mardi , 26 mai 2020
Accueil » Santé et Remise en forme » Pollens et coronavirus: le traitement contre le rhume des foins n’aggrave pas le Covid-19 – Santé

Pollens et coronavirus: le traitement contre le rhume des foins n’aggrave pas le Covid-19 – Santé

« Il n’y a pas de lien entre le traitement des allergies au pollen et la sévérité des cas de Covid-19 », a tenu à rassurer le porte-parole interfédéral Covid-19 Yves Van Laethem. La saison des pollens est à son pic et certains symptômes peuvent se recouper, mais les personnes allergiques ne doivent pas cesser leur traitement.

Certains symptômes peuvent être identiques à ceux du Covid-19: le nez qui coule, la gorge qui gratte, les yeux qui piquent, des difficultés à respirer en raison d’un nez bouché,… « Mais on n’a pas de fièvre, on n’a pas de douleur musculaire, on n’est pas très profondément fatigué dans les manifestations allergiques » contrairement à une partie significative des personnes contaminées au nouveau coronavirus, a rappelé M. Van Laethem.

De plus, les manifestations allergiques sont directement liées à la quantité de pollen circulant dans l’air: elles sont donc plus fréquentes à l’extérieur qu’à l’intérieur, ce qui n’est pas le cas des symptômes de Covid-19, qui ne font pas de discrimination de lieux.

Si certaines personnes souffrant d’allergies ont tout de même un doute, leur médecin traitant reste disponible pour les éclairer. En attendant la fin de la saison des pollens, qui n’est pas pour demain, il leur est tout de même conseillé de « garder une protection des voies respiratoires », car les symptômes de toux notamment sont propices à la dispersion du virus en cas de contamination asymptomatique. « Il faudra changer le masque plus fréquemment, parce qu’il va s’humidifier et sera moins protecteur », a précisé M. Van Laethem. Mais il importe surtout de ne pas arrêter le traitement pour son allergie: « il n’y a pas de lien entre ce traitement et la sévérité des cas de Covid-19 », a-t-il conclu.

Certains symptômes peuvent être identiques à ceux du Covid-19: le nez qui coule, la gorge qui gratte, les yeux qui piquent, des difficultés à respirer en raison d’un nez bouché,… « Mais on n’a pas de fièvre, on n’a pas de douleur musculaire, on n’est pas très profondément fatigué dans les manifestations allergiques » contrairement à une partie significative des personnes contaminées au nouveau coronavirus, a rappelé M. Van Laethem. De plus, les manifestations allergiques sont directement liées à la quantité de pollen circulant dans l’air: elles sont donc plus fréquentes à l’extérieur qu’à l’intérieur, ce qui n’est pas le cas des symptômes de Covid-19, qui ne font pas de discrimination de lieux. Si certaines personnes souffrant d’allergies ont tout de même un doute, leur médecin traitant reste disponible pour les éclairer. En attendant la fin de la saison des pollens, qui n’est pas pour demain, il leur est tout de même conseillé de « garder une protection des voies respiratoires », car les symptômes de toux notamment sont propices à la dispersion du virus en cas de contamination asymptomatique. « Il faudra changer le masque plus fréquemment, parce qu’il va s’humidifier et sera moins protecteur », a précisé M. Van Laethem. Mais il importe surtout de ne pas arrêter le traitement pour son allergie: « il n’y a pas de lien entre ce traitement et la sévérité des cas de Covid-19 », a-t-il conclu.


Première apparition