mercredi , 23 octobre 2019
Accueil » Santé et Remise en forme » Marron ou châtaigne : le point de l’Anses pour éviter les intoxications

Marron ou châtaigne : le point de l’Anses pour éviter les intoxications

Les confusions entre les châtaignes, comestibles, et les marrons d’Inde, toxiques, sont responsables de cas d’intoxication chaque année à l’automne. L’Anses fait le point pour vous aider à ne plus les confondre.


© istock

L’automne est là, et avec elle, les châtaignes, les champignons et autres… intoxications alimentaires !  Dans une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les confusions des plantes et des fruits enregistrés par les centres antipoison entre 2012 et 2018, les confusions entre marrons d’Inde et châtaignes représentaient 11% de toutes les confusions, toutes saisons confondues. Quelque 74 cas d’intoxication due à la consommation de marrons ont ainsi été recensés sur la période 2012/2018.

Si ce n’est certes pas beaucoup comparé aux 210 cas d’intoxication suite à la confusion entre le bulbe de la narcisse et l’oignon, l’Anses préfère prendre les devants en ce début d’automne, en donnant quelques conseils aux cueilleurs pour ne plus confondre châtaignes et marrons.

Car si l’on parle bien de crème de marron ou de purée de marron, il s’agit en fait d’une variété de grosses châtaignes cultivées pour leur consommation.  Ainsi, les marrons d’Inde tombant des marronniers de nos placettes, forêts et cours d’école, sont toxiques, alors que les châtaignes des sous-bois sont bien comestibles.

La consommation de marrons peut ainsi “entraîner des troubles digestifs tels que des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, ou des irritations de la gorge…”, énumère l’Anses.

Châtaignes et marrons d’Inde : comment ne plus les confondre ?

Pour ne plus confondre châtaignes et marrons, l’Anses conseille d’observer la forme du fruit, et sa “capsule” : 

  • celle des châtaignes, appelée bogue, est brune, faite de nombreux piquants, et contient plusieurs châtaignes, deux à trois en général, parfois petites, aplaties, et triangulaires ; 
  • en revanche, la capsule des marrons est très épaisse, verte clair et dotée de petits picots espacés, courts, qui ne font pas bien mal. Elle ne contient généralement qu’un seul marron, gros et arrondi.

L’observation de l’endroit où se trouve l’arbre est aussi une indication, car les marronniers sont surtout dans les villes, les parcs, les cours d’école, tandis que les châtaigniers poussent dans les bois, les forêts et les vergers. 

Les feuilles de marronniers ont en outre un aspect “palmé”, car composées chacune de plusieurs petites feuilles (folioles), tandis que les feuilles de châtaignier sont simples, sans foliole et allongées.

L’Anses conseille aux cueilleurs de rester vigilants de conserver des restes de leur repas ou une photo de leur récolte pour faciliter l’identification en cas d’intoxication. En cas de signes évocateurs d’une intoxication, il est recommandé d’appeler un centre antipoison ou de consulter un médecin sans tarder.

Source : Anses

À lire aussi


Première apparition