lundi , 28 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Les vaccinations contre la grippe et la pneumonie sont liées à un risque plus faible d’Alzheimer

Les vaccinations contre la grippe et la pneumonie sont liées à un risque plus faible d’Alzheimer


Et si le vaccin contre la grippe et celui contre la pneumonie avaient d’autres pouvoirs insoupçonnés ? C’est en tout cas ce que suggère de nouvelles recherches dévoilées lors de la conférence internationale dédiée à la maladie d’Alzheimer. « Avec la pandémie COVID-19, les vaccins sont au premier plan des discussions de santé publique. Il est important d’explorer leurs avantages non seulement pour se protéger contre les infections virales ou bactériennes, mais aussi pour améliorer les résultats de santé à long terme« , a détaillé la Dre Maria Carrillo, responsable scientifique de l’Association Alzheimer.

Ainsi, d’après les conclusions présentées, au moins une vaccination contre la grippe a été associée à une réduction de 17 % de l’incidence de la maladie d’Alzheimer. De plus, pour les personnes vaccinées plus d’une fois contre la grippe, une réduction supplémentaire de 13% a été constatée par les chercheurs. « Notre étude suggère que l’utilisation régulière d’une intervention très accessible et relativement bon marché – le vaccin contre la grippe – peut réduire considérablement le risque de démence d’Alzheimer« , a déclaré Albert Amran, étudiant en médecine de quatrième année à McGovern, dans un communiqué. Avant d’ajouter : « Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer le mécanisme biologique de cet effet – pourquoi et comment il fonctionne dans le corps – ce qui est important alors que nous explorons des thérapies préventives efficaces pour la maladie d’Alzheimer« .

Une double vaccination sans résultat

Concernant la vaccination contre la pneumonie, les chercheurs ont constaté que les patients qui avaient reçu ce vaccin avant l’âge de 75 ans avaient entre 25 et 30% moins de chances d’être diagnostiqués avec la maladie d’Alzheimer. La réduction la plus importante, jusqu’à 40%, a été observée chez les personnes vaccinées et non porteuses d’un gène qui augmente le risque de maladie. Une précision, se faire vacciner contre la grippe en plus de la pneumonie n’a pas permis de réduire davantage le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer. 

« Les vaccins contre la pneumonie avant l’âge de 75 ans peuvent réduire le risque d’Alzheimer plus tard dans la vie, en fonction du génotype individuel. Ces données suggèrent que le vaccin antipneumococcique peut être un candidat prometteur pour la prévention personnalisée de la maladie d’Alzheimer, en particulier chez les non-porteurs de certains gènes à risque« , a rapporté l’auteure principale de l’étude, la Dre Svetlana Ukraintseva, professeure de recherche associée à l’unité de recherche sur la biodémographie du vieillissement à l’Institut de recherche en sciences sociales de l’université Duke.

Comment expliquer le lien entre la vaccination et l’apparition de la maladie d’Alzheimer ? Certains chercheurs soulignent que le vaccin pourrait permettre de renforcer le système immunitaire apportant ainsi une protection supplémentaire au cerveau contre le déclin. De plus, les scientifiques estiment qu’il est également possible qu’une infection majeure, comme un mauvais épisode de pneumonie, pourrait accélérer l’apparition de la démence chez les personnes déjà à risque. 

Des résultats jugés prometteurs pour la prévention de la maladie à l’avenir. « Cela pourrait s’avérer aussi simple que de prendre soin de sa santé de cette manière — en se faisant vacciner — et en prenant soin de soi d’autres manières, et cela s’additionne pour réduire le risque de survenance de la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles de démence« , a estimé la Dre Maria Carrillo. Avant de conclure : « Ces recherches, bien que précoces, nécessitent des études supplémentaires dans le cadre d’essais cliniques vastes et diversifiés, afin de savoir si les vaccinations en tant que stratégie de santé publique réduisent notre risque de développer une démence en vieillissant« .

À lire aussi

Première apparition