jeudi , 27 février 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Notre température corporelle diminue lentement mais sûrement – Santé

Notre température corporelle diminue lentement mais sûrement – Santé

Établie à l’origine à 37°C, notre température corporelle moyenne a progressivement baissé ces 150 dernières années.

En 1868, le médecin allemand Karl Reinhold August Wunderlich – connu pour ses travaux sur la fièvre et l’usage du thermomètre en médecine – établit la température moyenne normale du corps humain à 37°C. Mais désormais, une révision s’impose !

L’organisme humain se serait, en effet, refroidi avec le temps. C’est en tous cas ce qu’affirment des chercheurs de la Standford University School of Medicine. En combinant et comparant plus de 677 000 données issues des trois derniers siècles, les scientifiques ont remarqué que la température corporelle moyenne avait baissé d’environ 0,03°C par décennie. In fine, la température corporelle moyenne en 2020 s’élève donc à 36,6°C et non plus à 37°C.

Autre constat intéressant : l’étude montre que ces variations de température diffèrent chez les hommes et les femmes. La température corporelle aurait ainsi baissé de 0,58 °C chez les hommes, et de 0,32 °C chez les femmes.

Si les médecins savent depuis des décennies que 37°C n’est pas la bonne mesure, c’est la première fois qu’ils attribuent cette erreur à une modification de la température corporelle. « Ils ont toujours pensé que [les chercheurs] s’étaient trompés dans leur mesure d’origine « , explique Julie Parsonnet, membre de l’équipe de recherche. Mais les thermomètres utilisés à l’époque étaient tout à fait fiables.

Un système immunitaire moins sollicité

Comment expliquer ce phénomène ? Selon les chercheurs, les progrès des traitements médicaux, une amélioration de la qualité de vie, une meilleure hygiène et un meilleur accès à la nourriture ont pu contribuer à cette baisse.

Et pour cause, grâce aux améliorations de la médecine moderne (par exemple, les vaccins et les antibiotiques), notre système immunitaire est beaucoup moins actif que par le passé, puisque nous développons moins d’infections ou de maladies. « Une inflammation produit toutes sortes de protéines et de cytokines qui accélèrent votre métabolisme et augmentent donc votre température « , explique le Dr Parsonnet.

À supposer que notre température corporelle continue de baisser à la même vitesse, on pourrait en conclure que dans 12 200 ans, elle atteindra… 0°C. Un calcul qu’il ne faut néanmoins pas prendre au sérieux, rassure le Dr Parsonnet : « Il va y avoir une limite, nous n’allons pas descendre à zéro ».

En 1868, le médecin allemand Karl Reinhold August Wunderlich – connu pour ses travaux sur la fièvre et l’usage du thermomètre en médecine – établit la température moyenne normale du corps humain à 37°C. Mais désormais, une révision s’impose !L’organisme humain se serait, en effet, refroidi avec le temps. C’est en tous cas ce qu’affirment des chercheurs de la Standford University School of Medicine. En combinant et comparant plus de 677 000 données issues des trois derniers siècles, les scientifiques ont remarqué que la température corporelle moyenne avait baissé d’environ 0,03°C par décennie. In fine, la température corporelle moyenne en 2020 s’élève donc à 36,6°C et non plus à 37°C.Autre constat intéressant : l’étude montre que ces variations de température diffèrent chez les hommes et les femmes. La température corporelle aurait ainsi baissé de 0,58 °C chez les hommes, et de 0,32 °C chez les femmes.Si les médecins savent depuis des décennies que 37°C n’est pas la bonne mesure, c’est la première fois qu’ils attribuent cette erreur à une modification de la température corporelle. « Ils ont toujours pensé que [les chercheurs] s’étaient trompés dans leur mesure d’origine « , explique Julie Parsonnet, membre de l’équipe de recherche. Mais les thermomètres utilisés à l’époque étaient tout à fait fiables.Comment expliquer ce phénomène ? Selon les chercheurs, les progrès des traitements médicaux, une amélioration de la qualité de vie, une meilleure hygiène et un meilleur accès à la nourriture ont pu contribuer à cette baisse.Et pour cause, grâce aux améliorations de la médecine moderne (par exemple, les vaccins et les antibiotiques), notre système immunitaire est beaucoup moins actif que par le passé, puisque nous développons moins d’infections ou de maladies. « Une inflammation produit toutes sortes de protéines et de cytokines qui accélèrent votre métabolisme et augmentent donc votre température « , explique le Dr Parsonnet.À supposer que notre température corporelle continue de baisser à la même vitesse, on pourrait en conclure que dans 12 200 ans, elle atteindra… 0°C. Un calcul qu’il ne faut néanmoins pas prendre au sérieux, rassure le Dr Parsonnet : « Il va y avoir une limite, nous n’allons pas descendre à zéro ».


Première apparition