vendredi , 11 décembre 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Maladies cardiaques : troquer son steak de viande contre un steak végétal diminuerait le risque

Maladies cardiaques : troquer son steak de viande contre un steak végétal diminuerait le risque


Plusieurs études récentes font état d’un risque accru de décès et de maladies chroniques, dont plusieurs cancers et maladies des artères coronaires en cas de consommation élevée de viande rouge. Les viandes rouges transformées, telles que la charcuterie, sont particulièrement pointées du doigt.

Publiée le 2 décembre dans le British Medical Journal, une nouvelle étude scientifique suggère que le fait de remplacer la consommation de viande rouge par celle de protéines végétales (soja, fruits à coque, lentilles et autres légumes secs) à raison d’une fois par jour au moins, permettrait de diminuer significativement le risque de maladie des artères coronaires. Troquer sa portion de viande rouge par une alternative végétale serait donc une stratégie payante pour la santé des artères.

L’étude a été menée à partir des données de 43 272 hommes américains (âgés en moyenne de 53 ans), exempts de maladies cardiovasculaires et de cancer au moment de leur inscription à l’étude. Les participants ont rempli un questionnaire détaillé à propos de leur alimentation, en 1986 au début de l’étude, puis tous les quatre ans jusqu’en 2016. Ils ont en parallèle fourni aux chercheurs des informations sur leurs antécédents médicaux et leur mode de vie.

Pendant ces 30 années de suivi, 4 456 événements coronariens (dus à obstruction soudaine d’une artère coronaire) ont été documentés, dont 1 860 ont été mortels.

Après avoir pris en compte d’autres facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, les chercheurs ont constaté qu’à raison d’une portion par jour, la viande rouge était associée à un risque modestement plus élevé de maladie coronarienne (12%). Des associations similaires ont été observées pour la viande rouge non transformée (risque de 11% plus élevé) et la viande rouge transformée (risque de 15% plus élevé).

Cependant, par rapport à la viande rouge, la consommation d’une portion par jour de divers sources de protéines végétales, y compris les fruits à coque, les légumineuses (comme les pois, les haricots et les lentilles) et le soja était associée à un risque de maladie coronarienne réduit de 14%. Ce risque était encore plus faible (18%) chez les hommes de plus de 65 ans et par rapport à la consommation quotidienne de viande rouge transformée (17%).

L’étude précise par ailleurs que le remplacement de la viande rouge par des céréales complètes, des produits laitiers (comme le lait, le fromage et le yaourt) ou des œufs était également associé à un plus faible risque de maladie coronarienne. Notons que la consommation de poisson n’a pas été associée à un effet bénéfique sur la santé coronarienne, peut-être, selon les chercheurs, du fait qu’il est parfois consommé en friture ou de manière ultra-transformée. 

Bien qu’elle ne soit qu’observationnelle et n’établisse donc pas de lien de cause à effet, cette étude a tout de même été menée pendant 30 ans, ce qui laisse à dire que ses résultats sont tout de même assez robustes. 

Ces résultats sont cohérents avec les effets de ces aliments sur les taux de cholestérol LDL (lipoprotéines de basse densité, ou “mauvais” cholestérol, ndlr) et suggèrent un avantage pour la santé à limiter sa consommation de viande rouge et à la remplacer par des sources de protéines végétales”, concluent les chercheurs. Ils précisent que cette mesure alimentaire simple aurait aussi d’importants bénéfices pour l’environnement étant donné la pollution générée par l’élevage bovin.


Première apparition