samedi , 26 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » L’exemple d’un bus chinois prouve une nouvelle fois la propagation de la Covid-19 dans l’air

L’exemple d’un bus chinois prouve une nouvelle fois la propagation de la Covid-19 dans l’air

En observant la circulation du virus SRAS-CoV-2 dans un bus, les chercheurs ont de nouvelles preuves que la Covid-19 se transmet par l’air. « Cette enquête suggère que, dans des environnements clos où l’air est recirculé, SARS-CoV-2 est un pathogène hautement transmissible », assurent les auteurs.


© iStock

La Covid-19 n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Symptômes, séquelles, traitements, les chercheurs découvrent chaque jour des pièces du puzzle. Mardi 1er septembre, les conclusions d’une nouvelle étude permettent d’en apprendre davantage sur la propagation du virus. 

Au mois de janvier, aux prémices de ce qui deviendra cette épidémie mondiale, une personne installée dans un bus chinois mal ventilé a contaminé près d’une vingtaine de passagers alors que tous n’étaient pas assis à proximité direct d’elle. Ce 19 janvier 2020, les passagers étaient acheminés, dans deux bus différents, à un événement dans une ville chinoise. Personne ne portait de masque. Le passager malade ne présentait lui aucun symptôme de la maladie au moment du trajet en bus. Il s’agit très certainement de l’un des premiers malades, il avait été en contact auparavant avec des personnes de Wuhan où s’était déclaré le foyer de l’épidémie. Cet homme était assis du côté droit dans une rangée au milieu du car numéro 2, entre deux autres passagers. Au total, 23 passagers de ce bus, sur 68, ont été contaminés. Dans l’autre bus, aucun cas n’a été rapporté. De nouvelles preuves que la maladie peut se propager dans l’air. Les conclusions de cette étude ont été publiées dans Jama Internal Medicine.

« Un agent pathogène hautement transmissible »

L’équipe a constaté que le virus a infecté des passagers installés à l’avant et à l’arrière du bus, en dehors du périmètre de 1 à 2 mètres souvent invoqué par les autorités sanitaires. Les chercheurs précisent que la climatisation installée dans le bus faisait recirculer l’air à l’intérieur du bus, ce qui a probablement contribué à la propagation du virus. « Les enquêtes suggèrent que, dans des environnements fermés avec recirculation de l’air, le SRAS-CoV-2 est un agent pathogène hautement transmissible« , ont-ils écrit. Et de poursuivre : « Notre découverte d’une transmission aérienne potentielle a une importance importante pour la santé publique« .

Au fil des semaines, des preuves émergent sur la transmission par l’air du Covid-19. Récemment, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a averti que le virus pouvait bien se transmettre par l’air : « Nous reconnaissons que des preuves émergent dans ce domaine et par conséquent nous devons être ouverts à cette possibilité, et comprendre ses implications. La possibilité d’une transmission par voie aérienne dans les lieux publics, particulièrement bondés, ne peut pas être exclue. Les preuves doivent toutefois être rassemblées et interprétées« . Ainsi, l’OMS recommandait « une ventilation efficace dans les lieux fermés et une distanciation physique. Lorsque ce n’est pas possible, nous recommandons le port du masque« .

À lire aussi

Première apparition