vendredi , 25 septembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » L’utilisation intensive de la télévision et de l’ordinateur a un impact sur les résultats scolaires des enfants

L’utilisation intensive de la télévision et de l’ordinateur a un impact sur les résultats scolaires des enfants

En ce qui concerne les effets d’une exposition fréquente des enfants aux écrans, des chercheurs se sont intéressés non pas à l’impact sur leur santé mais sur leurs résultats scolaires pendant la période du primaire. Il s’avère qu’une utilisation quotidienne de la télévision ou de l’ordinateur est préjudiciable dans ce domaine, et ce sur plusieurs années.


© iStock

La multiplication des écrans étant un phénomène récent, la science ne dispose pas du recul nécessaire pour connaître précisément les effets à long terme d’une exposition précoce et intensive aux télévisions, ordinateurs, tablettes et téléphones portables, notamment chez les enfants. Toutefois, la prudence est de mise selon les recommandations de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire), qui met en garde contre une exposition excessive dès le jeune âge, qui pourrait être associée à des troubles de la mémoire, du sommeil, ou de l’attention. Selon elle, isolement social, dépression, manque d’activité physique ou obésité sont des effets secondaires potentiels qu’il vaut mieux prévenir.

Selon une nouvelle étude, les élèves qui regardent plus de deux heures de télévision par jour ou passent plus d’une heure par jour sur un ordinateur subissent une baisse des résultats scolaires deux ans plus tard. Menée par le Murdoch Children’s Research Institute et publiée dans la revue PLOS ONE, celle-ci révèle que le fait de les utiliser à cette fréquence entre 8 et 9 ans fait baisser leur niveau en lecture et en calcul à l’âge de 10-11ans : l’équivalent d’un apprentissage interrompu pendant 4 mois. « Les effets des écrans sur la santé ont reçu beaucoup d’attention, mais cette étude s’intéresse aux performances académiques. », explique le Dr Lisa Mundy, principal auteur de l’étude.

Le primaire, une période « prédictive de résultats scolaires ultérieurs »

Pour ce faire, les chercheurs ont recruté 1239 enfants membres d’une cohorte appelée « Childhood to Adolescence Transition Study » et dont les résultats scolaires ont été mesurés à 8-9 ans et deux ans plus tard à 10-11 ans l’aide d’un programme d’évaluation australien appelé the National Assessment Program – Literacy and Numeracy (NAPLAN). Les résultats ont montré que les élèves de 8-9 ans qui regardaient plus de deux heures de télévision par jour ou utilisaient un ordinateur plus d’une heure par jour présentaient un rendement scolaire inférieur de 12 points en lecture et en calcul deux ans plus tard par rapport aux enfants qui usaient de ce type d’écrans avec plus de modération.

Les scientifiques notent que sur cette période, l’utilisation des écrans était devenue le loisir le plus populaire pour ces enfants, mais que ce dernier pouvait affecter les résultats scolaires pour plusieurs raisons : en réduisant leur pratique d’activité physique, leur sommeil, leur temps consacré aux devoirs et leur capacité de concentration. « Les années du primaire sont une période où les difficultés scolaires sont prédictives de résultats scolaires ultérieurs et d’abandon scolaire. Ces années sont également une période où l’utilisation des écrans augmente considérablement et où les enfants ont davantage leur mot à dire sur les médias qu’ils consomment. », ajoute le Dr Lisa Mundy.

L’étude conclut sur le fait que ces résultats sont importants pour les parents qui devraient tenir compte non seulement du type mais aussi de la durée d’exposition à la télévision et à l’ordinateur lorsqu’il s’agit d’annoncer aux enfants le temps d’écran autorisé. Et ce d’autant plus depuis le passage à l’apprentissage scolaire à distance en raison de la COVID-19. « Cette question des effets des écrans sur l’apprentissage des enfants n’a jamais été aussi importante étant donné l’impact de la pandémie sur leur utilisation dans ce domaine. Cela souligne l’importance pour eux de retourner en sécurité dans les salles de classe et d’apprendre en face à face avec les enseignants. », concluent les chercheurs.

À lire aussi

Première apparition