu savoir si une supplémentation en calcium et en vitamine D pouvait atténuer le risque, mais aucune preuve allant dans ce sens n’a été trouvée.

« Ces symptômes peuvent être plus qu’une nuisance bénigne »

Ces derniers estiment que les symptômes de la ménopause considérés comme des « déclencheurs du risque supplémentaire de maladie cardiaque » comprenaient : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, vertiges, accélération du rythme cardiaque, tremblements, fatigue, difficultés à se concentrer, oublis, sautes d’humeur, sécheresse vaginale, sensibilité des seins, migraines et réveils multiples pendant la nuit. Mais les scientifiques ont constaté que même les bouffées de chaleur graves n’étaient associées à aucun résultat clinique défavorable lorsqu’elles se produisaient seules. Mais si elles apparaissent en parallèle d’un autre symptôme, un risque accru de maladie cardiovasculaire est présent.

« Les maladies cardiaques restant la première cause de mortalité chez les femmes, des études comme celle-ci sont inestimables », explique la Dre Stephanie Faubion, directrice médicale du NAMS. « Les prestataires de soins de santé doivent être conscients que les symptômes de la ménopause peuvent être plus qu’une nuisance bénigne et que les femmes qui en souffrent peuvent présenter un risque accru de maladies cardiovasculaires. Il est important d’identifier celles à risque pour que des stratégies puissent être mises en œuvre », conclut-elle. En France, l’Assurance maladie conseille aux femmes ménopausées de prévenir le risque cardiovasculaire grâce à un mode de vie adapté.

Les maladies cardiovasculaires peuvent être prévenues

Celui-ci passe avant tout par un régime alimentaire sain et équilibré (privilégier le poisson, les viandes blanches, des fruits et des légumes et éviter la charcuterie et les plats industriels), un sevrage tabagique si besoin et la pratique d’une activité physique chaque jour : préférer les escaliers à l’escalator ou à l’ascenseur, faire les petits trajets à pied plutôt qu’en voiture ou en transports, se promener durant les moments libres, entretenir sa maison (nettoyage, jardinage…). A noter que la Fédération française de cardiologie (FFC) insiste sur le fait que cette période de modifications hormonales nécessite une attention particulière : un moment-clé pour faire évaluer son statut cardiovasculaire.

En effet, la chute des hormones estrogènes protectrices s’accompagne d’une transition métabolique et vasculaire. « En l’absence d’une hygiène préventive, cette transition s’accompagne fréquemment d’un risque important de prise de poids, d’hypertension artérielle (HTA), d’une dyslipidémie et de diabète, de syndrome métabolique, autant de facteurs qui majorent le risque cardiovasculaire », précise l’organisme. « Les symptômes climatériques de la ménopause sont également des facteurs de risque d’accidents aigus cardiovasculaires » Selon la FFC, la survenue d’au moins six bouffées de chaleur par jour s’accompagne d’un risque majoré d’HTA, d’une augmentation du LDL cholestérol et d’une insulinorésistance.


Première apparition