vendredi , 13 novembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Maison de retraite : changer l’éclairage pour aider les résidents à mieux dormir

Maison de retraite : changer l’éclairage pour aider les résidents à mieux dormir


Et si la clé du sommeil se trouvait dans la luminosité ? C’est en tout cas la piste avancée par des chercheurs américains. Ils ont constaté que, dans les résidences pour personnes âgées, le sommeil des pensionnaires était souvent de mauvaise qualité. Endormissement pendant la journée et périodes d’éveil pendant la nuit, ce sommeil fragmenté expose les résidences à un risque plus important de dépression.

Rosa Baier, professeure agrégée de la pratique des services, des politiques et de la pratique de la santé qui dirige le Centre de soins de longue durée, a peut-être trouvé une solution avec son équipe… Et sans avoir recours à des médicaments. Avec ses collègues, ils ont identifié un moyen innovant pour réduire de moitié le nombre de troubles du sommeil. Pour cela, l’établissement test situé à Sacramento, en Californie (Etats-Unis), a changé… ses luminaires. Ces nouveaux dispositifs d’éclairage intérieur changent de couleur et d’intensité au cours de la journée et pendant la nuit. Simplement, ces luminaires imitent la lumière naturelle pendant 24 heures. « Je pense que c’est assez nouveau. La technologie continue d’évoluer, et donc l’une des raisons pour lesquelles nous voulions étudier ces lumières était qu’il n’y avait pas eu de recherche sur ce type d’éclairage« , détaille Rosa Baier.

Modifier l’éclairage

Les conclusions de ce test ont été publiées dans le Seniors Housing and Care Journal. De précédentes études avaient déjà révélé que les résidents de maison de retraite n’avaient pas suffisamment de lumière la journée et trop la nuit. Cette expérience a été menée sur 63 résidents de soins longue durée. Pendant deux mois, ils ont vécu avec des conditions d’éclairage modifié puis avec les luminaires classiques. Parmi ces pensionnaires, trente-cinq avaient reçu un diagnostic de démence. L’âge moyen des résidents de l’étude était de 88,3 ans et 71% d’entre eux étaient des femmes. D’après les conclusions, les personnes âgées ont subi 3,6 troubles du sommeil nocturne avec un éclairage statique, contre 1,8 avec un éclairage spécifique. Des résultats qui ne surprennent pas les chercheurs. « Nous savons qu’il existe une relation entre l’exposition à la lumière naturelle et le rythme circadien, et le rythme circadien est important pour un sommeil sain. Il est très raisonnable de penser que cela pourrait être un problème particulier dans ce contexte et quelque chose que nous pourrions résoudre par des pratiques environnementales« .

Cette étude assure que l’amélioration du sommeil même de quelques résidents peut avoir un effet positif sur les colocataires et ceux des chambres voisines. En effet, de nombreux résidents de l’étude partagent des chambres de deux à quatre personnes. 


Première apparition