mardi , 11 août 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » #MasquésMaisEnLiberté : et si le masque devenait obligatoire dans les lieux fermés ?

#MasquésMaisEnLiberté : et si le masque devenait obligatoire dans les lieux fermés ?


Et si le masque de protection devenait obligatoire dans les lieux publics clos ? C’est en tout cas ce que demandent 14 médecins dans une tribune parue ce samedi 11 juillet 2020 et publiée en exclusivité par Le Parisien.

Intitulée "Masqués mais en liberté", cette tribune remarque qu’aujourd’hui, "la tentation est grande (…) d’oublier le virus, de profiter de l’été, des plages, des soirées entre amis et de la proximité retrouvée. Malheureusement le virus, lui, ne nous oublie pas, et cherche encore à se répandre partout où il le peut".

"Quand les clusters seront plus nombreux et non contrôlables, il sera trop tard pour éviter un nouveau confinement, plus ou moins complet. La deuxième vague de demain se prépare donc aujourd’hui" ajoutent les médecins, qui expliquent "qu’une mesure de prévention efficace est le respect des gestes barrières dans les lieux clos très fréquentés. Le port du masque est ainsi une condition importante pour limiter la diffusion du virus".

"Nous, soignants, (…) ne voulons plus compter les morts"

À l’heure actuelle, alors que le virus continue à circuler en France, le port du masque est "seulement" obligatoire dans les transports en commun, dans les établissements scolaires pour les enseignants, dans les bars et les restaurants pour le personnel et pour les clients, et dans les Ehpad pour les visites.

Les signataires de "Masqués mais en liberté" (les principaux étant le Pr. Antoine Pelissolo, psychiatre, et le Dr. Jimmy Mohamed, médecin généraliste) demandent aujourd’hui un port du masque obligatoire dans tous les lieux publics fermés – cinémas, musées, restaurants, bars, supermarchés…

Et leur message est fort : "nous, soignants, serons à vos côtés pour vous prendre en charge comme nous l’avons fait pendant la première vague, mais nous ne voulons plus compter les morts comme nous avons dû le faire". "Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour vos parents plus âgés, votre frère ou sœur hypertendus ou vos proches fragiles chez qui le virus pourrait être mortel" : message reçu !

Source : Le Parisien, dimanche 12 juillet 2020.

À lire aussi :

Coronavirus : peut-on utiliser la climatisation sans risque ?

Insolite : aux États-Unis, des "Covid-parties" pour attraper le coronavirus

La (nouvelle) forme du coronavirus est encore plus contagieuse



Première apparition